webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

La notion de droits attachés à la personne du créancier précisée

Cass. com., 13 décembre 2017, n°15-28.357

Le droit d’un créancier de saisir un immeuble objet d’une déclaration d’insaisissabilité n’entre pas dans la catégorie des droits attachés à la personne du créancier, de sorte que ce dernier ne peut exercer individuellement une action contre le débiteur postérieurement au jugement de clôture de liquidation judiciaire pour insuffisance d’actif.

Ce qu’il faut retenir : Le droit d’un créancier de saisir un immeuble objet d’une déclaration d’insaisissabilité n’entre pas dans la catégorie des droits attachés à la personne du créancier, de sorte que ce dernier ne peut exercer individuellement une action contre le débiteur postérieurement au jugement de clôture de liquidation judiciaire pour insuffisance d’actif.

Pour approfondir : En l’espèce, le 13 mars 2007, une banque a consenti à un entrepreneur individuel un prêt immobilier destiné à l’acquisition de sa résidence principale. Par acte en date du 23 janvier 2008, ce dernier a effectué une déclaration notariée d’insaisissabilité. Suivant jugement du 3 novembre 2009, son entreprise a été placée en liquidation judiciaire. La procédure a été clôturée pour insuffisance d’actif le 8 janvier 2013.

La banque, dont la créance avait été admise au passif de l’entreprise, a été autorisée par le président du tribunal de la procédure à reprendre ses poursuites contre le débiteur sur le bien immobilier dont elle avait financé l’acquisition. Par un arrêt du 5 mars 2015, la Cour d’appel de Grenoble a infirmé l’ordonnance au motif que la banque ne justifiait pas de droits attachés à sa propre personne pour recouvrer l’exercice individuel de son action contre le débiteur, et ce nonobstant sa qualité de créancier personnel et antérieur à la déclaration d’insaisissabilité.

Saisie d’un pourvoi formé par la banque, la Cour de cassation, par un arrêt du 13 décembre 2017 publié au bulletin, confirme la solution de l’arrêt de la Cour d’appel. La Chambre commerciale fonde sa solution sur l’article L.643-11 I 2° du Code de commerce, dont la banque revendique exclusivement l’application, qui dispose que le jugement de clôture de liquidation judiciaire pour insuffisance d’actif fait recouvrer aux créanciers l’exercice individuel de leurs actions contre le débiteur lorsque la créance porte sur des droits attachés à la personne du créancier, tels que les créances alimentaires ou les dommages-intérêts accordés par le juge en réparation d’un préjudice corporel ou moral. Selon la Cour de cassation, le droit d’un créancier de saisir un immeuble objet d’une déclaration d’insaisissabilité n’entre pas dans cette catégorie.

Par cette décision, la Chambre commerciale vient préciser le champ d’application des droits attachés à la personne du créancier permettant à ce dernier de recouvrer l’exercice individuel de son action contre le débiteur postérieurement au jugement de clôture de liquidation judiciaire pour insuffisance d’actif. Toutefois, la portée de cette solution semble assez limitée au regard de la loi Macron du 6 août 2015 consacrant l’insaisissabilité de plein droit  de la résidence principale de l’entrepreneur.

A rapprocher : L.643-11 I 2° du Code de commerce

VOIR AUSSI

La neutralisation par la procédure collective de la clause de solidarité prévue au contrat de bail

Cass. com., 15 novembre 2017, n°16-19.131

- Vu : 831

En cas de cession du fonds de commerce dans le cadre d’une procédure collective, les articles L.622-15 et L.641-12 al.2 du Code de commerce prévoient que les clauses de solidarité mentionnées au contrat de bail sont réputées non écrites, et partant, inopposables au Cessionnaire.

> Lire la suite

Violation de l’obligation légale de reconstitution des capitaux propres par le dirigeant

Cass. com., 13 octobre 2015, pourvoi n°14-15.755

- Vu : 5700

L’absence de reconstitution des capitaux propres dans le délai légal étant imputable aux actionnaires, elle ne peut constituer une faute de gestion engageant la responsabilité du dirigeant social pour insuffisance d’actif.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75426
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 61898
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38339
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34673
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©