Forclusion par tolérance : point de départ

CA Paris, 17 novembre 2017, n°16/20736

Le délai de forclusion par tolérance court, non pas à compter du jour de la publication de l’enregistrement de la marque postérieure, mais à compter du jour où l’usage a été connu.

Ce qu’il faut retenir : Le délai de forclusion par tolérance court, non pas à compter du jour de la publication de l’enregistrement de la marque postérieure, mais à compter du jour où l’usage a été connu. Il incombe à celui qui se prévaut de la forclusion de l’établir.

Pour approfondir : Une société, exploitant plusieurs dizaines d’hypermarchés, avait engagé une action en contrefaçon de ses marques verbale et figurative du fait du dépôt et de l’usage d’une marque postérieure. En défense, la société poursuivie souleva la forclusion de l’action en contrefaçon et en nullité dirigée contre le dépôt de sa marque datant de 2006 et de la demande d’interdiction de son usage en application des articles L.714-3 et L.714-5 du code de la propriété intellectuelle.

L’article L.714-3 alinéa 3 du code de la propriété intellectuelle dispose : « Seul le titulaire d’un droit antérieur peut agir en nullité sur le fondement de l’article L.711-4. Toutefois, son action n’est pas recevable si la marque a été déposée de bonne foi et s’il en a toléré l’usage pendant cinq ans » et l’article L.716-5 dispose : « Est irrecevable toute action en contrefaçon d’une marque postérieure enregistrée dont l’usage a été toléré pendant cinq ans, à moins que son dépôt n’ait été effectué de mauvaise foi. Toutefois, l’irrecevabilité est limitée aux seuls produits et services pour lesquels l’usage a été toléré ».

La forclusion par tolérance, qui est une fin de non-recevoir, sanctionne l’inaction du titulaire d’une marque qui entendrait faire annuler et cesser l’usage d’une marque postérieure. Les articles L.714-3 et L.716-5 du code de la propriété intellectuelle visent chacun la tolérance pendant cinq ans, l’enjeu réside donc dans la détermination du point de départ.

Dans cet arrêt, la Cour d’appel va reprendre la solution dégagée par la jurisprudence antérieure. La publication de l’enregistrement de la marque n’est pas nécessairement le point de départ de ce délai : bien qu’il constitue un fait objectif, c’est la date à laquelle le titulaire du droit antérieur a eu connaissance de l’usage de la marque litigieuse. La Cour de cassation l’a affirmé en des termes clairs : « Mais attendu que la simple publication de l’enregistrement de la marque seconde au Bulletin officiel de la propriété industrielle ne constitue pas un acte propre à caractériser la tolérance en connaissance de cause par le propriétaire de la marque première de l’usage de la marque seconde » (Cass.com., 15 juin 2010, n°08-18279). La Cour d’appel reprend cette solution : « Dans les deux cas c’est la connaissance de l’usage de la marque qui doit avoir été toléré durant 5 années pour entraîner la forclusion de l’action en nullité ou l’irrecevabilité de l’action en contrefaçon. Dès lors, le point de départ de ces délais ne peuvent être ceux de la publication de la demande d’enregistrement de la marque, ni même de son octroi mais doit être apprécié, au cas d’espèce, par la connaissance de l’usage effectif de la marque seconde ».

La charge de la preuve incombe à celui qui se prévaut de la forclusion par tolérance, les juges doivent apprécier les circonstances factuelles (quantités vendues, spécificité du marché concerné, territoires sur lesquels la marque est exploitée, etc.). Or, en l’espèce, une telle preuve n’a pu être rapportée et la forclusion n’ayant pas été retenue, l’action en contrefaçon était recevable quoique mal fondée en l’espèce.

A rapprocher : Article L. 714-3 du code de la propriété intellectuelle ; Article L. 716-5 du code de la propriété intellectuelle

Sommaire

Autres articles

some
Publication d’un avis de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes portant recommandations dans le domaine de la sécurité numérique
La CSNP a publié [...] un avis portant recommandations dans le domaine de la sécurité numérique, et plaidant notamment pour la création d’un parquet national consacré à la cybercriminalité et pour la création d’un dispositif dédié au paiement des rançons
some
Le Conseil d’Etat se prononce sur la conservation des données de connexion à des fins de sauvegarde de la sécurité nationale
Dans une décision en date du 21 avril 2021, le Conseil d’Etat s’est prononcé sur la conformité du droit français au droit européen en matière de conservation des données de connexion par les fournisseurs de services de communications électroniques.
some
La cour d’appel de Paris apporte des précisions sur le régime applicable en matière de violation de licence de logiciel
La cour d’appel de Paris a, dans un arrêt du 19 mars 2021, considéré que la violation d’un contrat de licence de logiciel ne relevait pas de la responsabilité délictuelle mais de la responsabilité contractuelle.
some
La Commission européenne apporte des éclaircissements concernant les transferts de données personnelles vers le Royaume Uni
La Commission européenne a annoncé avoir engagé des démarches pour autoriser de façon générale les transferts de données à caractère personnel vers le Royaume Uni en publiant le 19 février 2021 deux projets de décisions dites « d’adéquation ».
some
Le révolutionnaire avis client
À l’heure où le marketing traditionnel est remis en cause, l’importance de l’avis client est grandissante. 88 % des internautes consultent les avis clients avant un achat en ligne et 73 % avant un achat en boutique .
some
Blocage de sites proposant des produits contrefaisants
En cas d’atteinte à une marque, le titulaire de celle-ci peut solliciter des mesures de blocage d’accès à des sites internet auprès des FAI sur le fondement de l’article 6-I-8 de la LCEN.