webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

La confidentialité du mandat ad hoc VS la liberté d'information – Acte 1

TC Paris, 22 janvier 2018, JurisData n°2018-001472

Le Président du Tribunal de commerce de Paris, par une ordonnance de référé rendue le 22 janvier 2018, réaffirme la primauté absolue de la confidentialité de la procédure du mandat ad hoc face au droit à l'information du public.

Ce qu’il faut retenir : Le Président du Tribunal de commerce de Paris, par une ordonnance de référé rendue le 22 janvier 2018, réaffirme la primauté absolue de la confidentialité de la procédure du mandat ad hoc face au droit à l'information du public.

Pour approfondir : En l'espèce, une entreprise sollicite la désignation d'un mandataire ad hoc, demande à laquelle il est fait droit par le Président du Tribunal de commerce de Paris.

Cette désignation est néanmoins rendue publique par le magazine économique CHALLENGES dans le cadre de son édition numérique du 10 janvier 2018.

L'entreprise saisit alors le Président du Tribunal de commerce de Paris, dans le cadre d'une procédure de référé, aux fins de retrait de cette publication.

Le demandeur se fonde sur les dispositions de l'article L.611-15 du Code de commerce en vertu desquelles toute personne étant appelée à la procédure de mandat ad hoc ou qui, par ses fonctions en a connaissance, est tenue à la confidentialité.

Face à cette prétention, le magazine économique justifie sa publication par la nécessité d'informer le public sur une question d'intérêt général.

Cette argumentation n'emporte pas la conviction de la juridiction consulaire parisienne, laquelle considère que la diffusion de l'information litigieuse caractérise un trouble manifestement illicite de nature à porter gravement atteinte à l'équilibre économique de l'entreprise.

Le magazine est ainsi condamné au retrait de la publication ainsi qu'à une interdiction de procéder à une nouvelle diffusion sous peine d'astreinte à hauteur de 10 000 euros par infraction constatée.

Cette primauté de la confidentialité du mandat ad hoc sur la liberté de l'information ne peut qu'être approuvée.

En effet, d'une part, il est unanimement admis que toute publicité donnée aux difficultés d'une entreprise aggrave celles-ci. D'autre part, il entre dans l'évidence que les créanciers  du débiteur n'ont aucun intérêt à dévoiler aux tiers les remises de dettes et/ou la mise en place de financements adaptés qu'ils concèdent.

Autrement dit, la confidentialité du mandat ad hoc est une garantie nécessaire à son bon déroulement.

Il faut admettre, toutefois, que l'application de la confidentialité à un magazine, en sa qualité tiers au mandat ad hoc, ne va juridiquement pas de soi.

En effet, une lecture stricte des dispositions de l'article L.611-15 du Code de commerce laisse penser que la confidentialité ne vaut qu'à l'égard des parties prenantes au mandat ad hoc.

A cet égard, la juridiction consulaire de Paris ne fait que tenir compte de l'interprétation élargie donnée par la Cour de cassation, dans son arrêt du 15 décembre 2015, n°14-11.500, selon laquelle le respect de la confidentialité s'applique à tous les tiers.

Cette interprétation est salutaire compte tenu de l'objectif de prévention des difficultés recherché par l'instauration d'un mandat ad hoc.

Enfin, il faut relever l'émoi provoqué par cette décision dans le milieu journalistique, lequel considère, qu'une fois de plus, la liberté de la presse est bafouée au bénéfice du secret des affaires.

D'aucuns diront que la transparence, décidément très à la mode, devrait avoir le pas sur la confidentialité du mandat ad hoc.

Fort heureusement, la juridiction consulaire parisienne évite l'écueil d'une assimilation trop rapide et inopportune de la présente affaire à d'autres litiges, dont les enjeux sont totalement étrangers à ceux du mandat ad hoc.

Loin d'être clos, ce litige se poursuit désormais devant la Cour d'Appel de Paris en suite de l'appel interjeté par le magazine CHALLENGES à l'encontre de l'ordonnance de référé rendue le 22 janvier dernier.

Il ne reste qu'à espérer que la décision soit confirmée en appel.

A rapprocher : Article L.611-15 du Code de commerce ; Cass. com., 15 décembre 2015, n°14-11.500 ; Article 873 CPC 

VOIR AUSSI

Précisions sur la notion d’instance en cours au sens de l’article L.624-2 du Code de commerce

Cass. com., 27 septembre 2017, n°16-17.285

- Vu : 1693

Les procédures civiles d’exécution, interrompues par le jugement d’ouverture d’une procédure collective en application de l’article L.622-21 II du Code de commerce, ne sont pas des instances en cours au sens de l’article L.624-2 du même code.

> Lire la suite

SIMON ASSOCIES annonce le lancement de son nouveau site : Lettre du Restructuring

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

- Vu : 2368

SIMON Associés, cabinet d’avocats d’affaires, lance son nouveau site thématique La Lettre du Restructuring.com dédiée à la veille juridique de la prévention et des entreprises en difficulté. Ce nouveau site, unique en son genre, vient en complément des outils d’information juridique déjà développé par Simon Associés, lettredesreseaux.com et lettredelimmobilier.com.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 101069
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87015
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41964
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 41269
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©