webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Créance postérieure : fait générateur de l’honoraire de résultat de l’avocat

Cass. com., 24 mars 2015, pourvoi n°14-15.139

La créance d’honoraire de résultat naît à la date de l’exécution de la prestation qui a permis d’obtenir une décision favorable.

Par cet arrêt de rejet, en date du 24 mars 2015, la Haute Cour a précisé la date de naissance de l’honoraire de résultat dû à l’avocat d’un débiteur faisant l’objet d’une procédure collective.

En l’espèce, aux termes d’une convention d’honoraires en date du 19 octobre 2006, la société GSP a confié à un cabinet d’avocats, la défense de ses intérêts dans un litige l’opposant à un tiers. Aux termes de cette convention, il était prévu un honoraire de résultat, réputé obtenu une fois rendue une décision définitive favorable.

Par jugement en date du 14 mars 2011, la société GSP a fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire qui a été convertie en procédure de liquidation judiciaire, par jugement du 10 septembre 2012.

Aux termes d’un arrêt rendu en faveur du liquidateur, ès qualités, dans le cadre d’un renvoi après cassation, le cabinet a sollicité le règlement de l’honoraire de résultat.

Le liquidateur contestant le règlement de cette créance, s’est ainsi posé la question de l’appréciation de la date de naissance de l’honoraire de résultat dû à l’avocat, dans le cadre d’une procédure contentieuse qui se poursuit postérieurement à l’ouverture d’une procédure collective.

La Cour de cassation s’est ainsi positionnée et a approuvé les juges du fond d’avoir condamné le liquidateur à payer la créance d’honoraire de résultat. Pour ce faire, la Haute Cour relève que le cabinet d’avocats a été l’auteur de l’argumentation juridique retenue qui a permis d’obtenir une décision favorable.

Ainsi, la Cour de cassation a considéré que la créance d’honoraire de résultat est née à la date de l’exécution de la prestation caractéristique, avant d’ajouter que « c’est dans le cadre de la procédure de renvoi après cassation que la prestation donnant naissance à sa créance d’honoraire de résultat avait été exécutée ». La Cour de cassation a retenu, pour déterminer la date de naissance de ladite créance, la date de l’exécution de la prestation du cabinet d’avocats, dument mandaté à cet effet.

En soulignant que le fait générateur de l’honoraire de résultat de l’avocat réside dans l’exécution de la prestation, la Cour de cassation démontre qu’il s’agit bien d’une créance postérieure, qui implicitement, est née pour les besoins du déroulement de la procédure.

Par cet arrêt, la Haute Cour continue de dessiner les contours d’une jurisprudence relative aux procédures collectives en adoptant une logique « économique », plus en adéquation avec la préservation des intérêts des entreprises en difficulté. Tel était déjà le cas concernant une créance d’honoraire de résultat afférente à un mandataire chargé d’une mission d’optimisation fiscale.

VOIR AUSSI

La tierce opposition du créancier contre le jugement d’ouverture d’une sauvegarde

CA Versailles, 12 juin 2018, n°18/02231

- Vu : 874

Les créanciers d’un débiteur, placé en procédure de sauvegarde, ne peuvent former une tierce opposition à l’encontre du jugement d’ouverture que s’ils démontrent qu’ils ont des moyens propres ou que le jugement a été rendu en fraude de leur droit. Aucun de ces éléments n’est caractérisé dès lors qu’il est démontré que le débiteur connaissait antérieurement des difficultés financières et que la procédure s’applique à l’ensemble des créanciers.

> Lire la suite

Pouvoir du mandataire de former un recours après la clôture de la procédure de liquidation judiciaire

Cass. com., 24 mai 2018, n°17-11.513

- Vu : 1048

Si la clôture de la procédure de liquidation judiciaire met fin au dessaisissement du débiteur, les pouvoirs recouvrés du débiteur sont limités par ceux du mandataire désigné par le tribunal de la procédure en application de l’article L.643-9 al. 3 du Code de commerce tendant à la poursuite des instances en cours et la répartition, le cas échéant, des sommes perçues à l'issue de celles-ci.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 94301
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85707
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40129
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40070
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©