Absence de mise en demeure : effet de la renonciation à la poursuite du contrat

Photo de profil - LACHENAL Clarisse | Avocat | Lettre des réseaux

LACHENAL Clarisse

Avocat

Cass. com., 1er mars 2016, pourvoi n°14-19.875

Lorsque l’administrateur judiciaire renonce à la poursuite du contrat en l’absence de mise en demeure du cocontractant, le contrat n’est pas résilié de plein droit.

Ce qu’il faut retenir : Lorsque l’administrateur judiciaire renonce à la poursuite du contrat en l’absence de mise en demeure du cocontractant, le contrat n’est pas résilié de plein droit.

Pour approfondir : Suite à la mise en redressement judiciaire d’une société, l’administrateur judiciaire a informé un cocontractant qu’il n’entendait plus poursuivre le contrat. Le cocontractant a alors assigné la société en paiement d’une indemnité de résiliation. Par la suite, la liquidation judiciaire de la société a été prononcée. Le cocontractant faisait valoir que l’administrateur judiciaire avait, à l’origine, décidé de poursuivre le contrat, de sorte que seule une résiliation judiciaire à l’initiative du mandataire était possible.

La Cour de cassation rejette le pourvoi, et indique que : « en l’absence de mise en demeure par le cocontractant, la renonciation de l’administrateur judiciaire à la poursuite du contrat qu’il avait préalablement décidé de poursuivre n’entraîne pas la résiliation de plein droit de la convention à son initiative mais confère au seul cocontractant le droit de la faire prononcer en justice ».

La Haute juridiction réaffirme le pouvoir propre de l’administrateur judiciaire de résilier un contrat en cours (article L. 622-13 du Code de commerce) et ce, même en l’absence de mise en demeure préalable du cocontractant.

La renonciation volontaire de l’administrateur judiciaire confère au cocontractant le droit de faire prononcer judiciairement la résiliation du contrat.

En d’autres termes, la renonciation de l’administrateur judiciaire n’entraîne pas de facto la rupture des relations contractuelles.

Par ailleurs, la Cour de cassation rappelle que le cocontractant qui se prétend titulaire d’une indemnité résultant de la renonciation décidée par l’administrateur judiciaire à la poursuite du contrat doit déclarer sa créance au passif de la procédure collective du débiteur.

A rapprocher : article L. 622-13 du Code de commerce ; article L. 622-17 du Code de commerce

Sommaire

Autres articles

some
Les Experts de la Relance : Ensemble, relançons nos entreprises et bâtissons l’économie de demain
Simon Associés est partenaire du mouvement « Les Experts de la Relance » – une initiative des banques d’affaires Arjil & Associés, Linkapital et Societex – et, par conséquent, devient un Ambassadeur du Mouvement !
some
Réseaux : comment traverser la crise ?
La gestion de crise est une technique avec ses codes et modalités. Cet article propose une grille de lecture synthétique des questions essentielles à traiter.
some
[VIDÉO] Philippe PICHLAK, Manager de transition
Dans cette vidéo, Philippe PICHLAK aborde la nécessaire transformation des entreprises de service et l'importance de la qualité de l'accompagnement durant ces périodes de transformation.
some
Le sort du débiteur personne physique à la suite de la résolution du plan de continuation
La résolution du plan de continuation d’un débiteur personne physique peut être décidée dès lors que ce dernier ne respecte pas les obligations contenues aux termes dudit plan. Toutefois, une procédure collective ne peut être ouverte, à la suite de...
some
Qualité à agir du liquidateur contre une EIRL malgré l’absence de mention de celle-ci dans le jugement d’ouverture
En application de l’article 680-2 du Code de commerce, lorsqu’un entrepreneur individuel à responsabilité limitée est soumis à une procédure collective à raison de son activité professionnelle, les dispositions des titres I à IV du livre VI de ce code...
some
Modalités de la consultation des créanciers dans le cadre d’un plan de sauvegarde
La notification au créancier d’une lettre de consultation à laquelle n’est pas joint l’un des documents exigés par l’article R.626-7 du Code de commerce ne fait pas courir le délai de réponse prévu par l’article L.626-5, alinéa 2 du même…