webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Aménagement des modalités d’exécution du préavis de rupture d’une relation commerciale établie

Cass. com., 11 mai 2017, n°16-13.464

La levée, pendant la période de préavis et conformément à une stipulation contractuelle, de l’exclusivité à laquelle se sont réciproquement obligées les parties ne constitue pas une rupture brutale de relations commerciales établies.



Ce qu’il faut retenir : La levée, pendant la période de préavis et conformément à une stipulation contractuelle, de l’exclusivité à laquelle se sont réciproquement obligées les parties ne constitue pas une rupture brutale de relations commerciales établies.

 

Pour approfondir : La société A… et la société B… entretenaient une relation commerciale depuis novembre 1968 pour la distribution, dans le cadre d’un contrat de concession, des matériels de la marque M…. Le dernier contrat, conclu le 30 novembre 2005 pour une durée indéterminée, prévoyait qu'en contrepartie d'un engagement de non-concurrence et d'exclusivité de marque, la société B… disposerait de l'exclusivité de la distribution des produits sur un territoire donné. Par lettre du 28 janvier 2010, la société A… a notifié à la société B… sa décision de mettre fin à leur relation commerciale au 31 janvier 2012 (soit un préavis de 24 mois) et de lever l'exclusivité territoriale au 1er août 2010.

La société B… a assigné la société A… en paiement de dommages-intérêts, sur le fondement de la rupture brutale de relations commerciales établies (article L.442-6, I, 5° du Code de commerce).

Par l’arrêt commenté (Cass. com., 11 mai 2017, n°16-13.464), la chambre commerciale de la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par le concessionnaire à l’encontre de l’arrêt d’appel rendu par la Cour d’appel de Paris le 13 janvier 2016.

Deux aspects de l’arrêt de la Cour de cassation seront soulignés ici :

  • l’appréciation de la durée du préavis suffisant pour une relation commerciale de près de 40 ans,
  • l’appréciation de la levée de l’exclusivité pendant la période de préavis.

Sur le premier point (l’appréciation de la durée du préavis), la Haute juridiction a estimé que la Cour d’appel avait souverainement apprécié que le délai de préavis de 24 mois dont avait bénéficié la société B… était suffisant.

La Cour retient notamment (après avoir fait référence aux conditions de la levée de l’exclusivité, que nous évoquons ci-après) que le bénéfice des investissements immobiliers réalisés par la société B…, peu de temps avant la rupture, n'était pas perdu pour ses autres activités et ses éventuelles activités futures.

Sur l’appréciation de la levée de l’exclusivité pendant la période de préavis, la Cour de cassation approuve une nouvelle fois la décision de la Cour d’appel, laquelle a retenu les circonstances suivantes :

  • la société A… avait exprimé, lors de la notification de la rupture, sa volonté de faire application de l'article 10, alinéa 2, du contrat, afin de permettre aux parties de réorganiser leurs affaires avant la rupture,
  • ledit article 10, alinéa 2, du contrat permet, d'un côté, au concédant de vendre ses produits par l'intermédiaire d'autres revendeurs et, de l'autre, au concessionnaire, de rompre le plus tôt possible l'interdiction de vendre d'autres marques et de se limiter à un territoire donné, afin de faciliter sa reconversion commerciale,
  • cette clause, qui prévoit un abandon réciproque et concomitant, par les parties, de leurs obligations d'exclusivité territoriale et d'approvisionnement exclusif et constitue l'aménagement contractuel de l'exécution du préavis, n'a pas pour effet de déroger aux dispositions impératives de l'article L.442-6, I, 5° du Code de commerce,
  • cet aménagement du préavis a permis de tenir compte de l'état de dépendance économique de la société B...

Le raisonnement de la Cour d’appel sur ce point mérite d’être salué pour son pragmatisme économique.

En effet, la Cour d’appel considère – à juste titre à notre sens – que la fin anticipée de l’exclusivité doit s’analyser en une opportunité offerte aux parties d’organiser efficacement leur reconversion et de mettre fin progressivement à la situation de dépendance économique qui a pu s’installer entre elles, non en une rupture partielle de la relation.

Par cet arrêt, la Cour de cassation et la Cour d’appel rappellent l’objectif du préavis de l’article L.442-6, I, 5° du Code de commerce : la reconversion effective du partenaire rompu.

 

A rapprocher : Cass. com., 6 novembre 2012, n°11-24.570

VOIR AUSSI

Compétence de la Cour d’appel de Paris et pratiques anticoncurrentielles

Cass. com., 10 juillet 2018, n°17-16.365

- Vu : 1019

Il résulte de la combinaison des articles L.420-7 et R.420-5 du code de commerce que seule la Cour d’appel de Paris a compétence pour statuer sur l’appel formé contre les décisions rendues par les juridictions spécialisées désignées à l’article R.420-3 relatif aux pratiques anticoncurrentielles. L’inobservation de ces règles est sanctionnée par une fin de non-recevoir qui doit être soulevée d’office.

> Lire la suite

Communication des références de carte bancaire et protection du consommateur

Réponse ministérielle

- Vu : 3618

Certaines sociétés de location demandent communication des informations relatives à la carte bancaire du locataire afin de pouvoir, en cas de besoin, débiter le compte de leur client des frais pouvant être liés à la location. Si cette pratique n'est pas illicite per se, une réponse ministérielle rappelle la protection devant être garantie aux consommateurs en pareil cas.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75549
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 62133
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38355
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34710
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©