webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Les créations publicitaires et les enjeux de la cession des droits d’auteur

CA Paris, 13 mai 2016, RG n°15/03741

Cette décision permet de rappeler l’importance de la rédaction des clauses organisant les modalités d’exploitation des créations commandées. Ces clauses doivent intégrer au mieux les besoins du client, anticiper les exploitations à venir, et être suffisamment claires pour éviter d’avoir à s’en remettre à une interprétation ultérieure, par nature aléatoire...



Ce qu’il faut retenir : Cette décision permet de rappeler l’importance de la rédaction des clauses organisant les modalités d’exploitation des créations commandées. Ces clauses doivent intégrer au mieux les besoins du client, anticiper les exploitations à venir, et être suffisamment claires pour éviter d’avoir à s’en remettre à une interprétation ultérieure, par nature aléatoire. Ici, la clause de cession des droits d’auteur n’était pas assez claire, ce qui a conduit le juge à interpréter sa portée.

Pour approfondir : Le droit d’auteur ne trouve pas seulement à s’exprimer dans le domaine artistique pur et il est particulièrement important dans la vie des affaires. Il pourra, par exemple, appréhender les produits commercialisés par une entreprise (leur forme, leur packaging, etc.) ou les supports de communication et publicitaires.

L’arrêt rendu par la Cour d’appel de Paris le 13 mai 2016 (CA Paris, 13 mai 2016, RG n°15/03741), est l’occasion de revenir sur les enjeux qui s’attachent à une rédaction habile des contrats encadrant la relation avec les prestataires auxquels ont recours les entreprises pour leur campagne de communication et la publicité. En effet, il est essentiel pour le client de disposer des droits d’exploitation lui permettant de s’assurer que celle-ci ne l’expose pas à une réclamation ultérieure du prestataire auquel il a eu recours.

En l’espèce, une société fabriquant et commercialisant des produits ménagers, distribués notamment aux USA par l’intermédiaire d’un partenaire, avait eu recours à une agence de publicité pour l’élaboration de ses campagnes incluant un film.

Un contrat avait été conclu pour formaliser cette mission comportant une clause de transmission des droits d’auteur permettant, a priori, une exploitation libre et suffisamment large pour couvrir les besoins de la société. Ultérieurement, l’agence a pris connaissance de la diffusion d’un film très proche du sien pour promouvoir les produits distribués par le partenaire de son client aux USA.

Considérant que le contrat avait été méconnu et que ses droits étaient en conséquence méconnus, l’agence a engagé une action en contrefaçon de ses droits d’auteur sur le film à l’encontre de son client (nous ne nous attarderons pas ici sur la question de la compétence du juge français qui, contestée, a néanmoins été admise).

Le débat était en particulier concentré sur la portée de la clause de cession des droits d’auteur stipulant « l’agence cède l’ensemble de ses droits d’auteur et patrimoniaux à l’annonceur et à ses filiales qui s’engagent à utiliser les créations de l’agence en conformité avec la législation en vigueur en matière de propriété intellectuelle … que l’annonceur et ses filiales en qualité de cessionnaires des droits d’auteur sont investis des droits d’auteur et notamment des droits d’usage de reproduction, d’adaptation et de représentation sur tous supports, dans tous les pays et pour toute la durée de protection des œuvres par le droit d’auteur ». Alors que cette clause ne comportait pas de restriction territoriale, la clause traitant des modalités financières de cette cession prévoyait qu’en contrepartie, la rémunération de l’agence consistait en un pourcentage des investissements médias dépensés en Europe par les filiales de l’annonceur dont la liste, annexée au contrat, mentionnait des pays tous situés sur le territoire européen.

Les juges ont considéré que le contrat comportait une ambiguïté sur la portée territoriale de l’autorisation et ont en conséquence interprété le contrat. A cette fin, ils ont pu tenir compte du fait que (i) l’appel d’offres initial comportait l’indication de sept pays (n’incluant pas les USA) et visait également le développement au niveau européen, et que, (ii) par la suite, le client avait expressément sollicité l’autorisation de l’agence pour l’exploitation du film dans d’autres pays que ceux où se situaient ses filiales européennes.

Dans ces conditions, les juges ont considéré que la clause litigieuse du contrat devait être interprétée dans le sens où la cession des droits portait sur l’exploitation de l’œuvre dans tous les pays visés par l’accord et non pas dans le monde entier, la clause de rémunération de l’agence ne pouvant être interprétée comme valant cession de droits d’auteur à titre gratuit pour l’exploitation du film dans les autres pays que ceux dans lesquels l’annonceur a des filiales.

Cette décision est l’occasion de rappeler toute l’importance d’une rédaction habile des clauses organisant les modalités d’exploitation des créations commandées. Ces clauses doivent en effet intégrer au mieux les besoins du client, anticiper suffisamment sur les exploitations à venir et être suffisamment claires pour éviter d’avoir à s’en remettre à une interprétation ultérieure.

Les enjeux financiers liés à l’exploitation de créations et les conséquences attachées aux risques de se voir condamné pour avoir outrepassé les termes d’une autorisation d’exploitation de droits d’auteur inadaptée, permettent de prendre la mesure de l’importance de traiter efficacement les questions de propriété intellectuelle.

A rapprocher : Cass. civ. 1ère, 30 mai 2012, pourvoi n°10-17.780, et notre commentaire

VOIR AUSSI

Risque de confusion et impression d’ensemble produite sur le consommateur

CA Rennes, 19 juin 2018, n°17/07316

- Vu : 3961

La Cour d’appel juge que pour évaluer le risque de confusion invoqué par le titulaire d’une marque antérieure pour faire opposition à l’enregistrement d’une marque postérieure, il convient de s’attacher, non au seul élément commun entre les signes, fut-il distinctif, mais à l’impression d’ensemble produite par les signes entiers.

> Lire la suite

Illustration de la force obligatoire d’un accord de coexistence

CA Angers, 6 janvier 2015, RG n°12/02447

- Vu : 7210
L’accord de coexistence permet de régler un différend entre les titulaires de marques et d’organiser, contractuellement, les modalités d’usage des signes pour éviter tout risque de confusion tel que les parties à l’accord l’entendent. Ce type d’accord, comme tout contrat, lie les parties. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105607
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87855
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43635
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43243
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©