webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Caractéristiques de la réception tacite

Cass. civ. 3ème, 13 juillet 2016, pourvoi n°15-17.208

La prise de possession des lieux, même contrainte, et le paiement de la quasi-totalité du prix valent réception tacite des travaux, en dépit des protestations du maître d’ouvrage.

Ce qu’il faut retenir : La prise de possession des lieux, même contrainte, et le paiement de la quasi-totalité du prix valent réception tacite des travaux, en dépit des protestations du maître d’ouvrage.

Pour approfondir : Monsieur et Madame X. ont confié la réalisation de travaux de gros œuvre dans leur maison à une société tombée en liquidation judiciaire et assurée en responsabilité civile décennale auprès d’Axa France Iard. Après leur installation, les époux X. ont déploré la survenance de désordres et ont assigné en désignation d’expert l’entreprise de gros œuvre et son assureur.

Les époux X. ont ensuite assigné en ouverture de rapport l’entreprise représentée par son liquidateur ainsi que son assureur.

La Cour d’appel de Pau a rejeté les demandes d’indemnités formulées contre la compagnie Axa France Iard au motif que la réception tacite des travaux ne pouvait être caractérisée, eu égard aux protestations dont a été assortie la prise de possession des lieux par les maîtres d’ouvrage. En effet, les maîtres d’ouvrage, qui avaient été contraints de prendre possession des lieux pour des raisons économiques, avaient adressé à l’entreprise après leur entrée dans les lieux deux courriers faisant état d’un certain nombre de désordres et de réserves sur les travaux exécutés.

La Cour d’appel avait considéré que « la preuve de la volonté, non équivoque, des maîtres d’ouvrage d’accepter l’ouvrage, même avec réserves, n’est pas rapportée ».

La Cour de cassation censure la décision d’appel, considérant que les motifs relevés par la Cour d’appel pour rejeter l’existence d’une réception tacite sont insuffisants. Il convient ici de rappeler que les critères de la réception tacite, création prétorienne, sont la prise de possession des locaux et le paiement intégral ou quasi intégral du prix.

En l’espèce, la Cour d’appel avait considéré que la prise de possession des locaux, dès lors qu’elle était animée par des raisons économiques, ne suffisait pas à caractériser la volonté non équivoque des maîtres d’ouvrage de réceptionner.

La Cour de cassation écarte ce raisonnement et précise que, dès lors que le prix des travaux avait été payé en quasi-totalité et que les protestations des maîtres d’ouvrage s’analysaient comme des réserves et non comme une volonté de ne pas réceptionner l’ouvrage, la réception tacite pouvait être retenue et les garanties légales trouver à s’appliquer. 

Cette décision est à relativiser et à analyser au regard des faits de l’espèce ; la Cour de cassation ayant récemment jugé exactement le contraire en considérant qu’en dépit de la prise de possession des locaux et du paiement du prix, les protestations répétées du maître d’ouvrage faisaient obstacle à la caractérisation de sa volonté non équivoque de réceptionner l’ouvrage.

Elle sanctionnait manifestement la mauvaise foi implicite du maître d’ouvrage, qui entendait actionner les garanties légales plusieurs années après l’achèvement des travaux.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 24 mars 2016, pourvoi n°15-14.830

VOIR AUSSI

Bail commercial : fixation du loyer de renouvellement sans recours à l’expertise contradictoire

Cass. civ. 3ème, 15 novembre 2018, n°16-26.172, FS-P+B+I

- Vu : 484

Le juge des loyers commerciaux peut fixer le montant du loyer révisé en se fondant sur un rapport d’expertise amiable établi unilatéralement par le bailleur et sur un rapport d’expertise judiciaire établi dans le cadre d’une instance à laquelle le preneur n’était pas partie, dès lors que ces documents ont été soumis à la discussion contradictoire des parties à la procédure de révision.

> Lire la suite

Garantie extrinsèque d’achèvement et obligation de vérification du notaire - Cass. Assemblée Plénière., 5 déc. 2014, n°13-19.674

- Vu : 5023
L’assemblée plénière de la cour de cassation vient de rendre, le 5 décembre 2014, un arrêt important concernant l’obligation de vérification du notaire en présence d’une garantie extrinsèque d’achèvement. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75426
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 61898
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38339
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34673
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©