webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

La déclaration notariée d’insaisissabilité résiste toujours aux procédures collectives

Cass. com., 22 mars 2016, pourvoi n°14-21.267

Le liquidateur judiciaire ne pouvant agir que dans l’intérêt de tous les créanciers, il n’a pas la qualité pour poursuivre la vente d’un immeuble ayant fait l’objet d’une déclaration notariée d’insaisissabilité publiée avant l’ouverture de la liquidation judiciaire [...]

Ce qu’il faut retenir : Le liquidateur judiciaire ne pouvant agir que dans l’intérêt de tous les créanciers, il n’a pas la qualité pour poursuivre la vente d’un immeuble ayant fait l’objet d’une déclaration notariée d’insaisissabilité publiée avant l’ouverture de la liquidation judiciaire, même si le créancier antérieur auquel est inopposable cette déclaration a donné son accord sur la vente.

Pour approfondir : Consacré pour la première fois par la Cour de Cassation dans un arrêt du 28 juin 2011 (Cass. Com. 28 juin 2011, n°10-15482), le principe selon lequel le liquidateur judiciaire ne peut agir pour réaliser un bien immobilier objet d’une déclaration notariée d’insaisissabilité réalisée antérieurement à la liquidation judiciaire, est justifié par la Haute juridiction en raison de la mission légale assignée au liquidateur judiciaire lequel doit représenter l’intérêt collectif de l’ensemble des créanciers et non pas le seul intérêt des créanciers antérieurs à la déclaration notariée d’insaisissabilité.

L’arrêt de la chambre commerciale de la Cour de Cassation rendu le 22 mars 2016, qui en est une nouvelle illustration, va plus loin puisqu’il réaffirme cette solution même dans l’hypothèse où le créancier antérieur, auquel est inopposable ladite déclaration d’insaisissabilité, donnerait son accord à la vente du bien immobilier concerné.

Exerçant le droit qui lui est consenti par l’article L. 526-1 du Code de commerce, un entrepreneur individuel a procédé à une déclaration notariée d’insaisissabilité publiée au bureau des hypothèques et rendant insaisissable sa résidence principale par ses créanciers professionnels dont les droits sont nés postérieurement à la déclaration.

Soumis à une procédure de liquidation judiciaire quelques années plus tard, le liquidateur judiciaire de cet entrepreneur a poursuivi la réalisation du bien immobilier concerné par la déclaration d’insaisissabilité.

Fort de l’accord du seul créancier antérieur auquel était inopposable cette déclaration, le liquidateur judiciaire avait estimé qu’il avait dès lors qualité pour agir.

C’est également en ce sens que le Juge-commissaire a fait droit à cette demande.

Consacrant la solution communément admise selon laquelle le liquidateur judiciaire n’a pas qualité en tout état de cause pour poursuivre la réalisation d’un bien protégé par une déclaration d’insaisissabilité, la Cour d’Appel a en revanche censuré l’ordonnance rendue par le Juge-commissaire considérant que ce faisant le Juge-commissaire avait excédé ses pouvoirs.

La Cour de cassation approuve la Cour d’appel et rejette le pourvoi en cassation considérant que le Juge-commissaire avait excédé ses pouvoirs en autorisant le liquidateur à procéder à la vente d’un meuble dont l’insaisissabilité lui était opposable, peu important que le créancier antérieur se soit déclaré favorable à la vente dudit bien.

A rapprocher : Cass. com., 28 juin 2011, pourvoi n°10-15.482

VOIR AUSSI

Jugement interprétatif et voies de recours

Cass. com., 1er septembre 2016, pourvoi n°15-23.349

- Vu : 2978

L’appel réformation de la décision interprétant un jugement modifiant le plan de cession n’est ouvert qu’au Ministère public, ou au cessionnaire si le jugement lui impose des charges non souscrites au cours de la préparation du plan.

> Lire la suite

Procédures collectives et cession forcée du contrat de distribution à un tiers

- Vu : 7682
La question de savoir si le contrat de distribution en cours lors de l'ouverture de la procédure collective et dont la poursuite a été décidée par l'administrateur peut faire l'objet d'une transmission à un tiers reste particulièrement agitée. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 81574
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 73196
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38844
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 36244
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©