La clause illicite à l’égard des clients constitutive d’une concurrence déloyale – CA Paris, 23 janvier 2014, RG n°12/02577

Faire stipuler une clause illicite dans un contrat d’assurance professionnelle peut être un acte de concurrence déloyale à l’égard des autres assureurs.

Par une décision récente, la Cour d’appel de Paris a sanctionné un assureur pour concurrence déloyale au motif qu’une clause de la police d’assurance proposée était contraire à l’article L.113-12 du code des assurances.

En effet, un assureur proposait à des gestionnaires de biens un contrat d’assurance avec une « garantie perte des loyers » à hauteur de 80.000 € sans limitation de durée.

La police stipulait que si le gestionnaire de biens résiliait le contrat d’assurance ou cessait d’être membre de la FNAIM, « la garantie cessera[it] pour les sinistres déclarés avant la date de résiliation à la fin du 12ème mois de celle-ci ». Le plafond de garantie à ce titre était réduit de manière très significative puisqu’il passait de 80.000 € à 8.000 €.

Selon la Cour, et en dépit d’un doute quant à l’interprétation de la clause, il est acquis en tout état de cause que cette clause a pour objectif de dissuader l’assuré de résilier le contrat.

Ce but et l’effet de la clause constituent un frein dans la mise en œuvre du droit de résiliation prévu par l’article L.113-12 du code des assurances, et donc une infraction à cette disposition d’ordre public.

Par conséquent, l’existence de cette clause est considérée comme un acte de concurrence déloyale. En ce qu’elle dissuade les assurés de résilier leur contrat, elle constitue un frein à la libre concurrence entre assureurs. Les concurrents de l’assureur fautif sont ainsi fondés à agir en responsabilité.

Ce raisonnement est dans la droite ligne des évolutions du droit de la concurrence déloyale, qui tend à faire des concurrents les garants du respect des dispositions impératives à l’égard des clients (V. notamment en droit de la consommation, art. L. 120-1 et s. C. consom.). La condamnation ne va toutefois pas au-delà de la cessation de la clause et aucune indemnité n’est versée au concurrent, faute de démonstration d’un préjudice financier.

Sommaire

Autres articles

some
Le cumul des sanctions administratives validé par le Conseil constitutionnel
Cons. const., décision n°2021-984 QPC, 25 mars 2022 Le Conseil constitutionnel déclare conformes à la Constitution les dispositions de l’article L. 470-2 VII du Code de commerce relatif au cumul de sanctions administratives relevant de pratiques anticoncurrentielles. Partant, une même…
some
Clause de non-concurrence et justification du savoir-faire du franchiseur
CA Paris, Pôle 5, Chambre 4, 30 mars 2022, n°20/08551 La Cour d’appel de Paris est venue préciser la jurisprudence antérieure relative à l’application d’une clause de non-concurrence au sein d’un contrat de franchise. Elle a considéré que la clause…
some
Validité de l’acte de cautionnement comportant des termes non prévus par la loi
Cass. com., 21 avril 2022, n°20-23.300 Le fait que la mention manuscrite apposée sur l’acte de cautionnement comporte des termes non prescrits par l’article L.341-2 du Code de la consommation dans son ancienne rédaction n’affecte aucunement de manière automatique la…
some
Le règlement d’exemption, quel impact pour les réseaux ?
Retrouvez François-Luc Simon dans le podcast "Le Talk Franchise" lors de Franchise Expo Paris.
some
Rupture brutale et reprise d’activité par un tiers : de nouvelles précisions
La partie qui s’estime victime d’une rupture brutale des relations commerciales établies ne peut se prévaloir de la relation qu’elle avait nouée antérieurement à un plan de cession, sauf à démontrer l’intention du tiers cessionnaire de poursuivre les...
some
Demande d’avis d’un professionnel portant sur la conformité d’une pratique d’un fournisseur au regard du droit de la concurrence
La CEPC s’est récemment prononcée sur la diffusion, par un fournisseur, de catalogues contenant des prix de revente et, à cette occasion, revient sur la distinction entre prix de revente imposés, par principe illicites, et prix de revente conseillés, ...