webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Élargissement du champ d’application des dispositions relatives au déséquilibre significatif

Cass. com., 15 janvier 2020, n°18-10.512, Publié au Bulletin

Le juge du fond qui considère que la notion de « partenaire commercial » visée par l’ancien article L.442-6, I, 2° du Code de commerce implique « une volonté commune et réciproque d'effectuer de concert des actes ensemble dans des activités de production, de distribution ou de service » viole la loi en lui ajoutant des conditions qu’elle ne prévoit pas.



Dans l’arrêt commenté, la société C., société de fourniture de site internet, a conclu avec des clients professionnels un contrat dit d’abonnement de sites Internet et un contrat de licence d’exploitation, lequel était ensuite cédé à des loueurs financiers, les sociétés P. et L., ces dernières devenant alors créancières des sommes dues par le client.

Suite à la dénonciation par plusieurs clients des pratiques commerciales de la société C., cette dernière a été assignée le 18 novembre 2011 par le ministre de l’économie pour violation de l’article L.442-6, I, 2° du Code de commerce aux fins d’obtenir la cessation desdites pratiques, l’annulation des clauses contractuelles de nature à créer un déséquilibre significatif au détriment des clients et le paiement d’une amende civile.

La cour d’appel de Paris avait considéré dans son arrêt du 27 septembre 2017 :

  • D’une part, que les textes relatifs aux pratiques restrictives de concurrence ne s’appliquaient pas aux sociétés de location financière car « l'article L.511-4 du Code monétaire et financier prévoit seulement que les articles L.420-1 à L.420-4 du Code de commerce sur les pratiques anticoncurrentielles s'appliquent aux établissements de crédit et aux sociétés de financement pour leurs opérations de banque et leurs opérations connexes définies à l'article L.311-2 du même code », de sorte que les activités exercées par la société L. dans le cadre des opérations de location financière ne relèvent pas du Code de commerce mais des dispositions spécifiques du Code monétaire et financier ;

  • D’autre part, que l’article L.442-6, I, 2° du Code de commerce ne s’appliquait pas aux relations entre les sociétés C., P. et L. et leurs clients, qui, selon la cour, n’étaient pas des relations de partenariat car les conventions de création et d’exploitation d’un site Internet dans lesquelles étaient stipulées les clauses contestées « n'impliquaient pas une volonté commune et réciproque d'effectuer de concert des actes ensemble dans des activités de production, de distribution ou de service ».

Par l’arrêt commenté, la Cour de cassation a confirmé la position de la cour d’appel de Paris en ce qu’elle a refusé l’application des dispositions relatives aux pratiques restrictives de concurrence aux sociétés de location financière.

En revanche, s’agissant des contrats conclus avec les clients professionnels, la Haute cour a censuré la position de la cour d’appel pour avoir violé l’article L.442-6, I, 2° du Code de commerce en lui ajoutant des conditions que le texte ne prévoit pas.

Bien que la Cour de cassation se soit prononcée au regard de l’ancien article L.442-6, I, 2° du Code de commerce, la solution qu’elle retient va sans doute dans le sens du nouvel article L.442-1 du Code de commerce, qui ne vise plus un « partenaire commercial », mais « l’autre partie ».

Si la notion de « partenaire commercial » pouvait jusqu’alors donner lieu à une interprétation de la part des juges du fond ayant pour effet de restreindre l’application de l’article L.442-6, I, 2° ancien, la nouvelle notion d’« autre partie », bien plus large (il serait difficile de faire plus large), devrait quant à elle assurément empêcher les juges de restreindre l’application du nouveau texte, ce qui aurait de facto pour conséquence d’élargir de manière significative le champ d’application de ce dernier.

A rapprocher : F.-L. SIMON, Le nouvel article L.442-1 du Code de commerce relatif aux pratiques restrictives de concurrence engageant la responsabilité de leurs auteurs, LDC Mars-Avril 2019

VOIR AUSSI

Substitution de l’action en concurrence déloyale à l’action en contrefaçon

Cass. com., 7 juin 2016, pourvoi n°14-26.950

- Vu : 4604

L’action en concurrence déloyale, fondée sur des faits identiques à ceux sur lesquels se base une action en contrefaçon rejetée, peut être considérée néanmoins recevable, si cette action en contrefaçon est rejetée pour absence de droit privatif, et s’il est justifié d’un comportement fautif de la part de l’intimé.

> Lire la suite

Durée du préavis et rupture des relations commerciales établies - Cass. com., 11 mars 2014, pourvoi n°13-11.097

- Vu : 5581
Les dispositions de l'article L. 442-6 I 5° du Code de commerce ont pour but de permettre au fournisseur bénéficiant de relations commerciales établies avec un client de réorienter son activité consécutivement à la cessation de ces relations. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 90514
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85060
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39828
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39207
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©