webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Étendue de la garantie de l’AGS aux créances salariales d’un salarié protégé dès la manifestation de l’intention de rompre son contrat

Cass. soc., 13 décembre 2017, n°16-21.773

La seule manifestation de l’intention de rompre le contrat de travail d’un salarié protégé, dans le délai de quinze jours suivant le jugement de liquidation judiciaire, suffit à ce que l’AGS doive sa garantie quand bien même le licenciement n’aurait pas été mis en œuvre ultérieurement.

Ce qu’il faut retenir : La seule manifestation de l’intention de rompre le contrat de travail d’un salarié protégé, dans le délai de quinze jours suivant le jugement de liquidation judiciaire, suffit à ce que l’AGS doive sa garantie quand bien même le licenciement n’aurait pas été mis en œuvre ultérieurement.

Pour approfondir : L’AGS couvre les créances salariales dans les délais et conditions des articles L.3253-8 et suivants du Code du travail.

S’agissant des salariés protégés, leurs créances sont spécifiquement couvertes par la garantie des salaires dans les termes de l’article L.3253-9 du même code :

« Sont également couvertes les créances résultant du licenciement des salariés bénéficiaires d'une protection particulière relative au licenciement dès lors que l'administrateur, l'employeur ou le liquidateur, selon le cas, a manifesté, au cours des périodes mentionnées au 2° de l'article L.3253-8, son intention de rompre le contrat de travail ».

Dans cet arrêt publié au bulletin, la chambre sociale de la Cour de cassation confirme sa position au visa de ces textes, en rappelant que l’AGS doit sa garantie au salarié protégé dans la simple hypothèse où l’administrateur judiciaire a manifesté son intention de rompre ce contrat dans les 15 jours du jugement de liquidation judiciaire.

Les juges du fond avaient, pour leur part, considéré que cette manifestation de rompre le contrat du salarié protégé n’ayant pas été suivie d’un licenciement effectif, faute d’autorisation par l’inspection du travail, l’AGS n’avait pas à couvrir les créances salariales résultant de la rupture du contrat de travail constaté judiciairement à la requête du salarié protégé.

L’AGS avait, dès lors, été mise hors de cause.

La Haute juridiction censure une telle position aux termes d’un attendu limpide :

« Qu'en statuant ainsi alors qu'elle avait constaté que l'administrateur judiciaire avait, dans les quinze jours de la liquidation judiciaire, manifesté son intention de rompre le contrat de travail de la salariée protégée, ce dont il résultait que l'AGS devait sa garantie peu important le refus de l'inspecteur du travail d'autoriser son licenciement, la Cour d'appel, qui n'a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, a violé les textes susvisés ; »

Cette position, conforme à la lettre de l’article L.3252-9 précité qui vise la seule hypothèse de l’ « intention de rompre le contrat de travail », s’inscrit dans la droite ligne des précédents jurisprudentiels dégagés par la Cour de cassation, notamment aux termes d’un arrêt rendu le 8 février 2012 (Cass. soc., 8 févr. 2012, n°10-12.906).

A rapprocher : Articles L.3253-8 et L.3253-9 du Code du travail ; Cass. soc., 8 févr. 2012, n°10-12.906, 10-12.405, 10-13.521 ; Cass. soc., 6 juin 2007, n°05-40.892

VOIR AUSSI

Sur le dessaisissement du débiteur pour l’exercice des actions tendant au recouvrement de ses créances

Cass. civ. 1ère, 6 septembre 2017, n°16-10.711

- Vu : 1030

Au visa des dispositions de l’article L.641-9 du Code de commerce, la Cour de cassation rappelle qu’aucun droit propre ne fait échec au dessaisissement du débiteur pour l’exercice des actions tendant au recouvrement de ses créances.

> Lire la suite

Flash Prévention et Restructuration n°3/16 de Simon Associés

L'actualité récente en matière de prévention et de restructuration d'entreprises

- Vu : 2244

Ce flash est l’occasion de revenir sur l’actualité récente du monde de la prévention et de la restructuration et de vous informer sur l’actualité de notre cabinet.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 80661
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 70933
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38732
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35938
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©