webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Le motif légitime de l’article 145 du CPC s’apprécie au jour du dépôt de la requête initiale

TC Rennes, Ord. Réf. 13 juillet 2017, n° 2017R00073

L’octroi des mesures d’instructions prévues à l’article 145 du CPC, imposent notamment de démontrer l’existence d’un motif légitime, qui s’apprécie au jour du dépôt de la requête initiale.



Ce qu’il faut retenir : L’octroi des mesures d’instructions prévues à l’article 145 du CPC, imposent notamment de démontrer l’existence d’un motif légitime, qui s’apprécie au jour du dépôt de la requête initiale.

Pour approfondir : En l’espèce, plusieurs franchisés avaient formé une requête auprès du Tribunal de commerce de Rennes aux fins d’obtenir une ordonnance permettant à un huissier d’assister au Comité de Pilotage, organisé par le franchiseur, afin de poser des questions concernant le nouveau fournisseur sélectionné par le franchiseur. Les franchisés fondaient leur demande sur l’article 145 du Code de procédure civile, qu’il n’est pas inutile de rappeler : « S'il existe un motif légitime de conserver ou d'établir avant tout procès la preuve de faits dont pourrait dépendre la solution d'un litige, les mesures d'instruction légalement admissibles peuvent être ordonnées à la demande de tout intéressé, sur requête ou en référé ». Par ordonnance du 15 mai 2017, le Président du Tribunal de commerce de Rennes avait fait droit à la requête. Ainsi, l’huissier s’était donc présenté audit comité ; le franchiseur avait toutefois refusé de répondre aux questions posées, l’ordonnance du 15 mai 2017 violant selon elle les dispositions de l’article 145 précité. Logiquement, le franchiseur avait donc assigné les sociétés Y devant le Tribunal de commerce de Rennes pour obtenir la rétractation de l’ordonnance. L’ordonnance ayant ordonné les mesures sollicitées par les franchisés était critiquée sur plusieurs points par le franchiseur qui soulevait notamment l’absence de motif légitime exposé dans la requête déposée. En dépit de la position classiquement retenue par la jurisprudence, la décision commentée ne fait pas droit à la demande de rétractation. Pourtant, ainsi que le franchiseur l’avait notamment relevé, l’existence du motif légitime de l’article 145 du CPC doit s’apprécier au jour du dépôt de la requête initiale, à la lumière des éléments de preuve produits à l'appui de la requête et de ceux produits ultérieurement devant le juge appelé à trancher sur le référé-rétractation. La jurisprudence rendue par la deuxième chambre civile de la Cour de cassation est limpide (Cass. civ. 2ème, 7 juill. 2016, n°15-21.579, Publié au Bulletin ; v. aussi, Cass. civ. 2ème, 20 mars 2014, n°13-11.135, Publié au Bulletin ; Cass. civ. 2ème, 12 juill. 2012, n°11-18.399, Publié au Bulletin ; Cass. civ. 2ème, 22 oct. 2009, n°08-17.485, Publié au Bulletin). En l’espèce, le motif invoqué par les requérants avait pourtant été explicité postérieurement à la requête déposée devant le Président du Tribunal de commerce de Rennes. La décision commentée donne l’occasion de rappeler la règle susvisée.

A rapprocher : L’application de l’article 145 du CPC au droit de la distribution et de la franchise (LDR, Etude d’ensemble, juin 2015) ; v. aussi, plus spécifiquement sur le « motif légitime » : Cass. civ. 2ème, 7 juill. 2016, n°15-21.579, Publié au Bulletin 

VOIR AUSSI

Annonces de réduction de prix à l'égard du consommateur

Arrêté du 11 mars 2015 (JO 24 mars 2015, p. 5378)

- Vu : 5334

L’arrêté du 11 mars 2015 relatif aux annonces de réduction de prix à l'égard du consommateur indique les nouvelles conditions à respecter pour la validité de telles réductions ; ce texte abroge le précédent arrêté en la matière, en date du 31 décembre 2008.

> Lire la suite

Nouvelle communication de minimis de la Commission européenne

Communication de la Commission européenne sur les accords d’importance mineure, 25 juin 2014

- Vu : 8753
La Commission européenne a publié une nouvelle communication de minimis. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75548
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 62128
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38355
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34710
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©