webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Rupture des relations commerciales établies et exécution provisoire - CA Paris, 8 août 2014, RG n°14/10493

Les circonstances excessives sont appréciées par rapport à la situation du débiteur, compte tenu de ses facultés, ou par rapport à celles de remboursement de la partie adverse.


La décision commentée conduit à s'interroger sur la manière dont le Premier Président de la Cour d'appel est appelé à statuer, par application de l'article 524 du code de procédure civilé, en présence d'une décision relative à la rupture des relations commerciales établies.

On le sait, l'article 524 du Code de procédure civile pose, lorsque l'exécution provisoire a été ordonnée, qu’elle ne peut être arrêtée, en cas d'appel, par le Premier Président statuant en référé, que si elle est interdite par la loi ou si elle risque d'entraîner des conséquences manifestement excessives. Le Premier Président apprécie ces circonstances excessives par rapport à la situation du débiteur, compte tenu de ses facultés, ou par rapport à celles de remboursement de la partie adverse. En l’espèce, la société appelante devant la Cour d’appel qui sollicite l’arrêt de l’exécution provisoire   a été condamnée par le Tribunal de commerce à verser à une société partenaire une indemnité de près de 300.000 euros avec intérêts au taux légal, environ 10.000 euros en réparation du préjudice lié aux licenciements économiques de deux salariés, les juges du fond ayant notamment constaté la rupture brutale par la société appelante des relations commerciales établies avec son partenaire.

La particularité de la décision rendue le 8 août 2014 par la Cour d’appel de Paris est que les facultés de remboursement du partenaire, cause de l’arrêt de l’exécution provisoire, sont appréciées notamment au regard de son absence d’activité. Or, l’absence d’activité du partenaire est une conséquence de la rupture brutale des relations commerciales établies entre les parties. Autrement dit, c’est notamment parce que les relations commerciales ont été rompues brutalement que la société partenaire se retrouve sans activité et dans une situation difficile.

Pour autant, le Premier Président ordonne l’arrêt de l’exécution provisoire, estimant « qu'au vu de la situation économique de [la société partenaire], il existe un risque de conséquences manifestement excessives au sens de l'article 524 du code de procédure civile quant à la restitution du montant des condamnations prononcées si le jugement faisait l'objet d'une exécution immédiate alors que les garanties proposées ne sont pas suffisantes ».

En effet, classiquement, le Premier Président retient que l’existence d’une trésorerie en baisse constante et insuffisante, la présence d’un actif immobilisé qui se trouve pratiquement intégralement amorti et l’absence de garantie sur sa solvabilité constitue un risque de conséquences manifestement excessives.

VOIR AUSSI

Clause de non-concurrence post-contractuelles et interdiction de créer un « réseau concurrent »

CA Paris, Pôle 5, chambre 4, 23 janvier 2019, n° 16/15238

- Vu : 894

Les clauses de non-concurrence post-contractuelles s’interprètent restrictivement. Dès lors, un ensemble de points de vente exerçant la même activité sous une enseigne commune ne constitue pas un « réseau concurrent », ce qui implique l’existence de contrats de franchise comportant des obligations réciproques entre une tête de réseau décisionnaire et ses affiliés, ainsi qu’une organisation commune.

> Lire la suite

Rupture brutale et modification substantielle des conditions commerciales - CA Paris, 13 nov. 2013, RG n°11/22014

- Vu : 7262

L’article L.442-6, I, 5° du code de commerce sanctionne la rupture brutale, totale ou partielle, d’une relation commerciale établie ; la suppression d’une remise peut ainsi constituer un exemple de rupture partielle.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75546
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 62120
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38355
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34709
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©