webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Portée de la transaction en cas d’ouverture d’une procédure collective

Cass. civ. 1ère, 10 septembre 2015, pourvoi n°14-20.917

En application de l’article L.622-13 I du Code de commerce, le défaut d’exécution de la transaction par le débiteur avant l’ouverture de son redressement judiciaire ne peut être invoqué par le créancier pour faire échec à l’autorité de la chose jugée qui s’y attache.

Ce qu’il faut retenir : En application de l’article L.622-13 I du Code de commerce, le défaut d’exécution de la transaction par le débiteur avant l’ouverture de son redressement judiciaire ne peut être invoqué par le créancier pour faire échec à l’autorité de la chose jugée qui s’y attache.

Pour approfondir : Selon les dispositions de l’article L .622-13 I du C. com., « Nonobstant toute disposition légale ou toute clause contractuelle, aucune indivisibilité, résiliation ou résolution d'un contrat en cours ne peut résulter du seul fait de l'ouverture d'une procédure de sauvegarde. Le cocontractant doit remplir ses obligations malgré le défaut d'exécution par le débiteur d'engagements antérieurs au jugement d'ouverture. Le défaut d'exécution de ces engagements n'ouvre droit au profit des créanciers qu'à déclaration au passif ».

C’est en visant ce texte que la Cour de cassation a rendu sa décision, précisant ainsi la portée de la transaction conclue avant l’ouverture d’une procédure collective.

En l’espèce, la SARL AMBTP avait confié durant plusieurs années des travaux de revêtements de sol à la SARL INTERSOL.

De nombreuses factures restaient impayées par la SARL AMBTP.

Les deux sociétés ont convenu d’une réduction du montant de la créance détenue par la SARL INTERSOL.

Un protocole transactionnel a été régularisé le 19 avril 2010 prévoyant la date de la première échéance au 15 mai 2010.

Or, avant cette date, le 27 avril 2010, une procédure de redressement, convertie ensuite en liquidation judiciaire, a été ouverte à l’encontre de la SARL AMBTP.

La SARL INTERSOL a déclaré sa créance pour le montant initial, et non pour le montant réduit par application de la transaction, remettant ainsi directement en cause l’autorité de la chose jugée attachée au protocole.

La société créancière a assigné le liquidateur judiciaire ès qualités en fixation de sa créance.

Le Tribunal a jugé irrecevable la demande de la SARL INTERSOL et cette décision a été confirmée par la Cour d’appel (CA, Metz, 27 mars 2014, RG n°14/00169).

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi interjeté par la SARL INTERSOL.

Au visa de l’article L. 622-13 I du Code de commerce, la Haute juridiction a considéré que le créancier, partie au protocole transactionnel, ne pouvait, pour faire échec à l’autorité de la chose jugée qui y est attachée, invoquer le défaut d’exécution d’une transaction conclue avant l’ouverture de la procédure collective à l’encontre de l’autre partie, l’ouverture étant survenue avant la date de paiement de la première échéance convenue.

La Cour de cassation, dans cette décision publiée, fait clairement le choix de l’article L. 622-13 I du Code de commerce. Un choix qui s’impose d’autant plus que la Cour a statué par un motif substitué à ceux de la décision entreprise.

A rapprocher : article 2052 du Code civil ; article L.622-13 I du Code de commerce

VOIR AUSSI

Violation de l’obligation légale de reconstitution des capitaux propres par le dirigeant

Cass. com., 13 octobre 2015, pourvoi n°14-15.755

- Vu : 6402

L’absence de reconstitution des capitaux propres dans le délai légal étant imputable aux actionnaires, elle ne peut constituer une faute de gestion engageant la responsabilité du dirigeant social pour insuffisance d’actif.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83928
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 83894
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39333
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37892
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©