webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Transparence et vigilance en matière de cookies sur les sites internet

CE, 10ème - 9ème ch. réunies, 6 juin 2018, n°412589

L’éditeur d’un site internet qui utilise des cookies doit s’assurer d’informer de manière claire et transparente ses internautes des finalités des cookies déposés à l’occasion d’une visite sur son site et de définir et respecter une durée de conservation proportionnée à la finalité de ces cookies.



Ce qu’il faut retenir : L’éditeur d’un site internet qui utilise des cookies doit s’assurer d’informer de manière claire et transparente ses internautes des finalités des cookies déposés à l’occasion d’une visite sur son site et de définir et respecter une durée de conservation proportionnée à la finalité de ces cookies. Le Conseil d’Etat a confirmé la décision de la CNIL qui a prononcé une sanction à l’encontre de l’éditeur du site challenge.fr qui s’est contenté de présenter à ses internautes comment paramétrer leur navigateur pour refuser les cookies et qui n’a ni respecté une durée de conservation limitée ni vérifié que ses partenaires déposant des cookies tiers (sur lesquels il n’a aucune maitrise technique) respectent bien la réglementation en la matière.

Pour approfondir : Le Conseil d’Etat a confirmé, dans sa décision du 6 juin 2018, la position de la Cnil sur le fait que le paramétrage du navigateur n’est pas un mode valable d’opposition au dépôt de cookies.

Pour rappel, l’éditeur du site internet challenge.fr avait été condamné par la CNIL le 18 mai 2017 pour ne pas avoir respecté ses obligations d’information quant au dépôt de cookies sur le terminal de ses visiteurs et sur leur droit d’opposition alors qu’il avait été mis en demeure de le faire.

La CNIL avait alors prononcé une sanction pécuniaire de 25 000 € contre l’éditeur du site challenges.fr qui a décidé de faire un recours contre cette décision devant le Conseil d’Etat.

En matière de dépôt de cookies, la loi impose l’information des utilisateurs sur les finalités de ces cookies et sur les moyens de s’y opposer. Le recueil du consentement doit nécessairement avoir lieu avant leur dépôt, sauf si les cookies déposés sont nécessaires au fonctionnement du site ou qu’ils correspondent à la fourniture du service à la demande de l’utilisateur.

Si l’éditeur du site faisait valoir que ses cookies à finalités publicitaire et commerciale étaient nécessaires à la survie économique du site, le Conseil d’Etat a précisé que cette circonstance ne permettait pas de considérer que ces cookies relevaient de la catégorie de ceux strictement nécessaires à la fourniture du site et par conséquent exemptés de consentement.

Le Conseil d’Etat a par ailleurs précisé que l’information délivrée par le site n’était pas suffisamment transparente et ne permettait pas aux internautes de différencier clairement les catégories de cookies, ni de s’opposer à leur dépôt. Dès lors, le simple fait pour l’éditeur de proposer à ses internautes de paramétrer leur navigateur ne permet pas d’en conclure que ceux n’ayant pas refusé via leurs paramètres les cookies y avaient consenti.

Le Conseil d’Etat a clairement précisé que c’est à bon droit que « la formation restreinte de la CNIL a considéré que le paramétrage du navigateur proposé aux utilisateurs ne constituait pas un mode valable d’opposition au dépôt de cookies ».

Dans sa délibération, la CNIL avait également relevé que l’éditeur avait manqué à son obligation de définir et respecter une durée de conservation des données proportionnée à la finalité du traitement et qu’il n’avait pas donné suite à sa mise en demeure de ne pas conserver les cookies au-delà de treize mois.

En ce qui concerne les « cookies » déposés par des tiers, la CNIL a également caractérisé les manquements de l’éditeur du fait qu’il n’avait apporté aucune justification qu’il aurait effectué des démarches auprès de ses partenaires afin qu’ils respectent eux aussi une durée de conservation adéquate et proportionnée.

Le Conseil d’Etat a confirmé la décision de la CNIL et a précisé que « les éditeurs de site qui autorisent le dépôt et l’utilisation de tels   « cookies » par des tiers à l’occasion de la visite de leur site doivent également être considérés comme responsables de traitement, alors même qu’ils ne sont pas soumis à l’ensemble des obligations qui s’imposent au tiers qui a émis le  « cookie », notamment lorsque ce dernier conserve seul la maitrise du respect de sa finalité ou de sa durée de conservation. » 

En conséquence, il appartient à tout éditeur d’un site internet de s’assurer que les partenaires autorisés à déposer des cookies respectent la réglementation sous peine d’engager leur propre responsabilité.

A rapprocher : Nouvel article 32 de la loi informatique et liberté (modifié par la loi n°2018-493 du 20 juin 2018)

VOIR AUSSI

Examen de l’originalité de la photographie au sens du droit d’auteur

Cass. civ. 1ère, 10 décembre 2014, pourvoi n°10-19.923

- Vu : 3709
La Cour de cassation rappelle que, pour être protégeable, l’originalité de l’œuvre photographique ne peut se résumer à l’originalité du produit pris en photo et doit caractériser l’empreinte de personnalité de l’auteur. > Lire la suite

Caractères distinctif et trompeur d’un signe - CA Paris, 20 juin 2012, RG n°10/19925

- Vu : 6021

Ne peut être adopté comme marque, un signe de nature à tromper le public, notamment sur la nature, la qualité ou la provenance géographique du produit ou service.


> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 71454
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 52131
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 37742
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33170
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©