webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

L’opposabilité au liquidateur judiciaire de la déclaration notariée d’insaisissabilité

Cass. com., 24 mars 2015, pourvoi n°14-10.175

Le juge-commissaire ne peut, sans excéder ses pouvoirs, autoriser le liquidateur à procéder à la vente d’un immeuble ayant fait l’objet d’une déclaration notariée d’insaisissabilité préalablement au jugement d’ouverture de la liquidation judiciaire.

Aux termes de l’article L.526-1 du Code de commerce, la déclaration d’insaisissabilité de la résidence principale du débiteur personne physique ou des autres immeubles non affectés à son usage professionnel « n’a d’effet qu’à l’égard des créanciers dont les droits naissent, postérieurement à la publication, à l’occasion de l’activité professionnelle du déclarant ».

Par exception au principe selon lequel « les biens du débiteur sont le gage commun de ses créanciers » (article 2285 du Code civil), le bien déclaré insaisissable ne fait pas partie du gage commun des créanciers. Mais quelle est la portée de cette déclaration en cas de liquidation judiciaire du débiteur et à l’égard du principe du dessaisissement ? La Cour de cassation a jugé (Cass. com., 28 juin 2011, pourvoi n°10-15.482) que la déclaration d’insaisissabilité était opposable au liquidateur auquel était donc interdit de réaliser l’immeuble ; les biens ayant fait l’objet d’une telle déclaration étant exclus du dessaisissement, pour le débiteur, de l’administration et de la disposition de ses biens.

La solution est-elle différente en présence d’un créancier admis dont la créance est personnelle au débiteur et antérieure à la déclaration d’insaisissabilité ; c'est-à-dire à l’égard duquel la déclaration serait inopposable ?

C’est sur ce terrain que la Haute juridiction a été saisie du pourvoi formé par un débiteur en liquidation judiciaire.

En l’espèce, le liquidateur judiciaire avait saisi le juge-commissaire en vue d’être autorisé à poursuivre la vente par adjudication judiciaire d’un bâtiment agricole aménagé pour partie en habitation, déclaré insaisissable par acte notarié antérieurement au jugement d’ouverture de la procédure de liquidation judiciaire du débiteur personne physique. Le juge-commissaire, puis la cour d’appel avaient accueilli la demande formée par le liquidateur au motif que l’existence d’un créancier admis auquel était inopposable la déclaration d’insaisissabilité du bien était suffisante pour autoriser le liquidateur judiciaire à procéder à la vente du bien déclaré insaisissable préalablement à l’ouverture de la liquidation judiciaire.

La Haute juridiction censure l’arrêt d’appel au motif que le juge-commissaire ne peut, sans excéder ses pouvoirs, autoriser le liquidateur à procéder à la vente d’un immeuble dont l’insaisissabilité lui est opposable. L’attendu de principe est limpide et confirme la position des Sages exprimée dans l’arrêt rendu le 28 juin 2011.

Cette solution rendue par la Cour de cassation semble guidée par la volonté d’un règlement unitaire des créanciers et renforce une nouvelle fois l’efficacité de la déclaration notariée d’insaisissabilité.

VOIR AUSSI

Caducité de l’appel contre l’ordonnance d’admission de créance en l’absence de signification des conclusions au mandataire judiciaire non constitué

Cass. com., 13 décembre 2017, n°16-17.975

- Vu : 707

Le débiteur, qui relève appel d’une décision d’admission de créance, doit intimer le mandataire judiciaire et, si ce dernier n'a pas constitué avocat, lui signifier ses conclusions d'appel dans le délai prévu par l'article 911 du Code de procédure civile sous peine de caducité totale de la déclaration d’appel.

> Lire la suite

Déclaration de créance postérieure à l’ouverture d’une seconde procédure de redressement judiciaire

Cass. com., 4 mai 2017, n°15-15.390

- Vu : 1865

La dispense du créancier, soumis au plan ou admis au passif de la première procédure, d'avoir à déclarer sa créance dans la seconde procédure ouverte à la suite de la résolution de ce plan, ne lui interdit pas, s'il le souhaite, de déclarer à nouveau sa créance dans la nouvelle procédure pour obtenir son admission au passif à concurrence du montant actualisé de celle-ci.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 83941
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83933
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39336
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37896
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©