Rupture brutale des relations commerciales établies et action concertée

Photo de profil - SIMON François-Luc | Avocat Associé-Gérant - Docteur en droit | Lettre des réseaux

SIMON François-Luc

Avocat Associé-Gérant - Docteur en droit

CA Paris, Pôle 5, ch. 4, 20 décembre 2017, n°15/20154

Lorsque deux sociétés appartenant à un même groupe mettent fin aux relations commerciales qu’elles entretiennent avec un même fournisseur, la situation de dépendance de l’entreprise évincée […] ne prend en compte le chiffre d’affaires cumulé généré par les deux sociétés auprès du fournisseur que dans l’hypothèse où il est démontré que celles-ci ont agi de concert.

Ce qu’il faut retenir : Lorsque deux sociétés appartenant à un même groupe mettent fin aux relations commerciales qu’elles entretiennent avec un même fournisseur, la situation de dépendance de l’entreprise évincée, de nature à influer sur le calcul de la durée du préavis, ne prend en compte le chiffre d’affaires cumulé généré par les deux sociétés auprès du fournisseur que dans l’hypothèse où il est démontré que celles-ci ont agi de concert.

Pour approfondir : Par un arrêt remarqué, la Cour de cassation (Cass. com., 6 octobre 2015, n°14-19.499, et notre commentaire) a cassé et annulé pour manque de base légale l’arrêt (CA Paris, 30 janvier 2014, n°12/02755) qui, pour fixer la durée du préavis, a relevé que les auteurs de la rupture ont, de façon concomitante, noué des relations commerciales avec la société victime, qu’elles y ont mis fin dans des conditions identiques, sans aucun préavis et qu’elles justifient de leur rupture par des motifs similaires alors que ces sociétés, bien qu’appartenant à un même groupe et ayant la même activité, étaient deux sociétés autonomes qui avaient entretenu avec la société victime des relations commerciales distinctes, sans constater qu’elles avaient agi de concert. Ce faisant, la Haute juridiction a cassé l’arrêt rendu le 30 janvier 2014, uniquement en ce qu’il a dit que le préavis dont devait bénéficier la société victime de la part des deux sociétés du groupe est de un an et condamné ces dernières à payer à la société victime les sommes respectives de 2 361 164,36 euros et 604 913,98 euros au titre de la marge brute perdue.

Statuant sur renvoi après cassation, la Cour d’appel de Paris était appelée à se prononcer sur l’existence d’une éventuelle action concertée. Elle retient qu’il ne peut être déduit de la seule appartenance à un même groupe de deux sociétés ayant la même activité, et par suite de leur adoption de politiques communes, une action concertée dans la rupture de relations commerciales entretenues avec un fournisseur dès lors qu’il s’agit de deux sociétés autonomes ayant entretenu avec la société victime des relations commerciales distinctes par des contrats, demandes de prix, bons de commandes, livraisons, facturations, correspondances distincts et les ayant rompues individuellement. Elle ajoute que l’exigence commune d’une certification environnementale spécifique et le fait qu’elles aient, de façon quasi concomitante, entamé puis mis fin aux relations commerciales dans des conditions identiques ne constitue pas des éléments suffisants à établir une action concertée entre elles.

Ainsi, pour apprécier la durée du préavis suffisant et notamment l’état de dépendance du fournisseur, il n’y a donc pas lieu de prendre en compte le chiffre d’affaires global généré par les deux sociétés.

A rapprocher : Cass. com., 2 décembre 2008, n°08-10.731, Bull. 2008, IV, n°201 (2) (cassation partielle)

Sommaire

Autres articles

some
Le cumul des sanctions administratives validé par le Conseil constitutionnel
Cons. const., décision n°2021-984 QPC, 25 mars 2022 Le Conseil constitutionnel déclare conformes à la Constitution les dispositions de l’article L. 470-2 VII du Code de commerce relatif au cumul de sanctions administratives relevant de pratiques anticoncurrentielles. Partant, une même…
some
Clause de non-concurrence et justification du savoir-faire du franchiseur
CA Paris, Pôle 5, Chambre 4, 30 mars 2022, n°20/08551 La Cour d’appel de Paris est venue préciser la jurisprudence antérieure relative à l’application d’une clause de non-concurrence au sein d’un contrat de franchise. Elle a considéré que la clause…
some
Validité de l’acte de cautionnement comportant des termes non prévus par la loi
Cass. com., 21 avril 2022, n°20-23.300 Le fait que la mention manuscrite apposée sur l’acte de cautionnement comporte des termes non prescrits par l’article L.341-2 du Code de la consommation dans son ancienne rédaction n’affecte aucunement de manière automatique la…
some
Le règlement d’exemption, quel impact pour les réseaux ?
Retrouvez François-Luc Simon dans le podcast "Le Talk Franchise" lors de Franchise Expo Paris.
some
Demande d’avis d’un cabinet d’avocats portant sur la conformité d’une pratique d’un franchiseur au regard du droit de la concurrence
La CEPC s’est prononcée sur la pratique, pleinement d’actualité en raison notamment de la crise sanitaire traversée ces derniers mois, de la vente de produits en ligne sur le site internet du franchiseur.
some
Rupture brutale et reprise d’activité par un tiers : de nouvelles précisions
La partie qui s’estime victime d’une rupture brutale des relations commerciales établies ne peut se prévaloir de la relation qu’elle avait nouée antérieurement à un plan de cession, sauf à démontrer l’intention du tiers cessionnaire de poursuivre les...