webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

L’exception de parodie et le droit d’auteur

CA Paris, 22 décembre 2017, n°16/20387

La parodie est une exception au droit d’auteur, ce dernier s’incline devant la liberté d’expression lorsque les conditions d’application de cette exception sont réunies.

Ce qu’il faut retenir : La parodie est une exception au droit d’auteur, ce dernier s’incline devant la liberté d’expression lorsque les conditions d’application de cette exception sont réunies.

Pour approfondir : Dans cette affaire, la veuve d’un sculpteur agissait en contrefaçon à l’encontre d’un hebdomadaire français à qui elle reprochait d’avoir reproduit, sur la couverture de l’un de ses numéros, une des sculptures de son défunt époux.

La sculpture en cause est particulièrement connue puisqu’il s’agit du buste de Marianne sous les traits de l’actrice Brigitte Bardot.

La veuve faisait valoir une atteinte aux droits patrimoniaux, en raison de la reproduction non autorisée, et une atteinte au droit moral (le droit à la paternité), en raison de l’absence de mention du nom de l’auteur.

La Cour va en premier lieu admettre la qualité pour agir de la veuve, celle-ci ayant justifié, par la production du testament de son défunt mari, être la légataire universelle du sculpteur et la seule titulaire des droits patrimoniaux et moraux sur la sculpture en cause.

En revanche, les juges d’appel vont la débouter de ses demandes au titre de la contrefaçon admettant, en l’espèce, le bénéfice de l’exception de parodie. L’article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle dresse la liste des exceptions au droit d’auteur :

« Lorsque l’œuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire (…) 4°La parodie, le pastiche et la caricature, compte tenu des lois du genre ». 

En l’espèce, les juges vont considérer que la reproduction de la sculpture dans le cadre d’un photomontage présentant le buste en partie immergé destiné à illustrer les propos journalistiques sur le thème « la France coule » est une parodie.

La Marianne constitue une représentation de la République Française, et la reproduction litigieuse consiste en une métaphore de la République – sous la forme du buste – en train de sombrer.

Le photomontage, qui n’a représenté qu’une partie du buste (la tête) ne crée aucune confusion avec l’œuvre prétendument contrefaite, et constitue une illustration humoristique, les juges considèrent également que la reproduction a été ponctuelle, limitée à un seul numéro aujourd’hui écoulé.

La jurisprudence avait déjà explicité que la parodie d’une œuvre consiste en une reproduction de celle-ci – qu’on identifie immédiatement – mais qui s’en différencie et avec laquelle il ne doit pas y avoir de confusion, reproduction effectuée dans une intention humoristique ou critique (mais la jurisprudence admet des hypothèses plus éloignées de l’intention de faire rire), licite dès lors qu’elle respecte les « lois du genre ».

En l’espèce, le fait que l’œuvre en cause soit le symbole de la République n’a pas été neutre pour légitimer sa reproduction et admettre l’exception de parodie, car l’œuvre étant bien reproduite et utilisée telle quelle et, les juges le soulignent, le texte de l’article particulièrement sérieux.

A rapprocher : article L.122-5 du Code de la propriété intellectuelle

VOIR AUSSI

Revirement sur vente-privee.com : la marque est distinctive selon la Cour d’appel de Paris

CA Paris, 31 mars 2015, RG n°13/23127

- Vu : 5988

La distinctivité du signe est une condition de validité de la marque qui doit être remplie dès le moment du dépôt ou qui peut s’acquérir par l’usage qui en est fait. Par cet arrêt, la Cour infirme un jugement qui avait fait grand bruit du fait de l’annulation de la marque VENTE-PRIVEE.COM et reconnaît la distinctivité de cette marque du fait de son usage.

> Lire la suite

De l’intérêt à agir en déchéance de marque - CA Paris, 28 septembre 2012, RG n°11/15816

- Vu : 6882
Selon l’article L.714-5 du CPI, « toute personne intéressée » peut demander la déchéance. Afin d‘appliquer ce texte, la jurisprudence exige donc que le demandeur à l’action justifie d’un intérêt à agir. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 80516
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 70695
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38715
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35898
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©