webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Révision du loyer en présence d’une clause d’échelle mobile

Cass. civ. 3ème, 20 mai 2015, pourvoi n°13-27.367

En présence d’une clause d’indexation, le loyer en vigueur étant le résultat de l’application de cette clause qui fait référence à l’indice du coût de la construction, à défaut d’une modification des facteurs locaux de commercialité ayant entraîné par elle-même une variation de plus de 10 % de la valeur locative, il n’y a pas lieu à révision du loyer.


La SNCF avait pris à bail, à effet du 2 février 2006, des locaux commerciaux à usage exclusif de bureaux.

En 2010, elle sollicite la révision du loyer qui s’élevait après application de la clause d’échelle mobile, à la somme annuelle de 3.815.439 €. La SNCF propose que le loyer révisé soit fixé à la valeur locative, soit 3.256.335 € par an, puis saisit le juge des loyers commerciaux en fixation du loyer révisé à cette somme.

Elle voit sa demande rejetée par les juges d’appel.

Cette solution est confirmée par la Cour de cassation qui relève qu’en présence dans le bail d’une clause d’indexation sur la base de la variation de l’indice du coût de la construction régulièrement appliquée, le loyer en vigueur est le résultat de l’application de cette clause qui fait référence à un indice légal.

La Haute cour considère que la Cour d’appel a exactement décidé qu’à défaut de modification des facteurs locaux de commercialité ayant entraîné par elle-même une variation de plus de 10 % de la valeur locative, il n’y avait pas lieu à révision du loyer sur le fondement de l’article L.145-38 du Code de commerce qui écarte, par dérogation à la règle posée à l’article L.145-33 du même Code, la référence de principe à la valeur locative.

Cet arrêt s’inscrit dans la lignée d’un arrêt de principe de la Cour de cassation en date du 6 février 2008 qui avait admis la référence à la valeur locative lors de la révision triennale à la condition que celle-ci se situe entre le loyer en cours et le plafond résultant de la variation de l’indice du coût de la construction.

Le loyer en cours qui constitue le loyer plancher est le loyer issu de la précédente révision et non le loyer d’origine.

Par conséquent, le loyer révisé sur le fondement de l’article L.145-38 du Code de commerce ne peut descendre à une valeur inférieure au loyer en cours – loyer plancher – et augmenter à une valeur supérieure à la variation de l’indice – loyer plafond.

Seule l’application de l’article L.145-39 du Code de commerce permettrait au preneur d’obtenir une baisse de loyer inférieure au loyer plancher, sous réserve que les conditions de sa mise en œuvre soient réunies, notamment la variation de plus de 25 % du loyer par rapport au prix précédemment fixé contractuellement ou par décision judiciaire.

VOIR AUSSI

Responsabilité pénale du bailleur en cas de réalisation de constructions illégales par le preneur

Cass. crim., 24 octobre 2017, n°16-87.178

- Vu : 1370

Le bailleur est responsable pénalement des travaux réalisés illégalement par le preneur s’il est le bénéficiaire desdits travaux et s’il n’utilise pas ses prérogatives contractuelles pour contraindre le preneur au respect des règles d’urbanisme lors de ces travaux.

> Lire la suite

L’action en requalification d’un bail dérogatoire n’est pas soumise au délai de deux ans - Cass. civ. 3ème, 1er octobre 2014, pourvoi n°13-16.806

- Vu : 8054
La demande tendant à voir constater l’existence d’un bail commercial né du maintien en possession du preneur à l’issue du bail dérogatoire reste soumise à la prescription biennale. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105608
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87855
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43635
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43243
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©