Rupture brutale des relations commerciales par un courtier – CA Nîmes, 29 juin 2013, RG n°12/00339

La décision commentée offre une illustration de rupture brutale de relations commerciales par un courtier.

En l’espèce, un producteur de vin avait assigné une société exploitant des grandes surfaces et son courtier en vins en rupture brutale des relations commerciales. Si la demande formulée à l’encontre de la première société a été rejetée – faute pour cette dernière d’avoir pris d’engagement à l’égard du producteur – la responsabilité du courtier est, quant à elle, retenue.

Pour retenir cette responsabilité, la Cour d’appel de Nîmes relève tout d’abord l’engagement pris par le courtier d’acquérir pour le compte de sa cliente une quantité définie de vins produits par le producteur à un prix convenu.

La rupture est en l’espère caractérisée par la proposition, par le courtier, d’un prix d’achat significativement réduit par rapport au prix initial, sans respect d’un délai de préavis raisonnable, et alors que le producteur avait d’ores-et-déjà exposé des frais pour exécuter la commande.

 

Sommaire

Autres articles

some
Le cumul des sanctions administratives validé par le Conseil constitutionnel
Cons. const., décision n°2021-984 QPC, 25 mars 2022 Le Conseil constitutionnel déclare conformes à la Constitution les dispositions de l’article L. 470-2 VII du Code de commerce relatif au cumul de sanctions administratives relevant de pratiques anticoncurrentielles. Partant, une même…
some
Clause de non-concurrence et justification du savoir-faire du franchiseur
CA Paris, Pôle 5, Chambre 4, 30 mars 2022, n°20/08551 La Cour d’appel de Paris est venue préciser la jurisprudence antérieure relative à l’application d’une clause de non-concurrence au sein d’un contrat de franchise. Elle a considéré que la clause…
some
Validité de l’acte de cautionnement comportant des termes non prévus par la loi
Cass. com., 21 avril 2022, n°20-23.300 Le fait que la mention manuscrite apposée sur l’acte de cautionnement comporte des termes non prescrits par l’article L.341-2 du Code de la consommation dans son ancienne rédaction n’affecte aucunement de manière automatique la…
some
Le règlement d’exemption, quel impact pour les réseaux ?
Retrouvez François-Luc Simon dans le podcast "Le Talk Franchise" lors de Franchise Expo Paris.
some
Demande d’avis d’un cabinet d’avocats portant sur la conformité d’une pratique d’un franchiseur au regard du droit de la concurrence
La CEPC s’est prononcée sur la pratique, pleinement d’actualité en raison notamment de la crise sanitaire traversée ces derniers mois, de la vente de produits en ligne sur le site internet du franchiseur.
some
Rupture brutale et reprise d’activité par un tiers : de nouvelles précisions
La partie qui s’estime victime d’une rupture brutale des relations commerciales établies ne peut se prévaloir de la relation qu’elle avait nouée antérieurement à un plan de cession, sauf à démontrer l’intention du tiers cessionnaire de poursuivre les...