webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Caducité de l’appel contre l’ordonnance d’admission de créance en l’absence de signification des conclusions au mandataire judiciaire non constitué

Cass. com., 13 décembre 2017, n°16-17.975

Le débiteur, qui relève appel d’une décision d’admission de créance, doit intimer le mandataire judiciaire et, si ce dernier n'a pas constitué avocat, lui signifier ses conclusions d'appel dans le délai prévu par l'article 911 du Code de procédure civile sous peine de caducité totale de la déclaration d’appel.

Ce qu’il faut retenir : Le débiteur, qui relève appel d’une décision d’admission de créance, doit intimer le mandataire judiciaire et, si ce dernier n'a pas constitué avocat, lui signifier ses conclusions d'appel dans le délai prévu par l'article 911 du Code de procédure civile sous peine de caducité totale de la déclaration d’appel.

Pour approfondir : En l’espèce, une société, placée en procédure de sauvegarde, relève appel d’une ordonnance d’admission de créance rendue par le juge-commissaire sans signifier ses conclusions d’appel au mandataire judiciaire de la procédure de sauvegarde, lequel n’avait pas constitué avocat dans le délai d’un mois prévu par l’article 911 du Code de procédure civile.

Le conseiller de la mise en état relève d’office la caducité de la déclaration d’appel. Par un arrêt du 29 avril 2016, la Cour d’appel de Bordeaux, statuant sur déféré, confirme l’ordonnance du conseiller de la mise en état au motif que le moyen tiré de la connaissance des conclusions de l’appelant par le mandataire judiciaire n’était pas pertinent et que l’intimé, qui n’avait pas constitué avocat, ne pouvait renoncer à ce délai qui était d’ordre public. La société débitrice forme un pourvoi en cassation contre cet arrêt.

Au soutien de son pourvoi, elle fait valoir que le mandataire judiciaire est le seul fondé à se prévaloir de l’absence de signification des conclusions de l’appelant, et ce d’autant plus lorsqu’il déclare avoir pris connaissance des conclusions. Par un arrêt du 13 décembre 2017, publié au bulletin, la Cour de cassation rejette le pourvoi.

Dans un premier temps, à des fins didactiques, la Cour de cassation précise que, dans le cadre d’une procédure de sauvegarde, l'administrateur judiciaire n'a pas à être intimé sur l'appel du débiteur contre l’ordonnance d’admission d’une créance. Elle confirme ainsi la solution rendue par un arrêt du 20 avril 2017 à propos d’un créancier contestant le rejet de sa créance (Cass. com., 20 avril 2017, n°15-18.182).

Puis, elle décide en ces termes que : « le lien d'indivisibilité, qui unit le mandataire judiciaire au débiteur et au créancier dans l'instance relative à l'admission des créances, impose, au débiteur appelant, d'intimer le mandataire judiciaire et, si ce dernier n'a pas constitué avocat, de lui signifier ses conclusions d'appel dans le délai prévu par l'article 911 du Code de procédure civile ; que c'est donc à bon droit que la Cour d'appel a retenu qu'en sa qualité d'intimé, le mandataire judiciaire ne pouvait renoncer à la caducité de la déclaration d'appel ».

On peut tirer deux enseignements essentiels de cette décision.

D’une part, le lien d’indivisibilité, qui unit le mandataire judiciaire au débiteur et au créancier dans l’instance relative à l’admission des créances, entraine une caducité totale de la déclaration d’appel. Cet arrêt s’inscrit dans le prolongement d’un arrêt du 29 septembre 2015 selon lequel ce lien d’indivisibilité entre le mandataire judiciaire, le débiteur et le créancier impliquait d’intimer chacune des parties sous peine d’irrecevabilité de l’appel (Cass. com., 29 septembre 2015, n°14-13.257).

D’autre part, il n’est pas possible pour un intimé de renoncer à la caducité de la déclaration d’appel issue des carences procédurales de l’appelant.

A rapprocher : Cass. com., 29 septembre 2015, n°14-13.257 ; L.624-3 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Montant de la condamnation en responsabilité pour insuffisance d’actif

Cass. com., 9 mai 2018, n°16-26.684

- Vu : 980

Les juges du fond apprécient souverainement le montant de la condamnation des dirigeants sur le fondement de la responsabilité pour insuffisance d’actif, ledit montant n’ayant pas nécessairement à être proportionné à la situation personnelle du dirigeant ou à la gravité des fautes de gestion commises.

> Lire la suite

La notion de droits attachés à la personne du créancier précisée

Cass. com., 13 décembre 2017, n°15-28.357

- Vu : 639

Le droit d’un créancier de saisir un immeuble objet d’une déclaration d’insaisissabilité n’entre pas dans la catégorie des droits attachés à la personne du créancier, de sorte que ce dernier ne peut exercer individuellement une action contre le débiteur postérieurement au jugement de clôture de liquidation judiciaire pour insuffisance d’actif.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78433
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67488
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38565
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35400
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©