webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Le juge-commissaire doit surseoir à statuer sur l’admission de la créance dans l’hypothèse d’une contestation sérieuse

Cass. com., 27 septembre 2017, n°16-16.414

Le juge-commissaire doit surseoir à statuer sur l’admission de la créance déclarée en présence d’une contestation sérieuse susceptible d’influencer l’existence ou le montant de cette créance, et ce même si la contestation ne porte pas directement sur la créance déclarée.

Ce qu’il faut retenir : Le juge-commissaire doit surseoir à statuer sur l’admission de la créance déclarée en présence d’une contestation sérieuse susceptible d’influencer l’existence ou le montant de cette créance, et ce même si la contestation ne porte pas directement sur la créance déclarée.

Pour approfondir : En l’espèce, un crédit-bailleur déclare sa créance au titre d’un crédit-bail au passif de la procédure de redressement judiciaire du débiteur, laquelle procédure a été convertie en liquidation judiciaire. A la suite d’une contestation, cette créance a été partiellement admise par ordonnance du juge-commissaire. Le matériel, objet du crédit-bail, ayant été dégradé, le crédit-bailleur cède ce matériel pour un prix symbolique.

C’est dans ces conditions que le crédit-preneur interjette appel de la décision du juge-commissaire aux fins de voir reconnaitre sa créance indemnitaire à l’égard du crédit-bailleur au titre d’une perte de chance de revendre le bien à un meilleur prix et d’obtenir la compensation de cette somme avec la créance déclarée au titre du crédit-bail.

La Cour d’appel de Rouen, par un arrêt en date du 25 février 2016, déclare irrecevable la demande reconventionnelle en dommages-intérêts formée par le débiteur et admet la créance du crédit-bailleur au motif que la procédure de vérification des créances a uniquement pour objet de déterminer l'existence, le montant, ou la nature de la créance déclarée et qu’il n’entre pas dans les attributions du juge-commissaire et, partant, de la Cour d’appel statuant en matière d'admission des créances, de se prononcer sur la responsabilité encourue par la crédit-bailleur à l'occasion de l'exécution du contrat.

Saisie d’un pourvoi formé par le débiteur et le liquidateur, la chambre commerciale de la Cour de cassation, par un arrêt publié au bulletin, casse l’arrêt d’appel au visa des dispositions de l’article L.624-2 du Code de commerce relatif aux compétences et aux pouvoirs du juge-commissaire. Dans un attendu de principe, elle affirme que, dès lors que la contestation du débiteur est sérieuse et se trouve susceptible d’avoir une influence sur l’existence ou le montant de la créance déclarée, la contestation ne relève pas du pouvoir juridictionnel du juge-commissaire et que celui-ci est tenu de surseoir à statuer sur l’admission de la créance après avoir invité les parties à saisir le juge-compétent. La Cour d’appel a donc violé le texte susvisé en déclarant irrecevable la demande reconventionnelle du débiteur sans se prononcer préalablement sur le caractère sérieux de la contestation du débiteur et sur son influence sur l’existence et le montant de cette créance et, dans l’affirmative, surseoir à statuer sur l'admission de la créance après avoir invité les parties à saisir le juge compétent.

L’absence de pouvoir juridictionnel du juge-commissaire en cas de contestation sérieuse du débiteur est une création prétorienne. Cette règle a été consacrée par l’ordonnance n°2014-326 du 12 mars 2014 et codifiée aux dispositions de l’article L.624-2 du Code de commerce.

S’agissant de la contestation sérieuse du débiteur, la question restait de savoir si cette dernière devait porter directement ou non sur la créance déclarée. Il aurait pu être envisagé que la contestation devait porter directement sur la créance déclarée et que l’examen de la contestation du débiteur pouvait intervenir parallèlement, et sa créance se compenser sur la créance admise du créancier. La Cour de cassation a retenu la solution inverse. Par deux arrêts en date du 28 janvier 2014 et du 27 janvier 2015 (Cass. com., 28 janvier 2014, n°12-35.048 et Cass. com., 27 janvier 2015, n°13-25.168), la Cour de cassation a jugé que le juge-commissaire devait surseoir à statuer sur la créance déclarée y compris lorsque la contestation portait sur une créance du débiteur venant éventuellement en compensation de la première. Dans ces conditions, il y a lieu de considérer que la créance litigieuse du débiteur se compensera avec la créance déclarée et que l’objet de l’admission portera sur le montant total après compensation. Ainsi, la présente décision s’inscrit dans le prolongement des deux arrêts précités.

 A rapprocher : Cass. com., 28 janvier 2014, n°12-35.048 ; Cass. com., 27 janvier 2015, n°13-25.168 ; L.624-2 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Possibilité d’une nouvelle déclaration de créance à la seconde procédure collective pour le montant initial de la créance

Cass. com., 30 janvier 2019, n°17-31.060

- Vu : 982

La décision d’admission ou de rejet de la créance dans la première procédure collective n’a pas autorité de la chose jugée dans la seconde procédure ouverte à l’égard du même débiteur après résolution de son plan. Le créancier dont la créance a fait l’objet d’un rejet dans le cadre de la première collective peut déclarer cette même créance au passif de la seconde procédure collective.

> Lire la suite

La Loi SAPIN II redessine les contours de la responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif

Loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016

- Vu : 6432

La Loi dite SAPIN II est venue ajouter à l’alinéa 1er de l’article L. 651-2 du Code de commerce, portant sur la responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif, un cas d‘exclusion de responsabilité en cas de « simple négligence » dans la gestion. 

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105531
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43613
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©