webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Droit de la consommation : indivisibilité du contrat de prêt et du contrat principal qu’il vient financer

CA Rennes, 2ème chambre, 5 février 2021, n°17/05579

Lorsqu’un contrat signé avec un consommateur est annulé, le contrat de prêt signé en vue du financement du contrat principal se trouve de plein droit annulé.

À la suite d’un démarchage à domicile, les époux Y ont commandé la fourniture et l’installation de panneaux photovoltaïques à la société F.G. Afin de financer cette commande, ces derniers ont également contracté un prêt d’un montant de 20.000 euros auprès d’une banque.

Après de nombreuses échéances de prêts impayées, les époux Y se sont vu assigner en paiement par la banque. Ces derniers ont alors assigné en intervention forcée la société F.G.

En première instance, le contrat de prêt a été annulé compte tenu de la nullité du contrat conclu entre la société F.G et les époux Y et de l’indivisibilité entre le contrat de prêt et le contrat principal qu’il finance. La banque a relevé appel de la décision.

En appel, la banque a fait valoir que les dispositions du Code de la consommation relatives au démarchage à domicile ne sont pas applicables au contrat litigieux car les époux Y l’ont conclu avec l’intention de produire et de revendre l’électricité, ce qui les prive de la qualité de consommateur.

Or, la Cour d’appel a rappelé que l’article L.121-3 du Code de la consommation prévoit que les ventes et fournitures de services conclues à l’occasion d’un démarchage à domicile doivent faire l’objet d’un contrat dont un exemplaire est remis au client et doit comporter un certain nombre de mentions listées.

Qu’en l’espèce, aucun des époux n’a la qualité de commerçant et le bon de commande n’indique pas concerner une installation à des fins professionnelles, la cour en conclut que les époux Y ont bien la qualité de consommateurs. Il ressort de l’examen du bon de commande remis aux époux Y qu’il ne remplit pas les exigences légales d’un contrat signé à la suite d’un démarchage à domicile et que le fait que les époux Y aient signé une attestation de fin de travaux ne saurait être considéré comme une confirmation du contrat irrégulier.

Ainsi, dans la mesure où le contrat passé entre les époux Y et la société F.G était nul, conformément aux dispositions de l’article L.311-4 devenu L.312-55 du Code de la consommation, le contrat de crédit affecté doit être annulé de plein droit lorsque le contrat en vue duquel il a été conclu est lui-même judiciairement annulé.

C’est pourquoi la Cour d’appel a confirmé la décision de première instance qui avait, en raison de l’interdépendance des deux contrats, prononcé l’annulation du contrat de crédit du fait de l’annulation du contrat principal.

En conséquence de cette annulation, la banque se trouve donc tenue de rembourser aux époux Y les mensualités du prêt qu’ils avaient déjà réglé.

A rapprocher : L.121-3 du Code de la consommation et L.312-55 du Code de la consommation

VOIR AUSSI

L’insuffisance du respect de la durée du préavis contractuel - Cass. com., 22 octobre 2013, pourvoi n°12-19.500

- Vu : 7390
Un contrat a été conclu entre un garagiste et un concessionnaire automobile. Un terme est mis à leur relation. Le concessionnaire réclame le versement d’une ... > Lire la suite

Limitation stricte de l’application des mesures conservatoires par l’Autorité de la concurrence

Autorité de la concurrence, décision n 09-D-15 du 2 avril 2009

- Vu : 4267

Les mesures conservatoires que peut prononcer l’Autorité de la concurrence ne visent pas à prévenir un risque de perturbation potentielle du jeu concurrentiel mais ont vocation à répondre à une atteinte existante, grave et immédiate par des mesures d’urgence nécessaires pour éviter des conséquences difficilement réversibles et préserver ainsi la pleine effectivité de l’application du droit de la concurrence dans l’attente de la décision au fond.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 102642
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87359
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 42474
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 42300
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©