webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Dispense de définition préalable du marché par l’Autorité de la concurrence

Cass. com., 6 décembre 2017, n°16-18.835

La Cour de cassation n’invalide pas la possibilité pour l’Autorité de la concurrence de rendre une décision relative à l’existence d’un abus de position de dominante, sans avoir préalablement procédé à la définition du marché pertinent.



Ce qu’il faut retenir : La Cour de cassation n’invalide pas la possibilité pour l’Autorité de la concurrence de rendre une décision relative à l’existence d’un abus de position de dominante, sans avoir préalablement procédé à la définition du marché pertinent.

Pour approfondir : Une société de vente en ligne évènementielle avait saisi l’Autorité de la concurrence, se prévalant d’un abus de position dominante qu’elle considérait commis par l’un de ses concurrents, acteur incontournable du marché. Cet abus aurait consisté en des clauses d’exclusivité imposées aux fournisseurs de la place de marché en ligne, qui leur interdisaient temporairement de distribuer leurs produits par le biais de plateformes concurrentes.

L’Autorité de la concurrence avait rendu un non-lieu dans cette affaire (décision n°14-D-18 du 28 novembre 2014), considérant notamment qu’elle ne disposait pas d’éléments permettant d’établir l’existence d’un marché de la vente évènementielle en ligne, sans ensuite procéder à la définition du marché pertinent concerné dans cette affaire. L’impossibilité de définir un tel marché découlait notamment de l’importante évolution du marché et du nombre de ses acteurs sur les dernières années, qui ne permettait plus à l’Autorité de la concurrence de procéder à une analyse rétrospective de substituabilité des offres, le contexte de marché actuel étant trop éloigné du contexte de marché de l’époque des faits reprochés.

La société concurrente à l’initiative de la procédure a donc tenté en appel, puis en cassation, de faire juger que la décision de non-lieu devait être précédée d’une définition du marché pertinent. En d’autres termes, pour renoncer à poursuivre de potentielles pratiques d’abus de position dominante sur un marché, il aurait convenu – selon le concurrent – que ce marché ait été défini.

La cour d’appel et la Cour de cassation (Cass. com., 6 décembre 2017, n°16-18.835) ne partagent pas cette analyse et considèrent que l’Autorité de la concurrence peut décider de ne pas poursuivre une pratique si les services de l’instruction ne lui ont pas fourni les éléments lui permettant de constater l’existence d’un tel abus sur un marché donné.

Dès lors, est validée la possibilité pour l’Autorité de la concurrence de renoncer à poursuivre une éventuelle pratique de position dominante sur un marché, alors même que l’Autorité de la concurrence n’a pas préalablement défini ledit marché.

A rapprocher : Avis de l’Autorité de la concurrence n°14-D-18

VOIR AUSSI

Déséquilibre significatif et accords de référencement - CA Paris, 4 juillet 2013, RG n°12/07651

- Vu : 9950
La notion de déséquilibre significatif prévue à l'article L.442-6 du C. com. semble parfois rester floue. Cette décision, rendue dans le cadre d'accords de référencement conclus entre fournisseurs et grands distributeurs, est ainsi importante.
> Lire la suite

Rupture de relations commerciales établies - CA Versailles, 3 juill. 2012, RG n°10/08577

- Vu : 5808

Engage sa responsabilité celui qui rompt brutalement une relation commerciale établie, sans respecter une durée minimale de préavis ; lorsque la relation porte sur la fourniture de produits sous MDD, la durée minimale du préavis à respecter est double.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75466
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 61991
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38350
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34687
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©