webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Nouvelles règles pour les promotions et le seuil de revente à perte dans le secteur alimentaire

Ordonnance n°2018-1128 du 12 décembre 2018

Depuis le 1er janvier 2019, les promotions sont plafonnées dans l’alimentaire. A compter du 1er février prochain, le seuil de revente à perte sera quant à lui augmenté de 10% pour les produits alimentaires.



Après la parution de la loi dit « EGALIM » (loi n°2018-938 du 30 octobre 2018 pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous) le 1er novembre 2018, les dispositions relatives aux promotions sur les produits alimentaires ont été complétées par une ordonnance (ordonnance n°2018-1128 du 12 décembre 2018) et par un décret (décret n°2018-1304 du 28 décembre 2018).

Ces textes fixent les nouvelles règles relatives aux promotions et au seuil de revente à perte, ainsi que la date d’entrée en vigueur de ces règles.

1. Champ d’application

  • Produits concernés : les produits alimentaires

Les produits concernés par le relèvement du seuil de revente à perte, le plafonnement des promotions et l’ajout de dispositions dans les conventions fournisseurs-distributeurs sont :

- les denrées alimentaires,
- les produits destinés à l’alimentation des animaux de compagnie.

Pour la revente à perte, les dispositions s’appliquent uniquement aux produits revendus en l’état, excluant donc les produits ayant fait l’objet d’une transformation (par exemple, les denrées alimentaires cuites par le vendeur avant remise au consommateur, ou intégrées dans une préparation avant leur vente).

  • Champ d’application géographique : exclusion de l’Outre-Mer

Les nouvelles dispositions ne sont pas applicables dans les collectivités suivantes :

- Guadeloupe,
- Guyane,
- Martinique,
- La Réunion
- Mayotte,
- Saint Barthélemy,
- Saint-Martin,
- Saint-Pierre-et-Miquelon.


2. Relèvement du seuil de revente à perte

  • Nouveau seuil

Le nouveau seuil de revente à perte est augmenté de 10% (soit, en d’autres termes, un SRP affecté d’un coefficient de 1,10).

  • Entrée en vigueur

Le nouveau seuil de revente à perte sera applicable à compter du 1er février 2019 (selon l’article 1er du décret n°2018-1304).

  • Sanction

En cas de commercialisation (ou d’annonce de commercialisation) d’un produit alimentaire en-deçà du seuil de revente à perte de 1,10, l’entreprise encourt notamment une amende de 375.000 euros (75.000 euros s’il s’agit d’une personne physique).

3. Plafonnement des promotions

  • Promotions concernées

Le plafonnement des promotions couvre tous les avantages promotionnels, immédiats ou différés, ayant pour effet de réduire le prix de vente au consommateur.

Ces avantages sont indifféremment ceux accordés par le distributeur ou par le fournisseur.

  • Produits alimentaires exclus

Compte tenu de leur nature, les produits alimentaires périssables et menacés d’altération rapide sont exclus du plafonnement des promotions.

Néanmoins, pour bénéficier de cette exclusion, la promotion ne devra faire l’objet d’aucune publicité ou annonce à l’extérieur du point de vente. A défaut, la promotion sera plafonnée.

  • Plafonnements cumulatifs

    • Plafonnement en valeur : 34%

Les avantages accordés au consommateur pour un produit déterminé (le cas échéant, en les cumulant, si le produit fait l’objet de plusieurs avantages promotionnels) est au maximum de 34% :

- du prix de vente (cette notion restant à préciser)
OU
- de l’augmentation de la quantité vendue équivalente (ex : conditionnement en +15% gratuit)

    • Plafonnement en volume : 25%

Les avantages promotionnels doivent porter sur des produits ne représentant pas plus de 25% :

- du chiffre d’affaires prévisionnel fixé par la convention fournisseur-distributeur (convention prévue à l’article L. 441-7 du code de commerce) ;
- du volume prévisionnel prévu par un contrat portant sur la conception et la production de produits alimentaires selon des modalités répondant aux besoins particuliers de l’acheteur (ex : produits sous marque de distributeur dits « MDD ») ;
- des engagements de volume portant sur des produits agricoles périssables ou issus de cycles courts de production, d’animaux vifs, de carcasses ou pour les produits de la pêche et de l’aquaculture.

  • Entrée en vigueur des plafonnements

Le plafonnement en valeur à 34% est applicable depuis le 1er janvier 2019.

