webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Responsabilité de l’expert judiciaire et devoir de conseil de l’entreprise

Cass. civ. 3ème, 11 mars 2015, pourvois n°13.28.351 et 14-14.275

Après avoir réaffirmé sa jurisprudence relative aux désordres évolutifs, la Cour de cassation retient la responsabilité de l’expert judiciaire.

Des désordres liés à la mauvaise conception d’une piscine avaient entraîné la responsabilité décennale du constructeur et la mise en cause de son assureur de responsabilité. L’expert judiciaire désigné, concluant à une erreur de conception, avait préconisé des travaux réparatoires. Cependant, les désordres étaient réapparus donnant lieu à la réalisation de nouveaux travaux de reprise, recommandés par le même expert judiciaire qui devait également surveiller la réalisation de ces travaux par l’entreprise choisie par le maître d’ouvrage.

Les réparations étant toujours inefficaces, une troisième expertise était diligentée et confiée à un autre expert.

Le maître d’ouvrage a alors assigné l’assureur, le premier expert judiciaire désigné et l’entrepreneur, en indemnisation de son préjudice.

La Cour de cassation a fait droit au pourvoi introduit par le maître d’ouvrage.

Elle conclut à :

  1. la qualification de désordres évolutifs du fait de l’aggravation des désordres postérieurement à la période de garantie ;
     
  2. la responsabilité – délictuelle – de l’expert judiciaire, considérant qu’il avait partiellement identifié l’origine du désordre initial et n’avait pas pris les mesures nécessaires pour apprécier sa gravité et son degré évolutif ;
     
  3. la responsabilité – contractuelle – de l’entrepreneur qui a réalisé les travaux de reprise, faute d’avoir procédé à des vérifications minimales et d’avoir émis auprès du maître de l’ouvrage des réserves sur l’efficacité des travaux prescrits par l’expert judiciaire. Ayant ainsi manqué à son obligation de conseil, l’entrepreneur avait contribué à la persistance des dommages.

Outre l’application de la théorie des désordres évolutifs, l’intérêt de cet arrêt réside dans la mise en jeu de la responsabilité civile de l’expert judiciaire, très rarement recherchée. 

VOIR AUSSI

Baux commerciaux : des effets de la vente immobilière sur les obligations du bailleur initial

Cass. civ. 3ème, 23 janvier 2020, n°18-19.589

- Vu : 495

En cas de vente des locaux donnés à bail, le bailleur originaire n’est pas déchargé à l’égard du preneur des conséquences dommageables de l’inexécution de ses obligations par une clause contenue dans l’acte de vente subrogeant l’acquéreur dans les droits et obligations du vendeur.

> Lire la suite

Autorisation de travaux relevant en principe du régime de déclaration préalable - CE, 12 nov. 2012, requête n°351377

- Vu : 6411
Une société exploitant un parc aquatique obtient un permis de construire, puis un permis modificatif pour la construction de toboggans avant de déposer une déclaration préalable pour la construction de nouveaux toboggans... > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 90145
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 84996
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39795
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39126
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©