Caractères distinctif et trompeur d’un signe – CA Paris, 20 juin 2012, RG n°10/19925

Ne peut être adopté comme marque, un signe de nature à tromper le public, notamment sur la nature, la qualité ou la provenance géographique du produit ou service.


La marque doit répondre à certaines conditions pour être valable : le signe doit être distinctif et ne peut consister en la désignation nécessaire, générique, usuel du produit ou servir à désigner une caractéristique notamment l’espèce, la quantité, la destination, la valeur, la provenance géographique, l’époque de production. Les signes doivent donc présenter un caractère arbitraire par rapport aux produits et services qu’ils désignent, les signes simplement « évocateurs » restent pour leur part protégeables.

En outre, ne peut être adopté comme marque un signe de nature à tromper le public, notamment sur la nature, la qualité ou la provenance géographique du produit ou service, sont donc exclus les signes trompeurs.

Dans cette affaire, les marques étaient contestées sur le fondement de l’absence de caractère distinctif et sur celui de leur caractère prétendument trompeur. Ces deux griefs sont rejetés et la Cour considère que les marques sont valables.

Il s’agissait en l’espèce de deux marques figuratives « Confi’Pure » et « Hero Confi’Pure Fraise » déposées pour désigner notamment des gelées, confitures, marmelades.

En premier lieu, la Cour considère que le terme « pure » ne confère pas un caractère déceptif aux motifs que le néologisme « Confi’Pure », s’il doit être considéré comme fortement évocateur des produits qu’il désigne, n’a pas pour effet de souligner la prétendue pureté du produit mais de conférer au signe un caractère arbitraire, caractère renforcé par les éléments figuratifs qui l’accompagne dans chacune des marques.

En deuxième lieu, la Cour exclut tout caractère trompeur aux motifs que le consommateur normalement informé et raisonnablement attentif n’ignore pas que la confiture est composée de fruits et de sucre et que, pour les besoins de sa conservation, une confiture vendue dans le commerce ne contient aucune bactérie tant qu’elle n’est pas ouverte ; le consommateur n’est donc pas trompé sur la qualité du produit, par les signes contestés.


Sommaire

Autres articles

some
Publication d’un avis de la Commission Supérieure du Numérique et des Postes portant recommandations dans le domaine de la sécurité numérique
La CSNP a publié [...] un avis portant recommandations dans le domaine de la sécurité numérique, et plaidant notamment pour la création d’un parquet national consacré à la cybercriminalité et pour la création d’un dispositif dédié au paiement des rançons
some
Le Conseil d’Etat se prononce sur la conservation des données de connexion à des fins de sauvegarde de la sécurité nationale
Dans une décision en date du 21 avril 2021, le Conseil d’Etat s’est prononcé sur la conformité du droit français au droit européen en matière de conservation des données de connexion par les fournisseurs de services de communications électroniques.
some
La cour d’appel de Paris apporte des précisions sur le régime applicable en matière de violation de licence de logiciel
La cour d’appel de Paris a, dans un arrêt du 19 mars 2021, considéré que la violation d’un contrat de licence de logiciel ne relevait pas de la responsabilité délictuelle mais de la responsabilité contractuelle.
some
Le révolutionnaire avis client
À l’heure où le marketing traditionnel est remis en cause, l’importance de l’avis client est grandissante. 88 % des internautes consultent les avis clients avant un achat en ligne et 73 % avant un achat en boutique .
some
La Commission européenne apporte des éclaircissements concernant les transferts de données personnelles vers le Royaume Uni
La Commission européenne a annoncé avoir engagé des démarches pour autoriser de façon générale les transferts de données à caractère personnel vers le Royaume Uni en publiant le 19 février 2021 deux projets de décisions dites « d’adéquation ».
some
La reconnaissance faciale : un enjeu de société pour le citoyen européen
La CNIL s’est emparée du sujet considérant le 15 novembre 2019 que la reconnaissance faciale est de plus en plus présente dans le débat public aux niveaux national, européen et mondial. Cette technologie soulève des questions inédites touchant à des...