webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Tout signe peut constituer une marque à condition d’être apte à remplir cette fonction - CA Paris, 12 juin 2013, RG n°11/05520

Cette décision est l'occasion pour la Cour d'appel de Paris de rappeler la définition de la marque de l'article L.711-1 du code de la propriété intellectuelle et sa fonction essentielle de garantie d'identité d'origine.



Dans cette affaire, le titulaire de treize marques qui avait concédé une licence d’exploitation pour la fabrication et la commercialisation d’objets pour la maison, assigna en contrefaçon et concurrence déloyale une autre société en raison de la reproduction de ses marques. La particularité de cette affaire résidait dans le fait que les marques étaient des reproductions d’affiches anciennes.

La Cour introduit les motifs de sa décision en rappelant la définition de la marque de l’article L.711-1 du CPI et sa fonction essentielle de garantie d’identité d’origine.

La Cour précise tout d’abord que les marques en cause représentent des affiches de réclame, datant du début du siècle dernier, dont il n’est pas contesté qu’elles revêtent un intérêt d’ordre esthétique, artistique voire historique, et désignent des boîtes et panneaux décoratifs en métaux communs, calendriers, plateaux et vaisselles, articles de porcelaine, etc.

Elle relève que, s’il n’est pas interdit qu’une œuvre de peinture ou de dessin puisse faire l’objet d’une appropriation privative à titre de marque, il n’en demeure pas moins qu’une telle marque doit, pour être valable, être susceptible de remplir la fonction distinctive de la marque c’est-à-dire de garantir l’identité d’origine des produits marqués.

La Cour rajoute encore que, s’il n’est pas exclu qu’un signe soit utilisé à des fins décoratives et à titre de marque, une fonction décorative n’étant pas incompatible avec la fonction distinctive dévolue à la marque, encore faut-il que ce signe ne soit pas exclusivement décoratif mais puisse servir à distinguer des produits ou services.

En l’espèce, la Cour considère qu’il ressort des pièces versées aux débats que les affiches apposées sur les produits ne seront pas regardées par le consommateur comme un signe de reconnaissance permettant d’identifier la provenance de ces produits et de les rattacher à une même entreprise, mais exclusivement comme un élément de décoration, ce d’autant que l’usage dans le commerce d’affiches publicitaires anciennes pour illustrer des objets pour la maison était connu antérieurement au dépôt des marques.

La Cour confirme en conséquence la nullité des marques faute de caractère distinctif.

Bien que certains types de signes puissent, par principe, constituer des marques, il n’en demeure pas moins qu’ils doivent être aptes à remplir la fonction de ce type de signe. Cette décision, parfaitement motivée, illustre l’exigence et ses conséquences.

VOIR AUSSI

Principe de l’interprétation restrictive de la cession de droits d’auteur

CA Aix en Provence, 8 février 2018, n°15/00312

- Vu : 3508

La portée de la cession de ses droits par un auteur s’interprète strictement et ne saurait couvrir des actes de reproduction sur des supports non expressément mentionnés.

> Lire la suite

Limite entre la technicité fonctionnelle et la créativité originale protégeable - CA Rennes, 13 mai 2014, RG n°12/07372

- Vu : 4858
La cour d’appel donne des éléments de distinction entre ce qui relève de la créativité originale protégeable par le droit d’auteur et la simple technicité fonctionnelle. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 108532
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88197
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats
3 juillet 2018 - Vu : 45471
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats conduit à distinguer trois périodes, suivant la date à laquelle ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44950
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©