webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Marques sonores : recherche de caractère distinctif

TUE, 13 septembre 2016, aff. T-408-15, n°15/00108

Le droit des marques se veut accueillant puisque, par principe, des signes de natures diverses sont susceptibles d’être protégés à titre de marque. Ils doivent tous remplir une condition sine qua non : présenter un caractère distinctif.

Ce qu’il faut retenir : Le droit des marques se veut accueillant puisque, par principe, des signes de natures diverses sont susceptibles d’être protégés à titre de marque. Ils doivent tous remplir une condition sine qua non : présenter un caractère distinctif.

L’arrêt commenté en donne une illustration à propos d’une demande de marque sonore.

Pour approfondir : Dans l’affaire ayant conduit à la décision commentée, une société avait déposé une demande de marque européenne sonore représentée graphiquement sur une portée musicale. L’examinateur de l’EUIPO avait rejeté cette demande aux motifs que le signe était constitué d’une sonnerie simple et banale et qu’il ne pouvait pas être perçu comme un indicateur de l’origine commerciale des produits. La chambre des recours, saisie par le déposant, a rejeté le recours en considérant qu’une marque constituée de sons s’apparentant à une sonnerie ne peut remplir une fonction d’identification que si elle comporte des éléments de nature à l’individualiser par rapport à d’autres marques. En l’espèce, la demande de marque était constituée de la répétition d’un son qui s’apparentait à un timbre d’une sonnerie en tout point banal et ce nonobstant le fait que la marque consistait en une portée en clé de sol sur un tempo de 147 notes noires par minute portant la répétition de deux sols dièse. Selon la chambre des recours la marque demandée se présentait comme un motif sonore d’une grande simplicité c’est-à-dire essentiellement comme une sonnerie banale et commune qui passerait inaperçue et ne serait pas mémorisée par le consommateur visé. Le Tribunal va tout d’abord rejeter le premier moyen opposé à l’encontre de la décision contestée en considérant que la chambre des recours a suffisamment motivé sa décision après avoir effectué un examen global couvrant l’ensemble des produits et services visés dans la demande d’enregistrement pour apprécier le caractère distinctif du signe. Sur le second moyen, le Tribunal va rappeler les règles relatives à la condition de distinctivité, rappelant que celle-ci signifie que la marque doit permettre d’identifier le produit pour lequel l’enregistrement est demandé comme provenant d’une entreprise déterminée et donc de distinguer ce produit de ceux issus d’autres entreprises. Selon la jurisprudence constante, les marques visées à l’article 7§1 b) du règlement 207/2009 (« sont refusées à l’enregistrement : (…) b) les marques qui sont dépourvues de caractère distinctif ») sont celles qui sont réputées incapables d’exercer la fonction essentielle de la marque à savoir d’identifier l’origine commerciale du produit ou du service afin de permettre au consommateur qui acquiert le produit ou le service que la marque désigne de faire, lors de l’acquisition ultérieure, le même choix si l’expérience s’avère positive ou de faire un autre choix si elle s’avère négative.

Ce caractère distinctif doit être apprécié, d’une part, par rapport aux produits et services pour lesquels l’enregistrement de la marque est demandé et, d’autre part, par rapport à la perception qu’en a le public pertinent.

Enfin, le Tribunal rappelle que la Cour de Justice a posé que les critères d’appréciation du caractère distinctif sont les mêmes pour les différentes catégories de marques même s’il peut apparaitre plus difficile d’établir le caractère distinctif des marques de certaines catégories que celles d’autres catégories. Egalement, lorsque le signe est constitué seulement d’un élément sonore, le public n’a pas pour habitude de le percevoir comme un identifiant de l’origine commerciale sauf dans certains secteurs économiques tels que, par exemple, la télédiffusion.

Ces principes étant rappelés, le Tribunal va considérer au cas d’espèce : que la marque demandée peut être décrite comme « un son qui s’apparentait à une sonnerie de téléphone » ou comme « une sonnerie électronique spécifique évoquant un sonar composé de la répétition de deux notes ».

Cette excessive simplicité qui se limite à la répétition de deux notes n’est pas susceptible, en tant que tel, de transmettre un message dont les consommateurs peuvent se souvenir en sorte que ces certains ne le considéreront pas comme une marque, à moins qu’il n’ait acquis un caractère distinctif par l’usage. Ainsi, la marque demandée ne sera pas perçue par le public pertinent que comme une simple fonctionnalité des produits et services visés et non pas comme une indication de leur origine commerciale.

Finalement, en l’espèce, la demande de marque sonore a échoué à remplir la condition de caractère distinctif car, assimilée à une sonnerie standard dont est doté tout appareil électronique équipé d’une minuterie ou tout appareil de téléphonie.

Voici donc l’occasion de rappeler qu’une diversité de signes faisant appel à différents sens, peut constituer une arque mais qu’ils doivent, comme les signes plus traditionnels, présenter un caractère distinctif pour faire l’objet de droits.

A rapprocher : Règlement (CE) n°207/2009 du 26 février 2009

VOIR AUSSI

La CJUE donne des précisions sur la portée du droit au déréférencement

CJUE, 24 septembre 2019, aff. C-136/17 et C-507/17

- Vu : 2392

Par deux arrêts du 24 septembre 2019, la Cour de justice de l’Union européenne délivre des précisions quant à la portée géographique du droit au déréférencement et quant à son effectivité lorsqu’il porte sur des catégories particulières de données.

> Lire la suite

La mise en conformité avec le RGPD des PME

Guide de la CNIL et de BPI France du 17 avril 2018

- Vu : 2542

Consciente des difficultés que peuvent rencontrer les entreprises dans leurs démarches, la CNIL a édité une méthodologie présentée en six étapes leur permettant d’appréhender concrètement les actions de mise en conformité à mettre en place.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105531
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43612
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©