webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

L’indispensable lien d’affectation contraignante entre la taxe et l’aide d’état

Cass. com., 7 juin 2016, pourvoi n°14-12.521

L’exonération de taxe pour une catégorie de société ne constitue pas une aide d’état, à partir du moment où aucun lien d’affectation contraignante n’est caractérisé entre la taxe et l’aide d’état.



Ce qu’il faut retenir : L’exonération de taxe pour une catégorie de société ne constitue pas une aide d’état, à partir du moment où aucun lien d’affectation contraignante n’est caractérisé entre la taxe et l’aide d’état.

Pour approfondir : La Cour de cassation vient de nouveau préciser les circonstances dans lesquelles une aide d’état est caractérisée – cette caractérisation étant nécessaire, puisqu’en vertu du droit européen, toute aide d’état doit être notifiée auprès de la Commission Européenne avant sa mise en place (art 108(3) TFUE). L’article 107(1) (ancien art 87(1)) TFUE dispose : « Sauf dérogations prévues par les traités, sont incompatibles avec le marché intérieur, dans la mesure où elles affectent les échanges entre États membres, les aides accordées par les États ou au moyen de ressources d'État sous quelque forme que ce soit qui faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions ».

En l’espèce, une société spécialisée dans la distribution d’articles de sport conteste les modalités d’imposition de la taxe sur les surfaces commerciales TASCOM, au prétexte qu’elle « favorise certaines entreprises et se traduit par un allégement de leurs charges comparativement à d’autres entreprises du même secteur » et demande la requalification de cette taxe en aide d’état – aide d’état qui serait alors illégale, puisque n’ayant pas fait l’objet d’une information auprès de la Commission. Elle demande ainsi le remboursement des sommes qu’elle a versé au titre de la TASCOM pour l’année 2009.

La Cour de cassation rejette néanmoins son pourvoi, et confirme l’arrêt d’appel, en démontrant les critères de l’aide d’état que ne remplit pas l’exonération de cette taxe pour certaines sociétés concurrentes de la société demanderesse.

Les critères de l’aide d’état sont ainsi les suivants :

  • L’existence d’un lien d’affectation contraignant entre la taxe et l’aide, c’est-à-dire que « le produit de la taxe est nécessairement affecté au financement de l’aide ».

Ainsi, en l’espèce, ce lien est absent entre la taxe et l’exonération de celle-ci pour une catégorie de sociétés. Le produit de la taxe n’est par ailleurs pas affecté au financement d’un régime d’aide.

  • L’assujettissement asymétrique à la taxe ne constitue une aide que lorsque c’est « un objectif délibéré, voire l’objectif principal de la taxe ». Dans ce cas, l’aide et la taxe constituent deux faces d’une seule et même mesure.

En l’espèce, la taxe a une portée générale et n’a pas pour but d’instaurer un quelconque avantage concurrentiel à certaines sociétés.

Ainsi, la Cour conclut que « la taxe et la mesure d’aide alléguée ne constituaient pas les deux éléments indissociables d’une seule et même mesure fiscale, ce qui excluait l’existence d’un lien d’affectation contraignant entre les deux ». C’est l’existence de ce lien qui fonde, corrélativement, l’existence (ou non) d’une aide d’état.

A rapprocher : CJUE, 27 octobre 2005, Distribution Casino France et autres, C-266/04 à C-270/04, C-276/04, C-321/04 à C-325/04 ; CJUE, 7 septembre 2006, Laboratoires Boiron, C-526/04

VOIR AUSSI

Contrat d'importation et absence de restriction de concurrence prohibée

CA Paris, 24 juin 2015, Juris-Data n°2015-015706

- Vu : 3580
Cette affaire est l'occasion de revenir sur certains des aspects de l'article 3-4 du règlement d'exemption CE 1400/2002 du 31 juillet 2002 concernant l'application de l'article 81, paragraphe 3, du Traité (devenu 101, paragraphe 3 du TFUE). > Lire la suite

L’insuffisance du respect de la durée du préavis contractuel - Cass. com., 22 octobre 2013, pourvoi n°12-19.500

- Vu : 6132
Un contrat a été conclu entre un garagiste et un concessionnaire automobile. Un terme est mis à leur relation. Le concessionnaire réclame le versement d’une ... > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75543
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 62120
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38355
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34709
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©