webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Du rejet de l’admission au passif de l’indemnité contractuelle de recouvrement

Cass. com., 22 février 2017, n°15-15.942

La clause du contrat de prêt, qui stipule une indemnité de recouvrement au bénéfice de la banque [...], a pour effet d’aggraver la situation du débiteur du seul fait de l’ouverture d’une procédure collective.

Ce qu’il faut retenir : La clause du contrat de prêt, qui stipule une indemnité de recouvrement au bénéfice de la banque dans l’hypothèse où celle-ci se trouverait dans la nécessité de recouvrer sa créance par les voies judiciaires ou si elle était tenue de produire à un ordre de distribution quelconque, a pour effet d’aggraver la situation du débiteur du seul fait de l’ouverture d’une procédure collective.

Dès lors, la créance déclarée par la banque au titre de cette indemnité ne peut être admise au passif du débiteur.
 

Pour approfondir : En l’espèce, une banque avait déclaré sa créance au titre des échéances à échoir d’un prêt en la majorant d’une indemnité de recouvrement stipulée en ces termes dans le contrat de prêt : « si la banque se trouve dans la nécessité de recouvrer sa créance par les voies judiciaires ou autres, l’emprunteur aura à payer une indemnité de 5 % des montants dus ainsi que les frais de production, de représentation ou de déplacement, y compris tous les frais et honoraires même non taxables. Cette indemnité sera également due si la banque est tenue de produire à un ordre de distribution judiciaire quelconque, notamment en cas de redressement judiciaire de l’emprunteur ».

Cette créance avait été admise par le juge-commissaire, contraignant ainsi la société débitrice à faire appel de la décision d’admission, nonobstant la position défavorable exprimée par la Haute juridiction jusqu’ici.

En effet, bien que la Cour de cassation ait reconnu à l’article L. 622-13 du Code commerce une portée lui permettant d’interdire toute clause modifiant les conditions de poursuite d’un contrat en cours en diminuant les droits du débiteur ou en aggravant ses obligations du seul fait de l’ouverture d’une procédure collective (Cass. com., 14 janv. 2014, n°12-22.909), elle jugeait pourtant encore très récemment qu’une clause stipulant le versement d’une indemnité de recouvrement dans le cas où le créancier était contraint de déclarer à un ordre n’avait « ni pour objet, ni pour effet d’aggraver la situation du débiteur du seul fait de l’ouverture d’une procédure collective à son égard » (Cass. com., 8 septembre 2015, n°14-14.175).

Tant et si bien que d’autres sociétés soumises à une procédure collective et confrontées à ce type de clauses, avaient tenté de les voir qualifier de clauses pénales devant les juridictions du fond afin de les soumettre au pouvoir modérateur du juge. En vain, les juridictions du fond se refusant jusqu’ici à reconnaître la nature de clause pénale à de telles clauses, considérant qu’elles n’avaient « pas pour objet de faire assurer par l’une des parties l’exécution de son obligation » (CA Paris 11 déc. 2012, JurisData n°2012-029404 ; CA Poitiers 26 fév. 2013, JurisData n°2013-010597 ; CA Dijon, 3 déc. 2015, JurisData n°2015-027832).

En validant de telles clauses, la Cour de cassation s’opposait, pour de nombreux praticiens, ouvertement à l’esprit du texte de l’article L.622-13 du Code de commerce précité ainsi qu’au principe d’égalité de traitement des créanciers, les établissements bancaires bénéficiant, par le simple jeu de cette clause, d’un avantage injustifié par rapport aux autres créanciers.

Le revirement opéré par la Cour de cassation dans son arrêt du 22 février 2017 ne peut dès lors que satisfaire.
 

A rapprocher : Cass. com., 8 septembre 2015, n°14-14.175

VOIR AUSSI

Confirmation d’une vision restrictive du co-emploi

Cass. soc., 13 juillet 2017, n°16-13.710

- Vu : 1533

Dans un nouveau cas d’espèce, la Cour de cassation censure une Cour d’appel ayant condamné une société mère et une filiale au titre du co-emploi. Cet arrêt vient ainsi confirmer la position retenue dans ses précédentes décisions et réaffirme sa conception restrictive de la notion de co-emploi.

> Lire la suite

L’option exercée par l'administrateur judiciaire aux fins de continuation du contrat de franchise

- Vu : 5522

L'administrateur judiciaire qui opte pour la continuation du contrat de franchise doit respecter les obligations lui incombant en application de ce même contrat ; à défaut, le contrat de franchise pourra être résilié. Cette situation classique appelle plusieurs observations.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 97957
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86477
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41062
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40484
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©