webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Clôture de la procédure de conciliation : auto-saisine du président du tribunal exclue

CA Dijon, 2ème ch. civ., 13 juillet 2017, n°17/00720

Le président du tribunal qui a ouvert une procédure de conciliation n’est pas autorisé à se saisir d’office pour y mettre un terme.

Ce qu’il faut retenir : Le président du tribunal qui a ouvert une procédure de conciliation n’est pas autorisé à se saisir d’office pour y mettre un terme.

Pour approfondir : En l’espèce, la SAS CB a sollicité l’ouverture d’une procédure de conciliation. Par ordonnance en date du 17 mars 2017, le Président du tribunal de commerce a fait droit à sa demande et a, à titre liminaire, missionné le conciliateur de vérifier si la société CB était en état de cessation des paiements ou non.

Aux termes d’un rapport en date du 28 avril 2017, le conciliateur a conclu qu’en l’absence totale d’actif disponible, il lui apparaissait que la société CB était en état de cessation des paiements depuis plus de 45 jours lors de la demande d’ouverture de la procédure de conciliation.

Par ordonnance du 4 mai 2017, le président du tribunal a, au vu du rapport du conciliateur, décidé de mettre fin en conséquence à la procédure de conciliation précédemment ouverte. La société CB a interjeté appel de cette décision, aux fins d’annulation de ladite ordonnance.

La Cour d’appel de Dijon a, par un arrêt rendu en date du 13 juillet 2017, annulé l’ordonnance du 4 mai 2017.

La Cour rappelle que, conformément aux dispositions des articles L.611-4 et suivants du Code de commerce, la procédure de conciliation ne prend fin que dans les cas limitativement prévus par les textes, à savoir :

  1. le constat ou l’homologation d’un protocole d’accord intervenu dans les conditions prévues à l’article L.611-8 du Code de commerce,
  2. l’arrivée à son terme du délai fixé dans l’ordonnance,
  3. à la demande du débiteur (article R.611-37 du Code de commerce),
  4. à la demande du conciliateur (article R.611-36 du Code de commerce).

Il en résulte que le président du tribunal n’est pas autorisé à se saisir d’office, aux fins de mettre fin par anticipation à la procédure de conciliation, pour quelque motif que ce soit.

Le président du tribunal saisi d’une demande d’ouverture d’une procédure de conciliation doit ainsi vérifier, en amont de sa décision, si les conditions légales sont remplies, et notamment si le requérant n’est pas en état de cessation des paiements depuis plus de 45 jours et peut, au besoin, demander des informations complémentaires au requérant avant d’admettre ou de rejeter sa requête.

Par cette décision, la Cour d’appel a fait une application stricte des textes, ce dont on peut se réjouir. Une décision contraire aurait sans aucun doute terni, vis-à-vis des dirigeants, les effets positifs attachés à la procédure de conciliation.

Pour mémoire, l’ordonnance n°2014-326 du 12 mars 2014 a modifié l’article L.631-14 du Code de commerce. Le tribunal ne peut ainsi plus se saisir d’office, en cas d’échec de la procédure de conciliation.

Il est enfin précisé que conformément aux dispositions de l’article R.611-38 du Code de commerce, la décision mettant fin à la procédure de conciliation n’est pas susceptible de recours. Dans ces conditions, seul l’appel-nullité est recevable.

A rapprocher : articles L.611-4 et suivants du Code de commerce

VOIR AUSSI

Le rejet motivé de la proposition par le Ministère public d’un mandataire judiciaire

CA Paris, 7 mai 2019, n°18/28779

- Vu : 1318

Conformément aux dispositions de l’article L.621-4 du Code de commerce, le Ministère public est fondé à proposer la désignation d’un mandataire judiciaire dans le cadre de l’ouverture d’une procédure collective. Le rejet d’une telle proposition, par la juridiction, doit nécessairement être motivé sous peine de voir désigner le mandataire judiciaire initialement proposé.

> Lire la suite

Portée de l’exercice de la profession de mandataire judiciaire en société - Cass. com., 27 nov. 2012 et Cass. com., 22 janv. 2013

- Vu : 6652
Par deux arrêts, la Cour de cassation revient sur l'exercice de la profession de mandataire judiciaire en société et la portée de ses actes. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105533
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43613
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©