webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Le caractère non cumulatif des conditions légalement établies pour l’arrêté du plan

Cass. com., 4 mai 2017, n°12-25.046

Nonobstant les dispositions de l’article L.631-1 alinéa 2 du Code de commerce, la Cour de cassation admet que le plan n’ait pour seul objectif que l’apurement du passif en l’absence de salarié et lorsque que le maintien de l’activité s’avère impossible.

Ce qu’il faut retenir : Nonobstant les dispositions de l’article L.631-1 alinéa 2 du Code de commerce, la Cour de cassation admet que le plan n’ait pour seul objectif que l’apurement du passif en l’absence de salarié et lorsque que le maintien de l’activité s’avère impossible.

Pour approfondir : En l’espèce, Mme X, infirmière libérale ayant cessé toute activité, est placée en redressement judiciaire puis en liquidation. La Cour d’appel infirme le jugement de liquidation et renvoie l’affaire devant le tribunal qui, après avoir ouvert une période d’observation, convertit à nouveau la procédure en liquidation judiciaire.

Le tribunal se refusait à adopter un plan au bénéfice de Mme X dans la mesure où cette dernière n’exerçait plus d’activité. La Cour d’appel confirme le jugement, rappelant les dispositions de l’article L.631-1 al. 2 aux termes desquelles le plan de redressement « doit tendre à permettre non seulement l’apurement du passif, mais dans le même temps, la poursuite de l’activité de l’entreprise et le maintien de l’emploi ».

La Haute cour casse l’arrêt d’appel au visa des articles L.631-1 al. 2 et L.640-1 du Code de commerce.

L’article L.640-1 dispose en substance que la liquidation ne peut être prononcée que si une procédure de redressement judiciaire s’avère impossible. Or, en l’espèce, Mme X soutenait bénéficier de suffisamment de revenus pour pouvoir satisfaire à ses besoins tout en remboursant ses créanciers sans pour autant poursuivre son activité.

Dès lors, si on avait pu penser un temps que les critères exposés par l’article L.631-1 al. 2 du Code de commerce devaient être appréhendés comme étant cumulatifs, il ressort de cette décision de la Cour de cassation que le seul critère réellement déterminant pour l’adoption d’un plan de redressement est celui de l’apurement du passif.

Déjà, dans l’affaire « Cœur Défense », la Cour d’appel de Versailles avait jugé, concernant les sociétés HOLD et DAME LUXEMBOURG, qui étaient en procédure de sauvegarde et n'employaient pas de salariés, la première étant propriétaire de l'immeuble « Cœur Défense » et faisant exploiter et gérer cet immeuble par des sous-traitants et la seconde détenant toutes les actions de la première, que « les objectifs du plan devaient simplement être de préserver l'activité économique et d'apurer le passif ».

Ainsi, la Cour de cassation élargit cette réflexion jurisprudentielle en ouvrant la procédure de redressement par continuation au débiteur dans l’impossibilité de maintenir son activité dans la mesure où celui-ci sera malgré tout capable de procéder à l’apurement de son passif, érigeant cette condition du remboursement des créanciers en critère prépondérant entre tous pour permettre au tribunal de statuer sur l’arrêté d’un plan.

Cette infirmière libérale n’avait pas de salarié et, devenue infirme, n’était plus en mesure de poursuivre son activité. Ainsi, au vu des critères légaux précédemment exposés, Mme X ne semblait pas pouvoir être éligible à l’adoption d’un plan, et pourtant…

A rapprocher : CA Versailles, 28 février 2013, n°12/02755

VOIR AUSSI

Confirmation d’une vision restrictive du co-emploi

Cass. soc., 13 juillet 2017, n°16-13.710

- Vu : 1315

Dans un nouveau cas d’espèce, la Cour de cassation censure une Cour d’appel ayant condamné une société mère et une filiale au titre du co-emploi. Cet arrêt vient ainsi confirmer la position retenue dans ses précédentes décisions et réaffirme sa conception restrictive de la notion de co-emploi.

> Lire la suite

Action en relevé de forclusion : l’appel est ouvert quel que soit le montant de la créance

Cass. com., 12 janvier 2016, pourvoi n°14-18.936

- Vu : 6071

En application du droit commun, l’appel constitue l’unique voie de recours contre un jugement statuant lui-même sur le recours formé contre les décisions du juge-commissaire accueillant ou rejetant une requête en relevé de forclusion.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83047
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 79836
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39165
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37340
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©