Le plafonnement en volume à 25% s’applique avec effet immédiat, voire rétroactif, puisque l’article 7 de l’ordonnance prévoit que le plafonnement en volume s’applique :

- aux conventions fournisseurs-distributeurs relevant de l’article L.441-7 du code de commerce, y compris celles conclues avant la publication de l’ordonnance, si ces conventions devaient être conclues avant le 1er mars 2019. En d’autres termes, le plafonnement à 25% du chiffre d’affaires prévisionnel s’applique à toutes les conventions fournisseurs-distributeurs conclues pour l’année 2019, même si les conventions avaient été conclues avant l’ordonnance.
- aux contrats portant sur la conception et la production de produits alimentaires selon des modalités répondant aux besoins particuliers de l’acheteur (MDD) et aux contrats contenant des engagements de volume portant sur des produits agricoles périssables ou issus de cycles courts de production, d’animaux vifs, de carcasses ou pour les produits de la pêche et de l’aquaculture, et ce même si les contrats concernés étaient conclus avant la publication de l’ordonnance, dès lors que ces contrats étaient toujours en cours d’exécution à la date de cette publication.

  • Sanction

Le non-respect du plafonnement des promotions est sanctionné par une amende administrative maximale de 375.000 euros ou d’un montant correspondant à la moitié des dépenses de publicité effectuées au titre de l’avantage promotionnel pour une personne morale (une personne physique encourt quant à elle une amende administrative de 75.000 euros).

En cas de récidive, cette amende peut être doublée.

4. Ajout de dispositions dans les conventions fournisseurs-distributeurs

Pour permettre l’application du dispositif de plafonnement des promotions, les conventions conclues entre fournisseurs et distributeurs (en application de l’article L.441-7 du code de commerce, ou les contrats portant sur la conception et la production de produits alimentaires selon des modalités répondant aux besoins particuliers de l’acheteur) devront désormais comporter la mention :

- d’un chiffre d’affaires prévisionnel
- d’un volume prévisionnel.

L’absence de ces mentions est sanctionnée par une amende administrative maximale de 375.000 euros ou d’un montant correspondant à la moitié des dépenses de publicité effectuées au titre de l’avantage promotionnel concerné pour une personne morale (une personne physique encourt quant à elle une amende administrative de 75.000 euros).

5. Limitation à 2 ans de l’application des nouvelles dispositions

Ainsi que cela avait été prévu par la loi EGALIM, les nouvelles règles sont d’application temporaire (à tout le moins dans un premier temps).

Elles seront applicables pour une durée de 2 ans à compter de leur entrée en vigueur (qui, comme nous l’avons précisé plus haut, est distincte selon les dispositions concernées).

6. La possibilité pour le Gouvernement de suspendre les nouvelles dispositions

L’article 5 de l’ordonnance du 12 décembre 2018 permet au Gouvernement de suspendre l’application des règles relatives au nouveau seuil de revente à perte et aux promotions dans l’hypothèse où le dispositif ne permettrait pas, du fait du comportement des acteurs du marché (et plus précisément des acheteurs), d’atteindre l’un des objectifs de la loi, à savoir le rétablissement de conditions de négociation plus favorables pour les fournisseurs, de développement des produits dont la rentabilité est trop faible, et de meilleur équilibre dans les filières alimentaires.

A rapprocher : Ordonnance n°2018-1128 du 12 décembre 2018 relative au relèvement du seuil de revente à perte et à l’encadrement des promotions pour les denrées et certains produits alimentaires

VOIR AUSSI

Nature juridique de la pénalité de retard de l’article L.441-6 du Code de commerce

Cass. com., 10 novembre 2015, pourvoi n°14-15.968

- Vu : 22385

La pénalité de retard prévue par l’article L.441-6 du Code de commerce en matière de délais de paiement constitue un intérêt moratoire permettant la capitalisation des intérêts – anatocisme – prévu par l’article 1154 du Code civil.

> Lire la suite

Avis de l’Autorité de la concurrence concernant la réforme relative aux restrictions verticales

Avis du 28 septembre 2009

- Vu : 4375
La Commission européenne a rendu publics les projets de règlement et de lignes directrices appelés à remplacer les textes relatifs à l’exemption des restrictions verticales actuellement en vigueur, et appelé les intéressés à présenter leurs observations. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75553
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 62141
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38355
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34710
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©