webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

L’extinction d’une sûreté consécutive à une décision de rejet de créance du juge-commissaire

Cass. com., 4 mai 2017, n°15-24.854

La décision de rejet de créance prononcée par le juge-commissaire emporte systématiquement extinction des sûretés qui la garantissent.

Ce qu’il faut retenir : La décision de rejet de créance prononcée par le juge-commissaire emporte systématiquement extinction des sûretés qui la garantissent.

Pour approfondir : Lorsqu’une procédure collective est ouverte, les créanciers sont obligés de déclarer leurs créances entre les mains du mandataire dans un délai de deux mois, à compter de la publication du jugement d'ouverture au BODACC. Le mandataire judiciaire établit alors, après avoir sollicité les observations du débiteur, la liste des créances déclarées. Il transmet cette liste au juge-commissaire. Au regard des propositions du mandataire, le juge-commissaire peut alors décider de l'admission, du rejet des créances ou constater soit qu'une instance est en cours, soit que la contestation ne relève pas de sa compétence conformément aux dispositions de l’article L.624-2 du Code de commerce.

En l’espèce, la Société Générale (la banque) a consenti à la société La Renaissance (le débiteur) un prêt garanti par un nantissement sur fonds de commerce. Par un jugement du 31 janvier 2006, le débiteur a bénéficié de l’ouverture d’une procédure de sauvegarde.

Le 3 avril 2007, le tribunal a arrêté le plan de sauvegarde de la société. Puis, par une ordonnance du 2 juin 2008, devenue irrévocable, le juge-commissaire a rejeté la déclaration de créance faite par la banque. Il l’a considérée procéduralement irrégulière. La banque a malgré tout décidé de renouveler son inscription de nantissement le 20 septembre 2011, mais le débiteur s’y est opposé.

Pour se prononcer, la Cour d’appel se fonde sur l’article L.622-26 du Code de commerce qui dispose que la créance qui n’a pas été valablement déclarée par le créancier dans le délai qui lui est imparti, n’est pas éteinte mais simplement inopposable à la procédure. Dès lors, comme la créance survit, la Cour d’appel estime, par voie d’accessoire, que les sûretés qui y sont attachées font de même. Selon elle, la banque était donc en droit de renouveler son inscription.

La Cour de cassation rejette un tel raisonnement. Elle estime que « la décision par laquelle le juge-commissaire retient qu'une créance a été irrégulièrement déclarée et ne peut être admise au passif est, au sens du texte précité, une décision de rejet de la créance, qui entraîne, par voie de conséquence, l'extinction de la sûreté qui la garantissait ».

Cette solution marque donc un retour au régime antérieur à la loi du 26 juillet 2005 (voir en ce sens Cass. com., 21 juin 2005, n°04-13.892). La Haute juridiction ne fait ici aucune distinction en fonction du motif qui a conduit le juge-commissaire à rejeter la créance. La sanction doit être l’extinction de la créance et de ses accessoires dans tous les cas. Peu importe que le juge-commissaire fonde sa décision sur un moyen tenant à la procédure de déclaration ou au fond du droit.

Cet arrêt rendu par la haute juridiction peut être critiquable car il va manifestement à l’encontre des dernières évolutions législatives. Il crée de plus une distinction entre le créancier qui ne déclare pas régulièrement sa créance à la procédure, et celui qui ne la déclare pas du tout. Le premier verra sa créance éteinte à la suite de la décision de rejet du juge commissaire et ne sera donc jamais payé. Le second, en l’absence de décision de rejet, verra simplement sa créance rendue inopposable à la procédure. Il aura donc toujours espoir d’obtenir paiement de sa créance, au terme du plan de sauvegarde. 

A rapprocher : Cass. com., 21 juin 2005, n°04-13.892

VOIR AUSSI

Exclusion de la qualité de dirigeant de fait d’un actionnaire

Cass. com., 20 avril 2017, n°15-19.750

- Vu : 1061

Pour la Cour de cassation, la direction de fait ne peut se déduire de la participation des actionnaires, même majoritaires, au conseil de surveillance de la société placée en liquidation judiciaire quand bien même des décisions définissant les modalités de fonctionnement et de financement de la société auraient été adoptées à cette occasion.

> Lire la suite

Rapport ALTARES : "Bilan 2013 : défaillances et sauvegardes d'entreprises en France"

- Vu : 4800
Analyse de l'évolution des défaillances des entreprises françaises au cours de l'année 2013. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78282
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67228
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38551
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35381
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©