webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Sanction de la disproportion entre les services rendus et la rémunération perçue - CA Paris, 4 octobre 2012, RG n°11/12684

La disproportion entre les services rendus à un partenaire commercial et la rémunération qu’il verse en contrepartie peut constituer une pratique restrictive de concurrence, sanctionnée par l’article L. 442-6 du C. com. 


La disproportion entre les services rendus à un partenaire commercial et la rémunération qu’il verse en contrepartie (à la tête d’un réseau, à une centrale d’achats ou de référencement par exemple), peut constituer une pratique restrictive de concurrence, sanctionnée par l’article L. 442-6 du code de commerce. En effet, outre l’indemnisation du partenaire lésé, ledit article L. 442-6 prévoit la possibilité pour le juge de prononcer une amende civile de 2 millions d’euros (qui peut être portée au triple du montant des sommes indûment versées).

Dans la droite ligne d’autres décisions récentes, la Cour d’appel de Paris a récemment sanctionné la tête d’un réseau de distribution s’agissant des rémunérations qu’elle percevait d’un de ses partenaires commerciaux, sur le fondement d’une disproportion entre les services rendus au prestataire et la rémunération versée par ce dernier à la tête de réseau.

  • La contestation des prestations et des rémunérations par le partenaire commercial

En l’espèce, la tête d’un réseau de distribution de produits surgelés s’était engagée à rendre à son prestataire de transport deux types de services : d’une part, la centralisation des négociations avec les différents fournisseurs et, d’autre part, le référencement du transporteur auprès des fournisseurs. En contrepartie de ces différents services, elle avait négocié auprès du transporteur le paiement de différentes « ristournes » qui constituaient en réalité sa rémunération.

A la suite de difficultés financières, le transporteur avait été placé en liquidation judiciaire et le liquidateur de l’entreprise a assigné la tête de réseau en vue d’obtenir le remboursement des rémunérations versées. Il contestait l’existence même des prestations, et soutenait que celles-ci étaient en tout état de cause disproportionnées au regard du montant des ristournes versées à la tête de réseau.

En particulier, le liquidateur soutenait que la tête de réseau avait été rémunérée deux fois : par le transporteur et également par les fournisseurs.

  • La condamnation de la tête de réseau

L’article L. 442-6, I, 1° du code de commerce, qui constituait le fondement de l’action du liquidateur, interdit « d’obtenir ou de tenter d'obtenir d'un partenaire commercial un avantage quelconque ne correspondant à aucun service commercial effectivement rendu ou manifestement disproportionné au regard de la valeur du service rendu ». Le liquidateur soutenait que cet article s’appliquait à la situation puisque, selon lui, les prestations étaient inexistantes et la rémunération était en tout état de cause trop élevée.

La Cour a donné seulement partiellement gain de cause à la société de transport. Elle a tout d’abord rejeté l’argument relatif à l’inexistence des prestations, considérant que le transporteur avait bénéficié de l’intermédiation effectuée par la tête de réseau entre le transporteur et les fournisseurs, qui lui garantissait par ailleurs un volume d’affaires certain et régulier (environ 900.000 euros par an). Elle a également rejeté l’argument consistant à contester les rémunérations au prétexte que la centrale de référencement aurait été rémunérée deux fois, puisqu’outre le transporteur, elle était rémunérée parallèlement par les fournisseurs.

La cour considère que la centrale de référencement pouvait valablement être rémunérée par plusieurs biais, dans la mesure où elle rendait des services aux deux parties, et qu’en conséquence le transporteur ne pouvait pas se prévaloir de cette autre rémunération perçue par la centrale pour prétendre que celle qu’il lui versait aurait été disproportionnée.

En revanche, la Cour a bien considéré qu’il existait une disproportion entre une partie de la rémunération payée par le fournisseur et le service rendu (qui s’assimile même plus, à la lecture de l’arrêt, à une absence de service). En effet, la centrale bénéficiait d’une hausse de rémunération en cas d’augmentation du prix du gazoil, qu’elle faisait donc supporter sans contrepartie au transporteur. A notre sens, cette obligation aurait également pu relever du 2° de l’article L. 442-6, I précité relatif au déséquilibre significatif entre les droits et obligations respectifs des parties.


VOIR AUSSI

Rupture brutale de relations commerciales et préjudice indemnisable

CA Paris, 8 septembre 2017, n°15/23816

- Vu : 2731

En application de l'article L.442-6 I, 5° du Code de commerce, seuls sont indemnisables les préjudices découlant de la brutalité de la rupture, et non de la rupture elle-même.

> Lire la suite

Pratiques restrictives de concurrence et compétence : revirement partiel

Cass. com., 29 mars 2017, n°15-24.241 et n°15-17.659, Publiés au Bulletin

- Vu : 3612

La Chambre commerciale de la Cour de cassation vient bouleverser la position traditionnellement retenue en matière de compétence dans le cadre de recours formés contre les décisions tranchant des demandes fondées sur les dispositions de l’article L.442-6 du Code de commerce.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 95079
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85897
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40292
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40224
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©