webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Protection plus étendue des marques notoires

Cass. com., 15 mars 2017, n°15-24.106

La notoriété de la marque est un facteur dont il faut tenir compte pour apprécier l’existence d’un risque de confusion avec un signe postérieur dès lors que cette notoriété confère une protection étendue.

Ce qu’il faut retenir : La notoriété de la marque est un facteur dont il faut tenir compte pour apprécier l’existence d’un risque de confusion avec un signe postérieur dès lors que cette notoriété confère une protection étendue.
 

Pour approfondir : La société titulaire d’une marque d’articles de sport composée du dessin d’un félin bondissant vu de profil avait fait opposition à l’encontre de la demande d’enregistrement d’une marque comportant une partie verbale et une partie figurative représentant un félin vu de profil.

L’opposition à l’enregistrement de la marque ayant été rejetée par le directeur de l’INPI, un recours avait été formé devant la Cour d’appel de Paris qui a approuvé le rejet de l’opposition.

C’est dans ces conditions qu’un pourvoi a donc été formé.

Dans un arrêt de principe, la Chambre commerciale de la Cour de cassation, au visa de l’article L713-3 du Code de la propriété intellectuelle, énonce le principe selon lequel « Attendu que la notoriété de la marque est un facteur pertinent de l’appréciation du risque de confusion, en ce qu’elle confère à cette marque un caractère distinctif particulier et lui ouvre une protection étendue ».

La Haute Cour va ainsi casser l’arrêt d’appel aux motifs que, alors qu’il était prétendu que la marque avait un caractère distinctif élevé et bénéficiait d’une très large connaissance par une partie significative du public concerné par les produits en cause, l’arrêt a rejeté le recours sans examiner la réalité et l’incidence éventuelle de cette notoriété.

Les juges du fond auraient donc dû tenir compte de la notoriété de la marque antérieure.

Cet arrêt de principe est donc l’occasion de rappeler que l’appréciation du risque de confusion, notion centrale en droit des marques, doit être effectuée en fonction de l’impression d’ensemble produite par les signes en présence, du point de vue du consommateur d’attention moyenne n’ayant pas, en même temps, les deux signes sous les yeux et en tenant compte de tous les facteurs pertinents. Parmi ces facteurs pertinents, la jurisprudence a déjà indiqué que figure le caractère distinctif de la marque antérieure ; en effet, plus la marque a un pouvoir distinctif fort, plus le risque de confusion est important. Ainsi, les marques qui ont un caractère distinctif fort, soit intrinsèquement, soit en raison de la connaissance de celles-ci sur le marché, jouissent d'une protection plus étendue que celles dont le caractère distinctif est moindre ; la notoriété de la marque première est donc un facteur aggravant du risque de confusion (CJCE 11 novembre 1997, aff. C-39/97, Sabel/Puma - CJCE, 28 septembre 1998, aff. C-39/97, Canon - CJCE 22 juin 1999, Lloyd / Loint's - CJCE, 22 juin 2000, aff. C-425/98, Marca Mode - CJCE, 17 avril 2008, aff. C-108/07 P. Ferrero).

Ainsi, plus une marque est distinctive et connue du public, plus sa protection sera étendue.
 

A rapprocher : article L713-3 du COPI

VOIR AUSSI

Le droit des sociétés plus fort que la protection des données personnelles ?

CJUE, 9 mars 2017, affaire n°C 398/15

- Vu : 2997

L’accessibilité perpétuelle aux données relatives aux personnes physiques figurant sur le registre des sociétés susceptible, en tant que telle, de limiter la portée du droit à l’oubli, est justifiée par des intérêts collectifs et légitimes supérieurs aux intérêts individuels.

> Lire la suite

Illustration des causes de déchéance de la marque - CA Paris, 2 octobre 2013, RG n°12/03236

- Vu : 6044
Dans cette affaire, la Cour était saisie suite à l’action en contrefaçon et concurrence déloyale exercée par le titulaire de la marque « Blind Test » déposée ... > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 92754
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85450
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40017
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39727
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©