webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Pratique commerciale trompeuse et trouble manifestement illicite - CA Paris, 26 février 2013, RG n°12/13819

Le fait de se prétendre l'opérateur « n° 1 » en extrapolant les résultats d'une enquêté réalisée sur seulement deux régions constitue une pratique commerciale trompeuse.


Selon l’arrêt commenté, le fait de se prétendre l'opérateur « n° 1 » en extrapolant les résultats d'une enquêté réalisée sur seulement deux régions constitue une pratique commerciale trompeuse, dès lors que les consommateurs sont amenés à penser que ce classement correspond à une réalité nationale.

En l’espèce, France Telecom a assigné Numéricâble en référé afin qu'il lui soit enjoint, sous astreinte, de cesser toute campagne publicitaire fondée sur l'extrapolation du test ainsi réalisé au plan local. Le juge des référés saisi en première instance a ordonné à la société Numéricâble de suspendre immédiatement toute campagne de publicité d'ampleur nationale fondée cette extrapolation et lui a interdit de les poursuivre, quelque soit sa forme et ses supports (affiches, presse écrite ou audiovisuelle).

La Cour d’appel de Paris retient qu'en l'espèce, « l'illicéité manifeste du trouble invoqué repose sur l'existence d'une pratique commerciale trompeuse dans les circonstances telles que définies par l'article L. 121-1 du Code de la consommation ainsi que sur la violation de l'article L. 121-8 du même Code relatif à la publicité comparative ».

Pour parvenir à cette solution, la motivation adoptée par la Cour est nuancée, puisqu’elle distingue en l’espèce deux catégories de publicités.

En premier lieu, la Cour retient que certaines des publicités en cause comportent un astérisque renvoyant à un message qui, mentionné dans un encart figurant en bas de page et en petits caractères, se réfère à la portée exacte des tests réalisés, et que l'illicéité manifeste du trouble est donc sujette à discussion, « eu égard à la banalisation de ce type d'encart dans un très grand nombre de publicités et à l'évolution du comportement du consommateur de moyenne attention (…) ».

En second lieu, elle retient que, dans autre une publicité, Numéricâble se présente comme premier fournisseur d'accès, sans référence à une quelconque mention restrictive quant à la localisation de l'étude ayant abouti à ce classement, et que cette affirmation, qui induit que l'attribution de n°1 des FAI viserait l’ensemble du territoire national, est à l’évidence mensongère et ne saurait être considérée comme une simple exagération de la réalité admissible en tant que pratique publicitaire habituelle ; la Cour conclut donc : « qu'en tant que reposant sur une présentation fausse et de nature à induire en erreur sur les caractéristiques essentielles et les qualités de la prestation offerte, elle s'analyse [en] une pratique commerciale trompeuse au sens de l'article L. 121-1 du Code de la consommation et comme telle, est constitutive d'un trouble manifestement illicite ».


VOIR AUSSI

Sanction de la violation par une plate-forme internet d’une interdiction de revente hors réseau

CA Paris, 13 juill. 2018, n° 17/20787

- Vu : 1416

La Cour d’appel de Paris confirme l’injonction faite par le Juge des Référés du Tribunal de Commerce de Paris à une plate-forme en ligne de cesser toute commercialisation de produits cosmétiques haut de gamme distribués par l’intermédiaire d’un réseau de distribution sélective...

> Lire la suite

Clause de non-concurrence introduite dans un contrat soumis à l’article L. 7322-1 du code du travail et contrepartie financière

CA Aix-en-Provence, 1er août 2018, n°15/21146

- Vu : 750

Une clause de non-concurrence introduite dans le contrat d’un gérant non-salarié de succursale de maison d’alimentation de détail n’est licite que si elle comporte l’obligation pour la société de distribution de verser au gérant une contrepartie financière.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78489
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67595
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38566
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35407
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©