webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

De l’impossibilité d’interdire la vente par internet dans un réseau de distribution sélective - ADLC, 12 déc. 2012, décision n°12-D-23

L’Adlc a fait preuve de la plus grande sévérité à l’égard de la tête d’un réseau de distribution sélective qui imposait à ses distributeurs une interdiction absolue de vendre en ligne les produits distribués dans le réseau.


Une fois encore, l’Autorité de la concurrence a fait preuve de la plus grande sévérité à l’égard de la tête d’un réseau de distribution sélective dans le domaine des produits bruns (matériels hi-fi et home cinéma), qui imposait à ses distributeurs (bien qu’elle s’en soit défendue à la fin de la procédure), une interdiction absolue de vendre en ligne les produits distribués dans le réseau.

Considérant, au terme d’un raisonnement quelque peu contestable, que la tête de réseau avait ainsi violé l’interdiction des ententes anticoncurrentielles prévue par le droit communautaire, elle a condamné la tête de réseau à une amende de 900.000 euros (il convient néanmoins de relativiser le montant de la condamnation, dans la mesure où l’entreprise encourait une amende de plus de 58 millions d’euros).

I – L’identification de l’interdiction de vente en ligne

En l’espèce, dans le contrat de distribution en vigueur dans le réseau français de la marque, inchangé depuis 1989, était prévue une interdiction de la distribution des produits « par correspondance ». Après avoir admis lors des premières auditions que cette interdiction couvrait la vente en ligne (laquelle n’existait pas à l’époque de la rédaction du contrat-type du réseau), la tête de réseau s’est ensuite ultérieurement rétractée, soutenant que l’interdiction ne visait pas la vente par internet.

L’Autorité de la concurrence a donc approfondi sa recherche, afin d’établir l’existence de cette interdiction. Celle-ci ressortait, selon l’Adlc, d’une circulaire diffusée aux membres du réseau en 2000 présentant la politique d’utilisation d’Internet, qui prévoyait notamment l’interdiction pour les distributeurs d’utiliser les logos, marques et autres biens immatériels de la tête de réseau sur leurs propres sites web, ce qui empêchait en pratique toute activité de vente en ligne. Par ailleurs, l’Adlc se fonde sur l’audition de deux distributeurs du réseau qui avaient révélé l’existence à tout le moins d’un « flou », et plus généralement d’une interdiction en pratique de pratiquer la vente en ligne au sein du réseau.

II – L’application du droit communautaire et du droit français

Alors même que l’interdiction des ententes anticoncurrentielles prévue par le droit communautaire nécessite que soient remplis un certain nombre de critères, l’Autorité de la concurrence, sans doute dans une volonté ferme de condamnation des pratiques d’interdiction de la vente en ligne, en a fait application. Pourtant, la décision soulève des interrogations, notamment quant à la réalité d’une affectation sensible du marché. D’une part, les concurrents de la tête de réseau concernée ont, depuis plusieurs années, ouvert la vente en ligne dans leurs réseaux. D’autre part, l’Adlc reconnait elle-même, au stade de l’évaluation du dommage, que compte tenu notamment de la technicité des produits, « cette pratique n’a été de nature à affecter qu’un nombre limité de consommateurs ».

Pour justifier l’applicabilité du droit communautaire, l’Adlc relève notamment que la pratique touche l’ensemble des distributeurs de la marque sur le territoire national, y compris ceux situés sur des territoires frontaliers, et est dès lors susceptible d’impacter le commerce entre Etats membres. De même, elle relève que s’agissant d’une problématique liée à la vente en ligne, celle-ci dépasse nécessairement le seul secteur d’implantation du distributeur par son point de vente physique.

III – La double sanction

Rejetant tous les aspects de l’argumentation développée par la tête de réseau, notamment quant à la nécessité pour le consommateur de disposer d’un conseil personnalisé pour ces produits de haute technicité, l’Adlc condamne la tête de réseau à l’amende de 900.000 euros précitée.

Par ailleurs, elle prononce en outre une injonction à l’encontre de la tête de réseau : celle-ci est tenue, dans un délai maximum de trois mois à compter de la notification de la décision, soit de modifier ses contrats de distribution, soit de diffuser une circulaire générale, afin de stipuler en termes clairs que les distributeurs du réseau ont la possibilité de procéder à des ventes en ligne s’ils le souhaitent.

 

VOIR AUSSI

Informations du consommateur dans les secteurs du bâtiment et de l’équipement de la maison

Arrêté du 4 janvier 2017 relatif à la publicité des prix des prestations de dépannage, de réparation et d'entretien dans le secteur du bâtiment et de l'équipement de la maison

- Vu : 4114

Les professionnels du secteur du bâtiment et de l’équipement de la maison sont soumis à de nouvelles règles qui évoluent en matière d’information des consommateurs, à compter du 1er avril 2017.

> Lire la suite

Vente à distance et démarchage

Décret n° 2014-1061 du 17 septembre 2014 relatif aux obligations d'information précontractuelle et contractuelle des consommateurs et au droit de rétractation

- Vu : 5110
Le décret n°2014-1061 du 17 septembre 2014, publié au JO du 19 septembre 2014, achève l'exercice de transposition en droit interne de la directive 2011/83/UE du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2011 relative aux droits des consommateurs. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83070
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 79951
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39166
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37351
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©