webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Le sort des sous-licences après la résiliation de la licence de marque - CA Paris, 14 février 2013, RG n°12/09190

Cette affaire rappelle l’importance des stipulations liées à la période post-contractuelle, en particulier lorsque le licencié a conclu des sous-licences en vue de développer un réseau, afin d’envisager le sort des sous-contrats.


Avertissement : depuis la publication de cet article, le 1er avril 2013, la loi n°2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques (dite « Loi Macron ») a introduit deux nouveaux articles au code de commerce (L.341-1 et L.341-2) concernant notamment le régime juridique certaines clauses post-contractuelles : CLIQUEZ ICI pour une analyse détaillée des articles L.341-1 et L.341-2 du code de commerce

 

Dans cette affaire, un contrat de licence de marques avait été conclu en vue de conférer à deux sociétés licenciées le droit d’exploiter des marques pour l’ouverture et l’exploitation de points de vente et la vente de produits sous marque. Le contrat était conclu pour une durée de cinq années.

Toutefois, les sociétés licenciées ont résilié le contrat de licence aux torts exclusifs du concédant. Le concédant a pris acte de cette rupture en rappelant les conséquences de la résiliation du contrat concernant l’utilisation des marques, la résiliation des sous-licences conclues et la descente des enseignes.

Constatant que l’usage des marques se poursuivait, notamment par les sous-licenciés, en dépit de la résiliation du contrat de licence, le concédant saisit le juge des référés lequel ordonna la cessation, sous astreinte, de l’utilisation des marques, et ordonna également aux licenciés de mettre un terme à toutes les sous-licences consenties et de prendre les mesures nécessaires à la dépose des enseignes.

C’est sur l’appel formé à l’encontre de cette ordonnance que se prononce la Cour d’appel de Paris dans cet arrêt qui est l’occasion de revenir sur les conséquences de la cessation de la licence de marque sur le réseau constitué par le licencié.

En l’espèce, le contrat de licence comportait une clause aux termes de laquelle, en cas de résiliation, les licenciés s’étaient engagés à cesser immédiatement tout usage des marques, à mettre fin à toutes les sous-licences et à démonter et/ou faire démonter toutes les enseignes.

La Cour relève que la clause organisait les conséquences de la résiliation, indépendamment de ses causes, et comportait des stipulations claires dont il résultait que les licenciés s’étaient engagés à mettre un terme aux sous-licences, sans que puisse être opposée au concédant sa prétendue connaissance desdites sous-licences.

La Cour relève également que les sociétés licenciées ne pouvaient concéder plus de droits qu’elles n’en avaient et donc maintenir les sous-licences. C’est l’occasion de rappeler l’importance des stipulations ayant trait à la période post-contractuelle, en particulier dans l’hypothèse où le licencié a conclu des sous-licences à l’effet de développer un réseau. Il est en effet nécessaire d’envisager le sort des sous-contrats lesquels pourront par exemple être repris par le concédant ou, comme en l’espèce, résiliés et suivre le sort du contrat sur la base duquel ils ont été conclus.


VOIR AUSSI

Atteinte à une marque renommée : preuve du profit indu

Cass. com., 27 mars 2019, n°17-18.733

- Vu : 1468

Afin de déterminer si l’usage du signe tire indûment profit de la renommée d’une marque, il convient de procéder à une appréciation globale qui tienne compte de tous les facteurs pertinents du cas d’espèce.

> Lire la suite

Cessation de l’utilisation des signes distinctifs après l’extinction du contrat

TGI Paris, ord. réf., 11 juin 2009, R.G. n°09/52384

- Vu : 4607

L’extinction du contrat entraîne de plein droit l’obligation pour le franchisé de cesser l’usage des signes distinctifs du réseau : le droit d’utiliser ces signes découle uniquement du contrat de franchise, et s’éteint donc avec lui.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107099
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88035
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©