webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Principe de l’interprétation restrictive de la cession de droits d’auteur

CA Aix en Provence, 8 février 2018, n°15/00312

La portée de la cession de ses droits par un auteur s’interprète strictement et ne saurait couvrir des actes de reproduction sur des supports non expressément mentionnés.

Ce qu’il faut retenir : La portée de la cession de ses droits par un auteur s’interprète strictement et ne saurait couvrir des actes de reproduction sur des supports non expressément mentionnés.

Pour approfondir : L’affaire soumise à la Cour opposait un photographe à une agence de communication à qui il avait cédé le droit d’utiliser une photographie pour illustrer une plaquette commerciale et le site internet d’un programme immobilier moyennant un prix forfaitaire.

Or, après avoir découvert la publication de cette photographie dans un hebdomadaire sans son autorisation ni de rémunération supplémentaire, il assigna l’agence aux fins d’obtenir une rémunération complémentaire. Les parties n’avaient pas conclu de contrat de cession, toutefois la facture établie par le photographe comportait une mention relative à l’utilisation de la photographie que le photographe considérait comme limitée à une utilisation précise et unique : sur une plaquette commerciale et un site.

L’agence ne pouvait donc, selon lui, utiliser la photographie dans des périodiques pour des publicités presse sans son autorisation préalable.

Pour sa part, l’agence faisait valoir qu’elle avait utilisé la photographie conformément à la finalité prévue à savoir l’illustration d’un programme immobilier et considérait que les supports papier étaient inclus dans le périmètre de la cession dont elle bénéficiait. Elle faisait également valoir que le prix de la cession par rapport au barème indicatif de l’union des photographes professionnels justifiait de ce que la cession ne pouvait avoir été limitée à ce que revendiquait le photographe.

Selon l’article L.131-3 du Code de la propriété intellectuelle : « La transmission des droits de l'auteur est subordonnée à la condition que chacun des droits cédés fasse l'objet d'une mention distincte dans l'acte de cession et que le domaine d'exploitation des droits cédés soit délimité quant à son étendue et à sa destination, quant au lieu et quant à la durée ». La jurisprudence, constante, apprécie strictement la portée des cessions suivant le principe selon lequel tout ce qui n’est pas expressément cédé est retenu par l’auteur.

La Cour d’appel fait une application prévisible de ce texte en l’espèce. Elle se fonde sur la mention figurant sur la note de l’auteur ainsi rédigée : « droits d'auteur pour l'utilisation d'une photographie pour illustrer la plaquette commerciale et le site internet du programme immobilier à Saint Tropez. Format double page + reprise sur internet tirage 1000 ex. ». Selon les juges, la cession porte uniquement « sur l'illustration d'une plaquette commerciale sans que soit expressément mentionnée l'annonce presse de sorte que l'utilisation de celle-ci dans la revue Paris Match outrepasse l'autorisation donnée, le critère du montant des droits d'auteur ne permettant pas d'établir cette autorisation ».

Voici donc un rappel utile d’une règle constante en droit d’auteur et dont les implications pratiques sont importantes : le cessionnaire doit prévoir toutes les utilisations de l’œuvre dont il acquiert les droits, au risque, sinon, de dépasser les termes de l’autorisation qui lui a été consentie et donc de se voir condamné à ce titre.

A rapprocher : article L.131-3 du Code de la propriété intellectuelle

VOIR AUSSI

Conformité des marques à l’ordre public

TPIUE, 15 mars 2018, aff.T-1/17

- Vu : 1371

La conformité à l’ordre public et aux bonnes mœurs est une condition de validité des marques. La marque « La Mafia se sienta à la mesa » est donc annulée compte tenu de la mention du nom de l’organisation criminelle.

> Lire la suite

Lutte contre le piratage des œuvres sur internet

- Vu : 4797
Le ministre des Finances et des Comptes publics et le ministre de la Culture et de la Communication viennent de confier une mission conjointe à l'Inspection générale des finances ainsi qu’au chargé de mission auprès de la Présidente du Centre National du Cinéma et de l'image animée (CNC). > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105531
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43612
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©