webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Crédit et interdépendance des contrats : l’emprunteur doit subir un préjudice pour engager la responsabilité de l’établissement prêteur

Cass. civ. 1ère, 22 mai 2019, n°18-16.150

La demande de résolution du crédit doit être rejetée dès lors que les emprunteurs ne subissent aucun préjudice consécutif au versement des fonds par le prêt lors de la délivrance des fonds.



Suite à un démarchage à domicile, M. et Mme. F. ont acquis, suivant un bon de commande du 10 septembre 2012, auprès de la société R., des panneaux photovoltaïques, un kit éolien et l’isolation des combles de leur habitation, pour un montant de 56.400 euros financé par un contrat de crédit affecté souscrit le même jour auprès de la société F. Les emprunteurs ont assigné le prêteur en résolution du contrat de prêt au motif que l’attestation de fin de travaux comportait des réserves et que les fonds avaient été débloqués en vertu d’une attestation dont ils n’étaient pas signataires. Le prêteur a, quant à lui, assigné les emprunteurs en remboursement de sa créance.

La cour d’appel d’Orléans, dans un arrêt du 15 mars 2018, a fait droit à la demande du prêteur et rejeté celles des emprunteurs.

Ces derniers ont donc formé un pourvoi en cassation en soutenant :

  • d’une part, que la faute commise par l’établissement de crédit lors de la libération des fonds l’empêcherait d’obtenir le remboursement du capital emprunté, peu important que l’emprunteur n’ait subi aucun préjudice ;
  • d’autre part, qu’une telle faute exclurait toute restitution du capital même en l’absence d’annulation du contrat principal.

Dans l’arrêt commenté, la Cour de cassation rejette le pourvoi aux motifs que le contrat de vente avait été correctement exécuté et non annulé, et que les emprunteurs ne contestaient pas bénéficier des travaux d’isolation des combles et d’une installation en parfait état de marche. La cour en déduit ainsi que les emprunteurs n’avaient subi aucun préjudice consécutif au versement des fonds par le prêteur sur la foi d’une attestation portant une signature litigieuse.

Cet arrêt apporte ainsi une réponse utile à un contentieux récurrent initié par les emprunteurs qui invoquent fréquemment une mauvaise exécution du contrat principal afin d’obtenir la résolution du prêt.

Pour rappel, le crédit affecté est le contrat qui est destiné à financer l’achat d’un bien ou une prestation de services. Le contrat de crédit et le contrat principal sont alors interdépendants. Or, du fait de cette interdépendance, le crédit affecté est conclu sous la condition suspensive de la livraison du bien mais également sous la condition résolutoire de la validité du contrat principal. Ainsi, les obligations de l’emprunteur ne prennent effet qu’à compter de la livraison de la marchandise ou de l’exécution de la prestation (art. L. 312-48 du Code de la consommation) et le contrat de prêt « est résolu ou annulé de plein droit lorsque le contrat en vue duquel il a été conclu est lui-même judiciairement résolu ou annulé » (art. L. 312-55 du Code de la consommation).

En l’espèce, deux difficultés se présentaient :

  1. l’absence d’annulation du contrat principal : la Cour de cassation considère toutefois que l’absence d’action en annulation ou en résolution du contrat principal n’interdit pas à l’emprunteur de se prévaloir des dispositions de l’article L. 312-48 du code de la consommation (Cass. civ. 1ère, 19 févr. 2014, n° 12-26.100) ;

  2. l’absence de préjudice subi par les emprunteurs : c’est ce deuxième élément qui amène finalement le juge à rejeter le pourvoi et à condamner les emprunteurs à restituer le capital versé au prêteur, et ce, malgré l’irrégularité de l’attestation.

A rapprocher : Article L. 312-48 du Code de la consommation ; Article L. 312-55 du Code de la consommation

VOIR AUSSI

Absence de rupture brutale de relations commerciales établies sur un marché en crise

Cass. com., 8 novembre 2017, n°16-15.285, Publié au Bulletin

- Vu : 3155
Ne sont pas constitutives d’une rupture brutale des relations commerciales établies susceptibles d’engager la responsabilité de son auteur la baisse puis la cessation des commandes passées par un distributeur de textile auprès d’un intermédiaire lorsqu’elles résultent de « la crise du secteur d'activité ». > Lire la suite

Pas de grief lié à un avis de l’Autorité de la concurrence - CE, 17 juillet 2013, n° 360100, 364354

- Vu : 6512
Un avis de l’ADLC peut valablement faire des préconisations relatives à la question de concurrence tant que celles-ci ne revêtent pas le caractère de dispositions générales et impératives ou de prescriptions individuelles dont l’Autorité pourrait ultérieurement censurer la méconnaissance. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83919
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 83868
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39332
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37888
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©