webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances

Cass. com., 15 novembre 2017, n°16-18.144

Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que les contestations soulevées par le créancier soient dépourvues de sérieux et ne soient pas susceptibles d’exercer une influence sur l’existence ou le montant de la créance.

Ce qu’il faut retenir : Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que les contestations soulevées par le créancier soient dépourvues de sérieux et ne soient pas susceptibles d’exercer une influence sur l’existence ou le montant de la créance.

Pour approfondir : En l’espèce, un établissement de crédit a déclaré au passif de la procédure de liquidation judiciaire d’une société une créance au titre d’un contrat de financement de matériels. Cette déclaration de créance a fait l’objet d’une contestation devant le juge-commissaire.

Par un arrêt du 25 février 2016, la Cour d’appel de Rouen a décidé que la demande d’admission de créances relève de la compétence du juge-commissaire aux motifs que, d’une part, l'admission d'une créance au titre de la résiliation d'un contrat de location relève des pouvoirs du juge-commissaire et que, d’autre part, il n'existe aucune instance en cours opposant la banque et le débiteur au sujet du principe ou du montant de l'obligation à paiement invoquée.

Saisie d’un pourvoi formé par le créancier, la Cour de cassation a cassé l’arrêt de la Cour d’appel pour défaut de base légale au visa des dispositions de l’article L.624-2 du Code de commerce dans sa rédaction antérieure à l’ordonnance du 12 mars 2014. Selon la Haute juridiction, la Cour d’appel aurait dû rechercher si les contestations soulevées par le créancier étaient dépourvues de sérieux et n’étaient pas susceptibles d’exercer une influence sur l’existence ou le montant de la créance.

D’une part, la Cour de cassation fonde sa décision sur l’article L.624-2 du Code de commerce, dans sa rédaction antérieure à l’ordonnance du 12 mars 2014 et applicable au moment des faits de l’espèce, qui dispose, en ces termes, que : « Au vu des propositions du mandataire judiciaire, le juge-commissaire décide de l'admission ou du rejet des créances ou constate soit qu'une instance est en cours, soit que la contestation ne relève pas de sa compétence. »

D’autre part, elle applique les critères retenus par la jurisprudence, sous l’empire de la loi antérieure à l’ordonnance du 12 mars 2014, afin de déterminer si la contestation de créances  relève ou non de la compétence du juge-commissaire. Ainsi, en application de cette jurisprudence, il appartient au juge-commissaire de rechercher si la contestation est sérieuse et est susceptible d’exercer une influence sur l’existence ou le montant de la créance.

Désormais l’article L.624-2 alinéa 2 du Code de commerce prévoit que « En l’absence de contestation sérieuse, le juge-commissaire a également compétence, dans les limites de la compétence matérielle de la juridiction qui l’a désigné, pour statuer sur tout moyen opposé à la demande d’admission ».

A rapprocher : Ordonnance n°2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention des difficultés des entreprises et des procédures collectives ; L.624-2 du Code de commerce

VOIR AUSSI

L’imputation majorée des déficits antérieurs en cas d’abandon de créance

QPC, 13 avril 2018, n°2018-700

- Vu : 899

La majoration de la limite d’imputation des déficits reportables sur les bénéfices postérieurs en cas d’abandon de créance, prévue par l’article 209 du Code général des impôts, ne profite qu’aux entreprises en difficulté ayant bénéficié de ces abandons.

> Lire la suite

Sur la régularité de la notification d’une lettre de contestation de créance à un établissement public à caractère administratif

Cass. com., 10 janvier 2018, n°16-20.764

- Vu : 1082

La notification de la contestation d’une créance adressée non pas à l’agent comptable compétent pour déclarer les créances mais à l’établissement public en sa qualité de créancier fait courir le délai de 30 jours dont dispose le créancier pour répondre à la lettre de contestation.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 96427
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86214
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40650
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40376
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©