webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Constitutionnalité de la cession forcée des droits sociaux des dirigeants

Décision n°2015-486 QPC du 7 octobre 2015

Les dispositions de l’article L.631-19-1 du Code de commerce permettant au tribunal d’ordonner la cession forcée des droits sociaux du dirigeant dans le cadre d’un redressement judiciaire sont conformes à la Constitution.

Ce qu’il faut retenir : Les dispositions de l’article L.631-19-1 du Code de commerce permettant au tribunal d’ordonner la cession forcée des droits sociaux du dirigeant dans le cadre d’un redressement judiciaire sont conformes à la Constitution.

Pour approfondir : Après avoir déclaré conforme à la Constitution le dispositif de « cession forcée » et de « dilution forcée » sous certaines conditions des associés issu de la Loi Macron (par création d’un nouvel article L.631-19-2 du Code de commerce), le Conseil Constitutionnel, saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité (QPC), était invité à se prononcer sur la conformité à la Constitution du régime de l’éviction de l’associé dirigeant dans le cadre d’une procédure de redressement judiciaire.  

L’article L.631-19-1 permet au tribunal, sur demande du ministère public et lorsque le redressement de l’entreprise le requiert, d’ordonner la cession forcée des droits sociaux des dirigeants de droit ou de fait, le prix de cession étant fixé à dire d’expert.

Ces dispositions ne sont pas applicables lorsque le débiteur exerce une activité professionnelle libérale soumise à un statut législatif ou réglementaire. Le requérant soutenait que la cession forcée des droits sociaux du dirigeant méconnaissait le droit de propriété de ce dernier. Il soutenait également qu’en excluant de leur champ d’application les débiteurs exerçant une activité professionnelle libérale soumise à un statut législatif ou réglementaire, le législateur avait porté atteinte au principe d’égalité devant la loi.

Après avoir rappelé que les dispositions contestées, en permettant la poursuite de l’activité de l’entreprise, poursuivaient un objectif d’intérêt général, les Sages écartent le grief tiré de l’atteinte disproportionnée au droit de propriété du dirigeant, considérant que le dispositif de cession forcée des droits sociaux est entouré de garanties suffisantes, notamment en ce qu’il ne peut être mis en œuvre que sur demande du ministère public, et seulement si le dirigeant est encore en fonction à la date à laquelle le tribunal statue. Considérant que les entreprises exerçant une activité professionnelle libérale soumise à un statut législatif ou réglementaire sont dans une situation particulière, le Conseil écarte ensuite le grief tiré de la méconnaissance du principe d’égalité devant la loi.

A rapprocher : Décision n°2015-715 DC du 5 août 2015

VOIR AUSSI

Groupe de sociétés en difficultés : une approche globale quant à l’issue envisagée à différentes procédures collectives en cours

Cass. com., 19 décembre 2018, n°17-27.947

- Vu : 221

Selon l’attendu de la Cour de cassation : « Si le principe de l’autonomie de la personne morale impose d’apprécier séparément les conditions d’ouverture d’une procédure collective à l’égard de chacune des sociétés d’un groupe, rien n’interdit au tribunal, lors de l’examen de la solution proposée pour chacune d’elles, de tenir compte, par une approche globale, de la cohérence du projet au regard des solutions envisagées pour les autres sociétés du groupe ».

> Lire la suite

Absence de délai de forclusion à l’action en restitution - Cass. com., 18 septembre 2012, pourvoi n°11-21.744

- Vu : 7089
L’action en restitution n’est qu’une simple faculté ouverte au propriétaire dispensé de faire reconnaitre son droit de propriété et n’est soumise à aucun délai. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78489
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67597
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38566
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35407
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©