Les pouvoirs du liquidateur face à un acte de partage successoral du débiteur – Cass. com., 13 janvier 2015, pourvoi n°13-12.590

Le liquidateur est seul compétent pour signer un acte de partage successoral, même si la succession a été ouverte postérieurement à la liquidation judiciaire.

A l’image de l’action en nullité pour insanité d’esprit, le débiteur placé en liquidation judiciaire conserve certains droits propres appelés « droits propres du débiteur », et ce malgré le principe de dessaisissement pour le débiteur de l’administration et de la disposition de ses biens au profit du liquidateur prévu par l’article L.641-9 du Code de commerce. Mais qu’en est-il en matière de partage successoral : le liquidateur a-t-il compétence pour intervenir à l’acte de partage et appréhender le bien immobilier provenant d’une succession au profit du débiteur ?

C’est à cette question à laquelle la Cour de cassation a répondu dans son arrêt du 15 janvier dernier.

En l’espèce, dans le cadre d’une liquidation judiciaire, le liquidateur avait été autorisé à intervenir à l’acte de partage et à appréhender le bien immobilier provenant d’une succession postérieure à l’ouverture de la liquidation. Le juge-commissaire avait autorisé par la suite la vente aux enchères publiques de ce bien.

Le débiteur a alors formé un pourvoi en cassation au motif que le partage successoral mettant fin à l’indivision est un acte strictement attaché à la personne car lié à des considérations d’ordre moral et familial. Selon lui, le liquidateur, même autorisé par le juge-commissaire à intervenir au partage, n’avait pas qualité pour exercer les droits du liquidé. La Cour de cassation rejette le pourvoi. Selon la Haute juridiction, le partage successoral est un acte d’administration et de disposition d’un patrimoine pouvant constituer le gage des créanciers. La signature d’un tel acte relève donc du seul pouvoir du liquidateur, et non du débiteur liquidé.

Cette solution n’est pas nouvelle, mais contraste avec le droit positif. En effet, aux termes du nouvel article L.641-9, IV, du Code de commerce issu de l’ordonnance du 12 mars 2014 : « le liquidateur ne peut, sauf accord du débiteur réaliser les biens ou droits acquis au titre d’une succession ouverte après l’ouverture ou le prononcé de la liquidation judiciaire, ni provoquer le partage de l’indivision pouvant en résulter ». Cette solution peut donc surprendre lorsque les successions ont été ouvertes postérieurement à la liquidation judiciaire.

Sommaire

Autres articles

some
Les Experts de la Relance : Ensemble, relançons nos entreprises et bâtissons l’économie de demain
Simon Associés est partenaire du mouvement « Les Experts de la Relance » – une initiative des banques d’affaires Arjil & Associés, Linkapital et Societex – et, par conséquent, devient un Ambassadeur du Mouvement !
some
Réseaux : comment traverser la crise ?
La gestion de crise est une technique avec ses codes et modalités. Cet article propose une grille de lecture synthétique des questions essentielles à traiter.
some
[VIDÉO] Philippe PICHLAK, Manager de transition
Dans cette vidéo, Philippe PICHLAK aborde la nécessaire transformation des entreprises de service et l'importance de la qualité de l'accompagnement durant ces périodes de transformation.
some
Le sort du débiteur personne physique à la suite de la résolution du plan de continuation
La résolution du plan de continuation d’un débiteur personne physique peut être décidée dès lors que ce dernier ne respecte pas les obligations contenues aux termes dudit plan. Toutefois, une procédure collective ne peut être ouverte, à la suite de...
some
Qualité à agir du liquidateur contre une EIRL malgré l’absence de mention de celle-ci dans le jugement d’ouverture
En application de l’article 680-2 du Code de commerce, lorsqu’un entrepreneur individuel à responsabilité limitée est soumis à une procédure collective à raison de son activité professionnelle, les dispositions des titres I à IV du livre VI de ce code...
some
Modalités de la consultation des créanciers dans le cadre d’un plan de sauvegarde
La notification au créancier d’une lettre de consultation à laquelle n’est pas joint l’un des documents exigés par l’article R.626-7 du Code de commerce ne fait pas courir le délai de réponse prévu par l’article L.626-5, alinéa 2 du même…