webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Groupe de sociétés et préavis en cas de rupture d’une relation commerciale établie

Cass. com., 6 octobre 2015, pourvoi n°14-19.499

En cas de rupture de relations commerciales entre deux entités d’un même groupe et un même fournisseur, il ne convient pas de prendre en compte, pour apprécier la durée du préavis, le chiffre d’affaires cumulé réalisé par les deux entités auprès de ce fournisseur, à moins que celles-ci aient agi de concert.



Ce qu’il faut retenir : En cas de rupture de relations commerciales entre deux entités d’un même groupe et un même fournisseur, il ne convient pas de prendre en compte, pour apprécier la durée du préavis, le chiffre d’affaires cumulé réalisé par les deux entités auprès de ce fournisseur, à moins que celles-ci aient agi de concert.

Pour approfondir : En l’espèce, une société française T et une société italienne C, appartenant au même groupe, s’étaient approvisionnées d’une société française F à partir du mois de septembre 2004, pour la première, et juin 2004, pour la seconde ; ces sociétés ayant mis fin, courant 2009, à leurs relations commerciales avec la société F, cette dernière les a assignées en réparation de son préjudice sur le fondement de l’article L. 442-6 I 5° du code de commerce.

Pour dire que la société F aurait dû bénéficier d’un préavis d’un an de la part des sociétés T et C, l’arrêt critiqué par le pourvoi avait relevé que ces deux sociétés avaient, de façon concomitante, noué des relations commerciales avec la société F, qu’elles y avaient mis fin dans des conditions identiques, respectivement en octobre et juin 2009, sans aucun préavis et qu’elles justifiaient de leur rupture par des motifs similaires.

Ce faisant, les juges du fond avaient retenu que les conséquences de ces ruptures pour la société F avaient nécessairement été amplifiées dans la mesure où elles s’étaient cumulées et qu’il convenait, pour apprécier la durée du préavis, de prendre en compte le chiffre d’affaires global généré par les sociétés T et C, dans la mesure où elles avaient entretenu une relation commerciale avec la société F, sur une même période et sur des produits identiques, avec des exigences similaires en termes quantitatifs ; les juges du fonds ajoutaient enfin que ce chiffre d’affaires ayant augmenté de manière importante au cours des années 2007 et 2008, il en résultait qu’en termes de réorganisation, la société F avait dû, au cours d’une même période, pallier la perte de deux clients avec lesquels elle avait un chiffre d’affaires conséquent.

Par l’arrêt commenté, la Cour de cassation retient qu’« en se déterminant ainsi, alors qu’elle avait relevé que les (sociétés T et C), bien qu’appartenant à un même groupe et ayant la même activité, étaient deux sociétés autonomes qui avaient entretenu avec la (société F) des relations commerciales distinctes, la cour d’appel, qui n’a pas constaté qu’elles avaient agi de concert, n’a pas donné de base légale à sa décision ».

Pour mémoire, on rappellera les dispositions de l’article L.233-10 du code de commerce, selon lequel sont considérées comme agissant de concert les personnes qui ont conclu un accord en vue d'acquérir, de céder ou d'exercer des droits de vote, pour mettre en œuvre une politique commune vis-à-vis de la société ou pour obtenir le contrôle de cette société ; de même, un tel accord est présumé exister entre : une société, le président de son conseil d'administration et ses directeurs généraux ou les membres de son directoire ou ses gérants ; une société et les sociétés qu'elle contrôle au sens de l’article L.233-3 du code de commerce ; des sociétés contrôlées par la même ou les mêmes personnes ; les associés d'une société par actions simplifiée à l'égard des sociétés que celle-ci contrôle ; le fiduciaire et le bénéficiaire d'un contrat de fiducie, si ce bénéficiaire est le constituant.

A rapprocher : Cass. com., 9 déc. 1997, n°96-17.916, Publie au Bulletin

VOIR AUSSI

Caractérisation de la situation de surendettement du dirigeant s’étant porté caution des dettes de sa société

Cass. civ. 2ème, 6 juin 2019, n°18-16.228

- Vu : 806

Peut caractériser une situation de surendettement, l’impossibilité manifeste pour une personne physique de bonne foi de faire face à l’engagement qu’elle a pris en se portant caution des dettes d’une société, qu’elle soit ou non la dirigeante de cette dernière.

> Lire la suite

Contrat d'importation et absence de restriction de concurrence prohibée

CA Paris, 24 juin 2015, Juris-Data n°2015-015706

- Vu : 3967
Cette affaire est l'occasion de revenir sur certains des aspects de l'article 3-4 du règlement d'exemption CE 1400/2002 du 31 juillet 2002 concernant l'application de l'article 81, paragraphe 3, du Traité (devenu 101, paragraphe 3 du TFUE). > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 84303
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83989
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39357
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37956
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©