Rupture des relations commerciales établies et exécution provisoire – CA Paris, 8 août 2014, RG n°14/10493

Les circonstances excessives sont appréciées par rapport à la situation du débiteur, compte tenu de ses facultés, ou par rapport à celles de remboursement de la partie adverse.

La décision commentée conduit à s’interroger sur la manière dont le Premier Président de la Cour d’appel est appelé à statuer, par application de l’article 524 du code de procédure civilé, en présence d’une décision relative à la rupture des relations commerciales établies.

On le sait, l’article 524 du Code de procédure civile pose, lorsque l’exécution provisoire a été ordonnée, qu’elle ne peut être arrêtée, en cas d’appel, par le Premier Président statuant en référé, que si elle est interdite par la loi ou si elle risque d’entraîner des conséquences manifestement excessives. Le Premier Président apprécie ces circonstances excessives par rapport à la situation du débiteur, compte tenu de ses facultés, ou par rapport à celles de remboursement de la partie adverse. En l’espèce, la société appelante devant la Cour d’appel qui sollicite l’arrêt de l’exécution provisoire   a été condamnée par le Tribunal de commerce à verser à une société partenaire une indemnité de près de 300.000 euros avec intérêts au taux légal, environ 10.000 euros en réparation du préjudice lié aux licenciements économiques de deux salariés, les juges du fond ayant notamment constaté la rupture brutale par la société appelante des relations commerciales établies avec son partenaire.

La particularité de la décision rendue le 8 août 2014 par la Cour d’appel de Paris est que les facultés de remboursement du partenaire, cause de l’arrêt de l’exécution provisoire, sont appréciées notamment au regard de son absence d’activité. Or, l’absence d’activité du partenaire est une conséquence de la rupture brutale des relations commerciales établies entre les parties. Autrement dit, c’est notamment parce que les relations commerciales ont été rompues brutalement que la société partenaire se retrouve sans activité et dans une situation difficile.

Pour autant, le Premier Président ordonne l’arrêt de l’exécution provisoire, estimant « qu’au vu de la situation économique de [la société partenaire], il existe un risque de conséquences manifestement excessives au sens de l’article 524 du code de procédure civile quant à la restitution du montant des condamnations prononcées si le jugement faisait l’objet d’une exécution immédiate alors que les garanties proposées ne sont pas suffisantes ».

En effet, classiquement, le Premier Président retient que l’existence d’une trésorerie en baisse constante et insuffisante, la présence d’un actif immobilisé qui se trouve pratiquement intégralement amorti et l’absence de garantie sur sa solvabilité constitue un risque de conséquences manifestement excessives.

Sommaire

Autres articles

some
Le cumul des sanctions administratives validé par le Conseil constitutionnel
Cons. const., décision n°2021-984 QPC, 25 mars 2022 Le Conseil constitutionnel déclare conformes à la Constitution les dispositions de l’article L. 470-2 VII du Code de commerce relatif au cumul de sanctions administratives relevant de pratiques anticoncurrentielles. Partant, une même…
some
Clause de non-concurrence et justification du savoir-faire du franchiseur
CA Paris, Pôle 5, Chambre 4, 30 mars 2022, n°20/08551 La Cour d’appel de Paris est venue préciser la jurisprudence antérieure relative à l’application d’une clause de non-concurrence au sein d’un contrat de franchise. Elle a considéré que la clause…
some
Validité de l’acte de cautionnement comportant des termes non prévus par la loi
Cass. com., 21 avril 2022, n°20-23.300 Le fait que la mention manuscrite apposée sur l’acte de cautionnement comporte des termes non prescrits par l’article L.341-2 du Code de la consommation dans son ancienne rédaction n’affecte aucunement de manière automatique la…
some
Le règlement d’exemption, quel impact pour les réseaux ?
Retrouvez François-Luc Simon dans le podcast "Le Talk Franchise" lors de Franchise Expo Paris.
some
Rupture brutale et reprise d’activité par un tiers : de nouvelles précisions
La partie qui s’estime victime d’une rupture brutale des relations commerciales établies ne peut se prévaloir de la relation qu’elle avait nouée antérieurement à un plan de cession, sauf à démontrer l’intention du tiers cessionnaire de poursuivre les...
some
Demande d’avis d’un professionnel portant sur la conformité d’une pratique d’un fournisseur au regard du droit de la concurrence
La CEPC s’est récemment prononcée sur la diffusion, par un fournisseur, de catalogues contenant des prix de revente et, à cette occasion, revient sur la distinction entre prix de revente imposés, par principe illicites, et prix de revente conseillés, ...