webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

L’extension de procédure pour confusion de patrimoine

Cass. com., 16 juin 2015, pourvoi n°14-10.187

Pour caractériser des relations financières anormales constitutives d’une confusion de patrimoines, les juges du fond n’ont pas à rechercher si celles-ci ont augmenté, au préjudice de ses créanciers, le passif du débiteur soumis à la procédure collective dont l’extension est demandée.

Ce qu’il faut retenir : Pour caractériser des relations financières anormales constitutives d’une confusion de patrimoines, les juges du fond n’ont pas à rechercher si celles-ci ont augmenté, au préjudice de ses créanciers, le passif du débiteur soumis à la procédure collective dont l’extension est demandée.

Pour approfondir : La confusion des patrimoines est une notion bien connue du droit des procédures collectives. Initialement d’œuvre prétorienne, elle a été consacrée par le législateur en 2005, et se trouve aujourd’hui codifiée sous l’article L.621-2 du code de commerce, applicable à la liquidation judiciaire et ce en vertu des dispositions de l’article L.641-1 dudit code.

En l’espèce, une SARL avait été mise en redressement judiciaire le 23 février 2007 puis en liquidation judiciaire le 19 décembre 2008.

Le liquidateur a assigné une SCI en vue de lui voir étendre la liquidation judiciaire de la SARL. La Cour d’appel de Nîmes (CA Nîmes, 29 août 2013, n°12/04311), a accueilli cette demande ; la SCI a alors formé un pourvoi en cassation.

A ce titre, la SCI a soutenu que les relations financières existantes entre deux sociétés ne pouvaient être considérées comme « anormales » et caractéristiques d’une confusion des patrimoines justifiant l’extension d’une procédure collective d’une société à l’autre que lorsqu’elles avaient augmenté le passif de la société en liquidation et causé un préjudice aux créanciers. La SCI a notamment allégué que la seule constatation d’un loyer trop élevé ne suffisait pas à caractériser l’existence d’une confusion de patrimoine surtout en présence d’une abstention prolongée du bailleur à le recouvrer. La chambre commerciale de la cour de cassation a rejeté le pourvoi avec fermeté, aux motifs que « pour caractériser des relations financières anormales constitutives d’une confusion de patrimoines, les juges du fond n’ont pas à rechercher si celles-ci ont augmenté, au préjudice de ses créanciers, le passif du débiteur soumis à la procédure collective dont l’extension est demandée ».

Ainsi, l’extension de procédure pour cause de confusion des patrimoines ne repose ni sur l’idée de sanction du débiteur, ni sur la réparation d’un éventuel préjudice causé à ses créanciers, mais s’apprécie, semble-t-il à l’aune d’un critère objectif et patrimonial visant à faire primer la réalité économique de l’entreprise.

A rapprocher : Articles L.621-2 et L.641-1 du Code de commerce

 

VOIR AUSSI

La reprise d’une procédure de saisie immobilière en liquidation judiciaire

Cass. com., 11 avril 2018 n°16-23.607

- Vu : 4368

L’ordonnance du juge-commissaire autorisant le liquidateur à reprendre une procédure de saisie immobilière suspendue par le jugement de liquidation judiciaire, doit fixer, quel que soit le stade auquel la procédure de saisie a été arrêtée, la mise à prix, les modalités de la publicité et les modalités de visite du bien.

> Lire la suite

Le caractère non cumulatif des conditions légalement établies pour l’arrêté du plan

Cass. com., 4 mai 2017, n°12-25.046

- Vu : 1496

Nonobstant les dispositions de l’article L.631-1 alinéa 2 du Code de commerce, la Cour de cassation admet que le plan n’ait pour seul objectif que l’apurement du passif en l’absence de salarié et lorsque que le maintien de l’activité s’avère impossible.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105608
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87855
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43635
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43243
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©