webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

L’inventaire incomplet emporte les mêmes conséquences que l’absence d’inventaire

Cass. com., 25 octobre 2017, n°16-22.083

En présence d’un inventaire incomplet, sommaire ou inexploitable, qui équivaut à une absence d’inventaire, la charge de la preuve, que le bien n’existait plus en nature au jour de l’ouverture de la procédure collective, pèse sur le liquidateur du débiteur et non sur le créancier revendiquant.

Ce qu’il faut retenir : En présence d’un inventaire incomplet, sommaire ou inexploitable, qui équivaut à une absence d’inventaire, la charge de la preuve, que le bien n’existait plus en nature au jour de l’ouverture de la procédure collective, pèse sur le liquidateur du débiteur et non sur le créancier revendiquant.

Pour approfondir : Devenu obligatoire par la Loi du 10 juin 1994, l’inventaire des biens du débiteur à l’ouverture de la procédure collective a facilité l’action du créancier revendiquant auquel incombe, par principe, la démonstration de l’existence en nature du bien revendiqué à l’ouverture de cette procédure. Si le bien revendiqué est inscrit, cette preuve est rapportée.

La Cour de cassation avait déjà eu l’occasion de poser en principe que l’absence d’inventaire réalisé à l’ouverture d’une procédure collective avait pour conséquence d’inverser la charge de la preuve et de faire supporter au débiteur, à l’administrateur judiciaire ou au liquidateur judiciaire, la charge de prouver que les biens revendiqués n’existaient plus en nature au jour du prononcé de la procédure collective (Cass. com., 1er déc. 2009, n°08-13.187).

Une telle position s’inscrit clairement dans la droite ligne des dispositions de l’article L.622-6 alinéa 5 du Code de commerce (texte de la procédure de sauvegarde applicable également aux procédures de redressement et de liquidation judiciaire par renvoi des articles L.631-14, I et L.641-4, al.3), aux termes desquelles :

« L'absence d'inventaire ne fait pas obstacle à l'exercice des actions en revendication ou en restitution. »

Complétant la solution, la Haute juridiction vient, aux termes d’un arrêt rendu le 25 octobre 2017, de préciser :

« qu’en présence d'un inventaire incomplet, sommaire ou inexploitable, qui équivaut à l'absence d'inventaire obligatoire prévu par l'article L.622-6 du Code de commerce, la preuve que le bien revendiqué, précédemment détenu par le débiteur, n'existe plus en nature au jour du jugement d'ouverture, incombe au liquidateur ; qu'ayant souverainement retenu que l'inventaire des actifs de la société ATP, dressé les 20 et 21 mars 2013, était sommaire et incomplet, et que le liquidateur de cette société n'apportait pas la preuve que les marchandises revendiquées n'existaient plus en nature à la date du jugement d'ouverture, la Cour d'appel en a exactement déduit que l'action en revendication devait être accueillie. »

Ce faisant, la Cour de cassation a tenu compte de la situation du créancier revendiquant qui n’exerce aucune autorité, ni contrôle sur l’établissement de l’inventaire des biens de son débiteur.

A rapprocher : Articles L.622-6L.631-14, I et L.641-4, al.3 du Code de commerce ; Cass. com., 1er décembre 2009, n°08-13.187

VOIR AUSSI

L’opposabilité de l’ordonnance du juge-commissaire au tiers en matière de contrats en cours

Cass. com., 11 septembre 2019, n°18-11.401

- Vu : 1004

La décision du juge-commissaire constatant la résiliation d’un contrat de maintenance de matériels, en application de l’article L.641-11-1 du Code de commerce, n’a pas l’autorité de la chose jugée à l’égard d’un tiers...

> Lire la suite

La qualité de dirigeant ne présume pas sa connaissance de l’état de cessation des paiements - Cass. com., 19 novembre 2013, pourvoi n°12-25.925

- Vu : 8976
Par cette décision, la Cour de cassation revient sur l’exigence de preuve de la connaissance de l’état de cessation des paiements du débiteur par le bénéficiaire d’un paiement intervenu en période suspecte. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 101164
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87030
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41984
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 41317
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©