webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

L’appréciation du risque de confusion et la coexistence antérieure des signes - TPIUE, 10 avril 2013, aff. T-505/10

Le Tribunal considère que la requérante ne justifiait pas, malgré la coexistence des signes, que les consommateurs concernés ne les confondaient pas avant la demande d’enregistrement concernée. 


Une société avait déposé une demande d’enregistrement d’une marque communautaire qui avait fait l’objet d’une opposition de la part du titulaire d’une marque antérieure. L’opposition fut accueillie par l’OHMI et sa position confirmée par la Chambre des recours. Le TPIUE était donc saisi d’un recours contre cette décision.

L’appréciation de la similitude des produits désignés par chacun des signes en présence ne soulevait pas de question particulière, et la discussion se concentrait sur l’existence d’un risque de confusion entre les signes. Au titre de la prise en compte de tous les facteurs pertinents pour apprécier l’existence d’un risque de confusion, la requérante indiquait qu’il convenait de tenir compte de la coexistence de longue date entre les signes. A cette fin, elle tentait de justifier de ladite coexistence ce qui, conjugué aux différences entre les signes, excluait selon elle le risque de confusion. Pour établir la coexistence, elle avait produit des articles scientifiques, des présentations lors de conférences et de salons spécialisés, des factures, des prospectus et deux attestations.

Le Tribunal commence par rappeler la jurisprudence selon laquelle l’absence de risque de confusion peut être déduite de la coexistence paisible des marques sur le marché en cause, et celle précisant que cette coexistence doit être suffisamment longue pour qu’elle puisse influer sur la perception du consommateur pertinent.

Le Tribunal s’attache ensuite à l’appréciation de la coexistence évoquée par la requérante. Les éléments produits permettaient de justifier de la présence de la marque demandée sur le marché des produits en cause, ainsi que de la marque opposée. Néanmoins, le Tribunal considère que la requérante ne justifiait pas, malgré la coexistence des signes, que les consommateurs concernés ne les confondaient pas avant la demande d’enregistrement concernée. A cet égard, les attestations produites ne se sont pas révélées probantes car elles n’émanaient pas de consommateurs. Dans ces conditions, compte tenu de la similitude des produits désignés et de la similitude phonétique et visuelle des marques, l’existence d’un risque de confusion était établie.


VOIR AUSSI

Attention aux systèmes de vidéosurveillance, la CNIL s’en préoccupe particulièrement

Conseils pratiques

- Vu : 3167

La CNIL est depuis l’année dernière particulièrement vigilante et soucieuse quant à la conformité des dispositifs de vidéosurveillance sur le lieu de travail et a ainsi multiplié les contrôles, mises en demeures et sanctions.

> Lire la suite

Marques sonores : recherche de caractère distinctif

TUE, 13 septembre 2016, aff. T-408-15, n°15/00108

- Vu : 3441

Le droit des marques se veut accueillant puisque, par principe, des signes de natures diverses sont susceptibles d’être protégés à titre de marque. Ils doivent tous remplir une condition sine qua non : présenter un caractère distinctif.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 108528
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88197
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats
3 juillet 2018 - Vu : 45469
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats conduit à distinguer trois périodes, suivant la date à laquelle ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44950
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©