webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Bail commercial : frontière entre les travaux de mise en conformité et l’obligation de délivrance

Cass. civ. 3ème, 11 octobre 2018, n°17-18.553, inédit

Le bailleur commercial ne peut transférer au preneur la charge des travaux de mise en conformité qu’en présence d’une clause expresse du bail en ce sens.



Ce qu’il faut retenir : Le bailleur commercial ne peut transférer au preneur la charge des travaux de mise en conformité qu’en présence d’une clause expresse du bail en ce sens. N’est pas de nature à transférer au preneur la charge de tels travaux la clause par laquelle le preneur déclare « faire son affaire personnelle de toutes démarches en vue d’obtenir les branchements [des] équipements et installations de toute nature nécessaires à l’exercice de son activité ».

Pour approfondir : Le preneur d’un bail commercial avait réalisé à ses frais des travaux de mise en conformité consistant en la pose d’un système d’évacuation des eaux usées ainsi qu’au raccordement des locaux au réseau électrique.

Reprochant au bailleur un manquement à son obligation de délivrance, le preneur l’a assigné en remboursement du coût des travaux réalisés.

Le preneur est débouté par les juges du fond. Relevant qu’une clause du bail prévoyait que le preneur déclarait « faire son affaire personnelle de toutes démarches en vue d’obtenir les branchements [des] équipements et installations de toute nature nécessaires à l’exercice de son activité », la Cour d’appel avait estimé que celui-ci avait accepté de supporter les travaux de raccordement, de sorte qu’il ne pouvait pas être reproché au bailleur un manquement à son obligation de délivrance.

La Cour de cassation casse l’arrêt d’appel au visa de l’article 1719 1° et 2° du code civil.

On rappelle qu’aux termes de cet article, le bailleur est tenu d’une obligation de délivrance et d’entretien de la chose en état de servir à l’usage pour lequel elle a été louée. Il en résulte qu’en principe les travaux de mise en conformité des locaux loués incombent au bailleur.

Néanmoins, cette disposition n’étant pas d’ordre public, les parties peuvent convenir de mettre à la charge du preneur la réalisation des travaux de conformité.

En l’espèce, la Cour de cassation considère qu’aucune stipulation expresse du bail mettait à la charge du preneur le coût des travaux de raccordement aux usées et d’installation d’un raccordement au réseau électrique, de sorte que la Cour d’appel a violé les dispositions de l’article 1719 du code civil.

La solution rendue par la Cour de cassation s’inscrit dans son courant récent : la jurisprudence considère de façon constante qu’en l’absence d’une clause expresse du bail mettant à la charge du preneur les travaux de mise en conformité, ceux-ci restent à la charge du bailleur. Le preneur ayant payé le coût de ces travaux est alors fondé à en demander le remboursement au bailleur (Cass. civ. 3ème, 14 septembre 2017, n°16-21.799 ; Cass. civ. 3ème, 5 octobre 2017, n°16-11.470 ; Cass. civ. 3ème, 18 janvier 2018, n°16-25.126).

La solution rendue en l’espèce confirme également l’appréciation sévère faite par les juges de la notion de « stipulation expresse » : la clause par laquelle le preneur déclare faire son affaire personnelle de toutes démarches en vue d’obtenir « les branchements de toute nature » ne transfère par la charge des travaux de raccordement prescrits par l’autorité administrative. En ce sens, la Cour de cassation avait déjà jugé que la clause mettant à la charge du locataire le « ravalement des façades de l’immeuble » ne déchargeait par le bailleur pour les ravalements imposés par l’autorité administrative (Cass. civ. 3ème, 5 octobre 2017, n°16-11.470).

On notera que le présent arrêt a été rendu sous l’empire du droit antérieur à la réforme Pinel. Depuis Pinel, l’article R.145-35 du code de commerce est venu modifier la règle de répartition des charges entre bailleur et preneur en prévoyant notamment que les dépenses relatives aux travaux ayant pour objet de mettre en conformité l’immeuble ou les locaux loués avec la réglementation applicable ne peuvent jamais être mis à la charge du preneur dès lors qu’ils relèvent des grosses réparations au sens de l’article 606 du code civil.

Par conséquent, au regard de la décision commentée, il convient de préciser que pour les baux conclus ou renouvelés depuis le 5 novembre 2014, il sera fait échec à une clause expresse de transfert au preneur de la charge des travaux de mise en conformité toutes les fois que ces travaux seront qualifiés de grosses réparations au sens de l’article 606 du code civil.

A rapprocher : Article 1719 1° et 2° du code civil ; Article R. 145-35 du code de commerce ; Article 606 du code civil ; Cass. civ. 3ème, 14 septembre 2017, n°16-21.799 ; Cass. civ. 3ème, 5 octobre 2017, n°16-11.470 ; Cass. civ. 3ème, 18 janvier 2018, n°16-25.126

VOIR AUSSI

Bail commercial : clause résolutoire et pouvoirs du juge

Cass. civ., 3ème, 5 octobre 2017, n° 15-25.018

- Vu : 2075

Le bénéfice d’une clause résolutoire prévoyant la résiliation de plein droit d’un bail commercial, un mois après mise en demeure, en cas de persistance du manquement par le preneur à l’une des obligations stipulées au bail et rappelée au commandement, est acquis sans que le juge n’ait à apprécier la gravité du manquement contractuel.

> Lire la suite

Valeur locative : prise en compte de l’ensemble de l’assiette des locaux loués - Cass. civ. 3ème, 3 avr. 2012, pourvoi n°10-21.008

- Vu : 6340
La pondération des surfaces servant au calcul de la valeur locative doit s’appliquer à l’intégralité des locaux compris dans l’assiette du bail, y compris les locaux non exploités par le preneur. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 80517
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 70703
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38716
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35899
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©